Ce matin en me répondant à l’invitation de Loîc je savais qu’encore une fois je serais surpris par les rencontres et ce que je pourrais apprendre sur l’univers des start-up, ces entreprises qui agissent vite, trés vite.

Le premier exercice consiste à se présenter au tout venant. En ce qui me concerne j’opte pour le plus à propos : fondateur du premier cybercafé en 1995 et ex-itélé, aujoud’hui entrepreneur à Genève.

Ma référence reste le Café Orbital, une idée originale construite dans l’esprit start-up : rapide et disruptive, une copie de ce qui fonctionnait déjà ailleurs, avec des succès et des échecs qui n’enlèvent rien à l’expérience.

D’i-télé je conserve la force de l’aventure. J’ai connu Canal du temps de Lescure, Gildas, Meheut. J’y ai vu la naissance des réseaux sociaux et je les ai aidés dans leur conquête du monde médiatique. J’y ai aussi prolongé mon expérience de la vidéo sur internet, 20 ans en 2017.

Ma société constitue mon avenir désormais j’interviens toujours dans le méme esprit pour repousser les limites et capitaliser sur l’expérience. Les californiens veulent changer le monde, ça tombe bien : moi aussi, tout en ne cédant aucune valeur humaine.

De la théorie à la pratique. il n’aura fallu que quelques heures puisque aujourd’hui comme en 1995 je me retrouve au pied de la montagne de projets extraordinaires.

Je vais donc mettre à profit les leçons de ce matin en me donnant des objectifs en fonction du temps qui m’est imparti. C’est une affaire de semaine, de mois, et si tout va bien dans le meilleur des mondes alors j’aurais moi aussi apporté mon petit changement pour un monde meilleur.

À suivre, très vite.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.