Je suis humaniste.

Aujourd’hui se proclamer humaniste fait encore sourire. Un sourire un brin paternaliste souvent amusé qui semble dire « cela passera avec l’âge ». C’est comme si l’humanisme n’était qu’un doux mirage appartenant à des temps révolus et en totale inadéquation avec nos temps modernes empreints de capitalisme et d’individualisme. Pourtant, je pense que l’humanisme n’est rien de moins que la réponse à la crise de civilisation que nous traversons aujourd’hui. Et parler d’empathie au cœur de l’entreprise et de la société n’est pas une ineptie mais plutôt une nécessité. Être humaniste c’est placer l’humain au cœur des systèmes et des interactions, c’est penser l’homme dans toute sa grandeur et sa diversité, c’est penser la communauté de nos destins. Souvent confondu avec l’humanitaire, l’humanisme c’est penser la complexité de notre monde, de notre société et de chacun des individus, uniques et différents, qui la composent.

Être humaniste c’est alors embrasser la pensée complexe. Comprendre que l’imperfection n’est pas à combattre mais à revaloriser, que l’irrationnel fait partie de notre société et que le sensible et les émotions ne peuvent plus être écartées d’une pensée et d’une action pouvant faire face aux défis de notre temps.

Sur ce sujet, je vous invite à découvrir ou redécouvrir un entretien d’Edgar Morin, père de la complexité avec le journaliste Denis Lafay.

http://acteursdeleconomie.latribune.fr/debats/grands-entretiens/2016-02-11/edgar-morin-le-temps-est-venu-de-changer-de-civilisation.html

Et si selon Morin, il s’agit de changer de civilisation, c’est alors toutes nos structures mentales qu’il convient de bouleverser pour enfin créer ensemble l’entreprise de demain, une entreprise plus humaine… Le chemin est encore long. Pourtant dans les temps si noirs que nous traversons, nombreuses sont les lueurs d’espoir.

Et j’en suis convaincue, demain, assumer sa pensée humaniste fera toujours sourire, mais cette fois un sourire de soutien, un sourire qui dira « moi aussi je suis homme, je suis femme, je suis humain ».

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.