La gauche entre deux électorats
Nicolas Colin
664

Merci Nicolas Colin pour cette réponse très riche.
Tout à fait d’accord avec les deux points que tu soulignes pour l’entrepreneur que sont le coût et la rigidité que représente un salarié au SMIC ou plus, pour des taches trop faiblement monétizables pour le moment.

Mais si on regarde la situation dans sa globalité, et si l’on veut totalement libérer les initiatives dans ce secteur, il faut aussi résoudre les deux problèmes coté salarié/collaborateur:

a) lui assuré un niveau de vie satisfaisant

b) l’accompagner sérieusement dans le risque qu’il prend (de gré ou de force) face à l’instabilité que va connaitre le secteur jusqu’à la découverte et la mise en oeuvre des nouveaux modèles d’affaire. Car il sera exposé à des variations fortes de ses revenus, des changements de métier, des difficultés en tout genre avec le reste de la société liées à son statut (louer/acheter un appartement, couverture sociale,…)

Le modèle actuel (Auto-entrepreneur) répond aux contraintes des entreprises (cout/flexibilité) mais est très “unfair” pour le collaborateur.
La seconde option que tu indiques couvrirai mieux le point a).

Reste le b). Qu’en penses-tu ? Vois-tu aujourd’hui des solutions innovantes ?