LA START-UP DE L’AVENTURE

Je suis depuis quelques années le démarrage d’une start-up dont le business plan m’a toujours intrigué. Peut-on vraiment vivre dans le secteur de l’aventure et du voyage extrême?

La réponse se trouve peut-être chez Wilderness Collective, une agence basée aux Etats-Unis qui propose régulièrement des expéditions uniques en petit comité. Trekking en Alaska, roadtrip à moto dans le parc national de Sequoia ou encore surf entre deux îles abandonnées. Tout est réuni pour assouvir la soif d’évasion des hommes. Et des hommes uniquement.

Première particularité intéressante, les expéditions ne sont réalisées qu’une seule fois. Peu de chance de croiser un autre groupe puisque le tracé est souvent vierge de tout passage humain. De quoi donner à ses clients le sentiment d’être des explorateurs confronté à leur propre intuitions. Dans ce milieu, c’est le summum du luxe.

Deuxième particularité, la totalité de l’équipement est fourni par Wilderness Collective. Une sélection haut-de-gamme d’outils, de protections et de tentes souvent sorties de leur emballages. Ce confort on le retrouve aussi autour des repas digne des recettes de Jamie Oliver. Pour les puristes, ce serait presque trop…

Enfin, et c’est un point que j’aime particulièrement, aucun téléphone n’est autorisé pendant l’expédition. Selon Steve Dubbeldam, on ne peut vraiment s’immerger dans l’expédition si l’on se concentre à prendre la bonne photo pour instagram. C’est vrai. En revanche, il a trouvé la parade parfaite pour opérer une “digital detox” grâce à des photographes et des vidéastes qui couvrent le voyage et fournissent aux clients un travail remarquable qu’ils pourront partager tranquillement chez eux.

Si les prix peuvent choquer, on constate que la réussite de cette jeune agence qui attire des clients assez jeunes ne tient pas sur le volume mais sur la qualité de la prestation.

Prochain départ, la Colombie à moto!


Originally published at www.allbornexplorers.com on September 16, 2014.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Brian McLeavy’s story.