FEMYSO : La branche jeunesse des Frères musulmans financée par la Commission européenne…

Si la FEMYSO, filiale jeunesse des Frères musulmans en Europe, est basée à Bruxelles ce n’est pas pour rien, cela fait partie de sa stratégie d’entrisme à la Commission et au Parlement européen. Sous couvert de lutte contre l’islamophobie, ce forum des organisations de jeunesse et d’étudiants infiltrent les structures politiques européennes et réussit à obtenir des financements.

Pourtant, les députés au Parlement européen ne sont pas nombreux à s’inquiéter de ces dérives. A notre connaissance, seulement deux parlementaires se sont interrogés sur l’activisme de la FEMYSO à Bruxelles. Il s’agit de deux députés conservateur, le Britannique, Charles Tannock, et l’Autrichien, Franz Obermayr. Les deux hommes ont questionné la Commission et leurs questions valent leur pesant d’or.

Les mosquées se mettent au vert et au développement durable…

En effet, Charles Tannock écrit : « En avril 2014, Femyso a publié le « Green up! Toolkit », un guide pour les mosquées et les groupes islamiques dans les États membres de l’UE. Pour cette initiative particulière, le groupe semble avoir reçu un financement de la Fondation européenne pour la jeunesse, un projet financé par le Conseil de l’Europe. » Mais qu’est-ce que le Green Up ! Toolkit ? C’est un guide pour engager les mosquées « à devenir un lieu de culte plus durable » à un « éco-prix », un petit livre vert prônant « l’écoIslam ».

Outre que le Forum pour la jeunesse prend vraiment les politiques européens pour des simplets en leur vendant le « culte durable », la bonne question est : la Commission a-t-elle financée se projet pour des raisons écologiques ou religieuses ?

Et Charles Tannock de s’interroger : « Est-ce que la Femyso ou ses associés ont fourni des conseils ou des consultations à la Commission dans le cadre de ses processus d’engagement externe ? » Demande pertinente puisque cette organisation semble connaître toutes les arcanes et détenir toutes les clés de ces structures politiques européennes.

L’alliance Socialiste et Démocrates (groupe S&D) déroule le tapis rouge aux islamistes…

Le 16 mai 2016, une réunion tout aussi surréaliste que le « culte durable » a eu lieu au Parlement européen à l’invitation conjointe du groupe S&D et de l’Initiative européenne musulmane pour la cohésion sociale (EMISCO).

Thème de cette petite sauterie : « la réponse des communautés musulmanes à l’extrémiste », le sujet serait aussi sérieux qu’important si les groupes ou associations censées représenter lesdites communautés musulmanes ce jour-là n’étaient pas toutes… extrémistes. L’organisateur de cette réunion, l’EMISCO, est dirigée par Lord Nazir Ahmed de Rotherham, un homme politique britannique expulsé du Parti travailliste en 2013, pour avoir fait des remarques antisémites, comme le note Franz Obermayr dans sa question écrite ?

Mais l’EMISCO n’était pas la seule organisatrice de cette réunion, à ses côtés ce 16 mai se trouvait la FEMYSO, dont le Président est Youssef Himmat, fils de Ghaleb Himmat, qui fut soupçonné à plusieurs reprises d’avoir financé al-Qaeda.

L’ancienne présidente de cette organisation s’appelle Intissar Kherigi, elle est la fille de Rached Ghannouchi, Président du parti islamiste tunisien, Ennahdha. Cette liste du « beau monde » présent à Bruxelles ne s’arrête pas là.

Les lobbys turcs, pro-AKP, parti du Président Erdogan, Frère musulman notoire, co-organisaient aussi l’événement. Et le député Obermayr de poser, lui-aussi, des questions pertinentes : « La Commission a-t-elle financé l’événement ? La Commission sait-elle que Lord Nazir Ahmed a été expulsé du Parti travailliste à la suite d’accusations d’antisémitisme ? La Commission sait-elle que les organisateurs incluent des groupes islamistes tels que les Frères musulmans ? »

Les réponses de la Commission européenne à ces parlementaires surprennent. Les citoyens européens, qui financent par leurs impôts l’Union européenne, aimeraient savoir s’ils participent à l’« écoIslam » et à la propagation en Europe de l’idéologie des Frères musulmans. Dans le cadre du programme Erasmus+, la commission admettait des financements de la FEMYSO…