Anna Sibaud, une coache pas comme les autres

Charlotte Barbaza
Jul 9, 2019 · 3 min read

Portraits de Parisiennes, Parisiens #6

Image for post
Image for post

Anna Sibaud est une petite boule d’énergie. Son sourire irradie la conversation. Et elle aime en faire profiter les autres. Après neuf ans comme chef de projet en agence de communication, elle a décidé de devenir coache de vie. En tant que féministe pro écriture inclusive et veilleuse égalité femmes-hommes, elle chérit le « e » à la fin de l’intitulé de son métier. Anna place l’humain au cœur de sa profession et de sa vie.

En étant coache de vie, elle accompagne ses clients dans leurs projets personnels ou professionnels. Elle agit dans plusieurs domaines : le travail (recherche d’emploi, reconversion), la formation (reprise d’études, préparation de concours) et l’écriture (mémoires, polar). Elle propose également d’explorer les thématiques suivantes : carrière des femmes (aide à la prise de parole, libération des planchers collants et du plafond de verre), couple (partage des tâches, des charges mentale et/ou émotionnelle) et sexualité (libération des normes, respect du consentement). Elle a baptisé son entreprise « LOFE », une contraction de LOve (your) liFE.

L’humain plus que la finance

Anna pratique la positive attitude. Pour faire bouillir la marmite du bonheur, il faut trois ingrédients selon elle : la liberté, l‘authenticité et le PLAISIR. Elle insiste beaucoup sur cette dernière notion. Pleinement épanouie dans sa vie actuelle, Anna avoue vivre un rêve éveillé : « Je suis dans une amélioration continue. Je ne vis pas du tout dans le passé ! ». Les gens et l’art l’inspirent particulièrement. Dans ce dernier domaine, elle a un faible pour l’art contemporain, l’architecture et le land art à l’image du travail de Tadao Ando. L’in situ, ça la connait : elle rentre d’une mission de coaching sur les terres guadeloupéennes. Il lui arrive aussi d’exporter ses talents dans le Périgord.

Alors que ses études en école de commerce, à l’ESC Reims, la portaient vers une carrière dans la finance, Anna a eu un sursaut et s’est redirigée vers la communication avant de se tourner définitivement vers le coaching. « Aujourd’hui, je suis totalement en accord avec mes valeurs. Le coaching ne comporte pas la partie mercantile que pouvait avoir une boîte de com’. Dorénavant, je travaille pour l’humain et non plus pour une marque », détaille-t-elle. Elle a aussi changé ses habitudes de consommation et se revendique éco-féministe.

Une enfance atypique

Anna porte une attention toute particulière aux personnes en changement. « Je les accompagne dans leur mouvement vers l’avant, je ne suis pas là pour les tirer ou les traîner. », explique-t-elle. Elle, qui a déjà écrit deux livres qu’elle auto-diffuse, aide les autres à coucher leurs émotions et leurs expériences sur le papier.

Dans son premier livre « Le Château de mon père », Anna explique pourquoi elle a eu « une enfance anormale et différente des autres ». Elle a grandi avec un père âgé de 52 ans de plus qu’elle. Grâce à 15 heures de discussion et d’interview, elle a redécouvert son père. Elle est tombée des nues quand, lui le psychologue, lui a raconté qu’il avait été frère engagé dans la religion. Écrire ce livre lui aura enfin permis d’établir une relation d’adulte à adulte avec son père. Pour Anna aussi l’écriture a des vertus cathartiques. Elle confie adorer cet exercice et se sentir en paix quand elle prend la plume.

Paris mais pas à tout prix

Étant native du 15ème arrondissement, Anna Sibaud éprouve un attachement tout particulier à Paris. « Pendant 35 ans, j’ai adoré la frénésie parisienne. Je me disais qu’il était impossible de vivre ailleurs. Mais aujourd’hui, je ressens le besoin de partir de Paris à peu près une fois par mois ». Elle aime beaucoup le 19ème et le 20ème arrondissement. Comme beaucoup de Parisiennes et de Parisiens, Anna trouve la ville parfois fatigante et rêve de la rendre aux piétons et aux vélos. Elle voudrait encore plus de pistes cyclables.

Quitter la ville ? Pourquoi pas ! « Je n’en suis qu’à ma deuxième vie et je sais qu’il y en aura d’autres ! », s’amuse-t-elle. Elle estime que Paris ne souffre pas la comparaison avec Amsterdam ou Lyon en termes de qualité de vie. Même si la capitale est sur la bonne voie…

Charlotte Barbaza

Pour découvrir le travail d’Anna Sibaud, rendez-vous sur : www.lofe.fr

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch

Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore

Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store