L’inertie du bide

Tu viens de t’adonner à des séances de sport régulières. Tu es motivé comme jamais (oui j’ai fait exprès). Arrive le moment tant attendu/redouté du pèse-personne. Horreur et stupeur : tu as pris 300g. Tes espoirs et tes rêves s’effondrent. La conspiration n’est pas loin car il semblerait que tout le monde t’ait menti. Tu fais de la gym et tu prends des kilos.

Avant d’aller plus loin on va jouer avec ta balance. Positionne-la à des endroits variés de ta maison. Place tes pieds un peu différemment à chaque fois. En partant du principe que ton pèse-personne ne t’a pas coûté aussi cher qu’un home studio 5.2 DOLBY SURROUND (j’y connais rien en son cherche pas), tu remarqueras que tu n’obtiens jamais la même valeur.

Tu peux alors te poser quelques questions importantes :

  • M’étais-je pesé exactement au même endroit ?
  • Avais-je exactement les mêmes vêtements ?
  • Cette balance n’est-elle pas une grosse arnaque ?
  • Le sport fait-il réellement perdre du poids ?
  • Au final, a-t-on fini par savoir ce que Tata Yoyo cachait sous son grand chapeau ?

La qualité de la balance, l’endroit, le moment, le contexte jouent forcément en considérant que c’est une comparaison de valeurs. Et comme dit ma maman : “Il faut comparer ce qui est comparable”.

Une fois que l’on s’est assuré que la valeur est utile, on va donc devoir admettre que faire du sport fait prendre du poids.

Hum, je sens que ceci ne t’a pas convaincu. Mais alors comment expliquer le fait que certaines fois on mange à s’en faire péter le bide sans prendre un gramme et que d’autres on courre comme un dératé et on se retrouve avec une barrique digne d’un joueur de pétanque plein de Pastis ?

Il existe plusieurs possibilités.

Le mythe des calories

La première possibilité serait de penser qu’il faut dépenser les calories que l’on ingère. Ceci n’est pas possible.

Pourquoi ? Car une calorie n’est pas une calorie.

Cette phrase bien racoleuse a déjà été utilisée sur un bon nombre d’articles de nutrition, mais je trouve qu’elle amène bien le propos. Comme je le disais dans mon article sur les sucres l’apport d’un pain complet par rapport à un soda sera bien plus bénéfique car il délivre de l’énergie progressivement.

Pourtant, on pourrait très bien détacher un morceau de ce même pain, le peser pour arriver au nombre exact de calories que l’on a vu sur la bouteille de soda. Ces calories ne se valent pas. Faire du sport est LA manière de perdre du poids, mais en ingérant des produits contre-productifs trop fréquemment, on atteindra peut être plus lentement ses objectifs.

Pour bien se défaire de ce mythe sur les calories, je conseille cet excellent documentaire (même qu’il est sur Netflix) : Fed Up.

La soustraction de poids

La deuxième possibilité (souvent complémentaire avec la première) serait de croire qu’en faisant du sport on se “soustrait” du poids.

Ceci est faux.

Prenons l’exemple d’une marche arrière de voiture :

La flèche noire nous indique le sens dans lequel on s’est toujours dirigé. La flèche verte indique la nouvelle tendance que l’on met en place avec le sport. A moins de freiner comme un barge en risquant de tout casser, ll va bien falloir laisser le véhicule terminer sa course en roue libre avant de repartir dans l’autre sens. Cette distance de transition dépend en grande partie de la vitesse à laquelle avançait la voiture.

De la même façon, il est tout à fait possible de prendre quelques grammes dans les premiers jours d’une nouvelle activité. C’est pour cela qu’il faut moins s’intéresser au changement de poids direct qu’à la variation des changements de poids. Tu te souviens ? La dérivée tout ça…

Sur la courbe on se rend compte que malgré les nouveaux efforts on continue à prendre du poids. C’est parce qu’on bénéficie de l’inertie mise en place avant. C’est la régularité du sport qui mettra en place une nouvelle tendance dans la courbe mais pas dans les valeurs directes.

Malheureusement il est assez rare qu’on prenne sa mesure de poids avant d’avoir commencé à s’y intéresser. Malgré tout, dans les premières semaines on pourra noter des différences de variation. Il ne faut donc pas baisser les bras. Si tu prends 200g au bout d’une semaine c’est que potentiellement avant tu en prenais au moins autant.

Ce qui est intéressant avec ce phénomène c’est qu’il fonctionne dans les deux sens. C’est ainsi qu’en arrêtant le sport une semaine après 6 mois de progression, cela n’aura pratiquement aucun effet sur l’organisme. Quand on arrive à ce point précis on se rend compte que l’on peut continuer à vivre en se faisant plaisir tout en se donnant des limites sur le temps maximum entre deux séances de sport.

Like what you read? Give Mon cul c’est du poulet a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.