Dessine-moi un Noël
Nouhad Hamam
71

Je trouve ça discutable.

Sous prétexte que le mythe du Père Noël est moins pernicieux que les dogmes religieux, on devrait s’en accommoder et “jouer le jeu”.

Je ne suis pas d’accord, voici quelques éléments de réponse :

— Je ne crois pas en dieu, et je l’explique à mes enfants lorsqu’ils me posent la question (je n’essaye pas de les convaincre, je leur dis qu’ils font ce qu’ils veulent et que moi je n’y crois pas) Que penseront-il lorsqu’ils arrêteront de croire au PN, si j’ai entretenu ce mythe pour eux ? Pourquoi, après avoir “la preuve” que le PN n’existe pas alors que j’ai laissé croire le contraire en sachant que c’était faux, m’écouteraient-ils en ce qui concerne l’existence de dieu ?

— L’année dernière, le 25 décembre au soir, nous sommes passés chez des amis où une avalanche de cadeaux recouvraient les gosses. Mon ainé est reparti furieux parce que lui n’avait pas eu tout ce qu’il voulait, alors qu’il l’avait pourtant écrit au PN etc. Je lui explique quoi ? Que le PN préfère les enfants des riches ? Qu’il a peut-être pas été assez sage ?

— Mes enfants regardent Harry Potter et savent qu’il n’existe pas. Ils regardent Spiderman et ils savent qu’il n’existe pas. Pourtant, au parc, ils jouent volontiers à Spiderman ou Harry Potter sans que ça change quelque chose pour eux.

— Je fais à mes heures perdues de la magie, et le plus grand plaisir de mes enfants est de se voir expliquer “le truc”, pour ensuite pouvoir revoir le tour en sachant que c’est faux, mais en savourant son pouvoir de conviction.

— Je fête noël avec plaisir, avec tout le décorum qu’il y a autour, je suis du genre à me déguiser pour aller voir l’avant-première de Star Wars, mais je ne vois pas le rapport avec le fait qu’il faille absolument être dogmatique sur la question.

Au contraire, je crois sincèrement qu’en enclenchant la machine à frustration du monde des adultes sur des enfants, en leur mentant et en s’exposant à leur déception future, non seulement on ne les respecte pas, mais en plus on nie leur intelligence et leur capacité de compréhension.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.