Et maintenant, comme un grand vide

… ou comment faire le grand saut !

Voilà, c’est fait. Done. Barré dans mon bullet journal (jolie découverte que je dois à mon amie Cécile). Attendu depuis des mois. Déjà fait, en seulement 72h (enfin pour de vrai ça a pris des heures, des semaines, des mois… presque une année).

J’ai déménagé. Changé de maison. Passé d’une ville de presque 16 000 habitants (Mennecy — Essonne) à un village de 800 âmes (St Just d’Avray — Rhône).

Presque 8 mois que je ne sais pas quoi répondre quand on me demande où j’habite.

Et maintenant je sais quoi répondre… mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire Après ?

J’ai vraiment du mal à trouver (oui je sais ça viendra tout seul, ça va me laisser du temps pour autre chose, même si je ne connais pas encore cet Autre), tellement du mal qu’hier au soir je me disais que je n’avais même pas de sujets pour écrire aujourd’hui dans le cadre de mon défi des 66 jours.

Et puis j’ai lu l’article de Miguel Bocquier (Décompression et relâche (Step #9) que je suis depuis peu, et je me suis dit :

Bon ben c’est cool, demain joker, c’est mon jour de relâche.

Et en me disant cela, j’ai trouvé le sujet. Lié à mon état d’esprit du jour… Après toutes ces heures, semaines, mois à être portée par le changement de région, le changement de vie dans lequel mon mari nous emmenait, il fallait faire une pause.

C’est ça le Grand Saut en fait. Il n’y a plus Rien. Même si je me connais, il va vite être rempli… 
D’ailleurs c’est déjà fait, je viens de répondre au défi des 66 jours… enfin c’est surtout le défi d’une personne qui poursuit son rêve. Bon ok c’est d’abord celui de l’auteur de :”Nouvelle Habitude 2017 : ECRIRE (Step #1).

Et qui a proposé (dans le groupe du Miracle Morning Francophone) que nous partageons, qu’on soit 2 au minimum, pour se motiver, pour s’épauler.

Seul, on va plus vite. Ensemble, on va plus loin. — Proverbe africain

J’ai sauté sur l’occasion, moi qui reculait chaque jour le moment d’écrire, qui me contentait de mes quelques lignes rédigées le matin et/ou le soir dans mon carnet placé sur ma table de nuit… alors que c’est exactement ce qui me manquait dans mon quotidien (tiens encore une idée pour un autre article…)

Rappelle toi de ne pas te contenter de peu. Vise tes rêves (ah oui mais de quoi je rêve en fait), avance !

Quand tu veux abandonner, pense à ce qui t’as fait commencer. — Anonyme

C’est ce que je fais. Alors que j’organisais la 1ère édition du Salon Elles réussissent en Essonne, je visais déjà la suite, non pas en organisant une 2ème édition, mais en me disant que je voulais être LA marraine d’un événement comme celui-ci.

Et c’est ce qui m’arrive cette année. Me voilà à promouvoir notre rendez-vous du 29 juin prochain. Rendez-vous à #networkexpo2017.

Aujourd’hui, le mot de la fin sera une citation.

Quand tu veux abandonner, penser à ce qui t’as fait commencer. — Anonyme
One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.