Violences sexuelles dans le monde de la musique: Le bruit du silence

Chloé Bonnefoy
Nov 26, 2019 · 5 min read
Violoncellistes en concert, crédit: Pixabay
Violoncellistes en concert, crédit: Pixabay
Violoncellistes en concert ©Pixabay

À l’heure où l’affaire Dreyfus et l’affaire Polanski jouent des coudes dans le scandale d’un “J’accuse” en tête des box-offices, la parole se libère progressivement dans les différents milieux artistiques. Après la déchéance de la journaliste Sandra Muller, initiatrice du mouvement #MeeToo, les témoignages s’amoncellent. La musique classique n’est pas en reste, et le bruit du silence résonne; les musiciennes aussi réclament que leur voix soit entendue.

Deux ans après les premières accusations portées contre le producteur Harvey Weinstein, c’est à présent le réalisateur Roman Polanski qui passe sous les projecteurs. Mais si le cinéma connaît son lot de scandales à l’heure actuelle, la loi du silence subsiste dans des milieux comme celui de la musique classique.

De la place de la femme dans la société, on parle d’écrivaines, de peintres, de dessinatrices et de musiciennes anonymes; combien sont-elles? L’ouvrage collectif La musique a-t-elle un genre? part à la recherche de ces invisibles.

En 2019, seulement 10% des compositeurs de musique en activité sont des femmes. Mais en fouillant l’histoire de la musique, de plus en plus de recherches démontrent que les discriminations dont les femmes peuvent faire l’objet ne portent pas seulement sur l’accès aux plus hautes fonctions symboliques.

Un ouvrage collectif sous la direction de Mélanie Traversier et Alban Ramaut aux éditions de la Sorbonne.


Les inégalités demeurent partout, que ce soit une question de parité ou de salaire, d’opportunités.. Mais que se passe t-il dans la sphère très privée et prestigieuse du monde de la musique classique? En début de mois, Marin Alsop devenait la première femme à la tête de l’orchestre de Vienne, un pas après l’autre. Petit rappel en chiffres grâce au site Paye ta Note:

À l’école du risque

On pourrait justifier ces chiffres par le manque de disparité du milieu professionnel, mais sans doute faudrait-il remonter un peu plus : que se passe t-il dans les conservatoires? En avril déjà, un organisateur de stages à Bayonne était visé par trois plaintes pur harcèlement et agression sexuelle. Des abus de pouvoirs, des rapports de dominations? Musicienne à l’Orchestre Symphonique de Québec depuis 2004 à l’Alto, Marie-Claude Perron explique:

“A l’OSQ on a pas à ma connaissance eu d’histoires de ce type […] Dans le milieu étudiant, c’est plus délicat par contre. La relation prof-élève peut être propice à des situations assez graves… (relation d’autorité, l’enseignement individuel…”

Une autre cible facile, les étudiants étrangers :

“Souvent, c’est des étudiants étrangers qui sont dans des écoles prestigieuses et qui n’ont pas moyen de porter plainte. Ils ne sont pas pris au sérieux ou ils ont peur de devoir rentrer chez eux.”

Mais une fois dans le milieu de la musique classique, déjà difficilement accessible, la place n’est pas gagnée.

“Séparer l‘homme de l’artiste” répètent les foules lorsque des noms chers tombent; le trompettiste de talent Ibrahim Maalouf, était il y a un an sur les bancs d’accusations pour une agression sexuelle sur mineure. Elle avait 14 ans au moment des faits et lui 33; pour ça, le musicien écope de 20 000 € (à peu près 30 000 $CAN) et de quatre mois de sursis. Si il a toujours nié les faits, la condamnation a été prononcée. Depuis il enchaîne les festivals, concerts et entrevues.

Charles Dutoit, n’est plus le bienvenu sous celui de l’Orchestre National de France: en décembre 2017, le chef d’orchestre suisse est accusé par quatre femmes (trois chanteuses et une musicienne) de harcèlement sexuel. L’Orchestre symphonique de Philadelphie lui retire son titre de chef émérite, ceux de Boston, San Francisco, Sydney, New-York, Chicago, Cleveland jusqu’au Royal Philarmonic de Londres l’écartent. L’Orchestre symphonique de Montréal avait même ouvert une enquête en interne, close depuis. Dans une lettre à l’agence Associated press, il avait déclaré:

“Alors que les contacts physiques informels sont monnaie courante dans le monde des arts en tant que geste d’amitié mutuel, les accusations graves portées à la contrainte et au contact physique forcé sont absolument dénuées de fondement.”

Depuis, il a été nommé chef principal invité de l’Orchestre philarmopnique de Saint-Pétersbourg.

“Vous savez, toute cette connerie d’agressions sexuelles nous ne l’avons pas […] si vous ne voulez pas, personne ne va vous forcer. Dans notre milieu, si vous avez du talent et une voix, alors vous serez quelqu’un” déclarait la chanteuse lyrique Anna Netrebko l’an dernier. Propos pour lesquels elle s’est excusé plus tard après avoir provoqué la polémique. Traduction des tweets disponible à la fin de l’article.

On pourrait encore dire, c’est arrivé près de chez vous, et l’adage prend sens lorsque l’on se rappelle des événements survenus en 2018 au sein de l’Orchestre symphonique de Montréal: “Quand c’est arrivé à l’OSM à l’époque, l’administration n’a pas su quoi faire. Il faut dire que c’était avant le mouvement #MeToo”, raconte Marie-Claude Perron.

Et si on essayait de faire mieux?

On connaissait déjà le célèbre Paye Ta Shnek, site de témoignages qui tirait sa révérence en juin dernier suite à un ras le bol; celles de trop, tel que l’annonce sa créatrice sur les réseaux Instagram, Facebook et Twitter.

Pourtant, avec le soutien immédiat des internautes, la créatrice garde espoir: “La bagarre continue!”, explique t-elle dans son post suivant.

Un mouvement inspirant puisque des initiatives se mettent en place à coups de hashtags ; après Paye ton journal, Paye ta Blouse ou encore Paye ta Fac, c’est au tour des professionnelles du monde de la musique de faire entendre leur voix avec Paye Ta Note.

Initié par une violoncelliste de 35 ans originaire de Lyon, le site récolte des témoignages allant du sexisme ordinaire jusqu’aux paroles les plus brutales.

Ici au Québec, le plan d’action L’Aparté vise à agir pour lutter contre le harcèlement et les violences sexuelles. Né à la suite du mouvement #moiaussi (plus connu sous le nom de #metoo), ce centre de ressources est en collaboration avec le gouvernement du Québec et la Clinique Juridique Juripop.

Présentation de l’initiative l’Aparté

Traduction tweets:

@ClassicFM Permettez-moi d’être clair: aucune victime d’agression sexuelle n’est jamais à blâmer. Alors que dans ma carrière je n’ai jamais connu ce que j’appellerais du harcèlement, ce à quoi je faisais référence dans cette interview, je sais qu’il existe dans toutes les industries, y compris l’opéra.

J’ai vivement réagi à cette question, car je pense que des personnes légitimes craignent que leur réputation et leurs moyens de subsistance ne soient condamnés par la seule opinion publique.

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade