Ne me dites plus jamais bon courage.

C’est le titre du livre de Philippe Bloch, et je le remercie de me laisser en user pour ce billet.

© Pixabay

Mais franchement, Stop. Je vais bien, je n’ai pas besoin qu’on me dise Bon Courage.
Il est vrai que ce matin j’ai laissé une marmaille de cousins-cousines en pleine forme (ce sont les vacances chez nous) et je suis partie “au travail”.

J’ai pris mon temps pour me lever, j’ai apprécié mon jus d’orange frais, le marbré maison et ma grande tasse d’eau chaude. C’est ça aussi être “en vacances”. Prendre le temps de faire ce qu’on a envie.

Et je suis contente d’être là à vous écrire ces quelques lignes, face aux sapins du Beaujolais Vert, avec la brume qui virevolte pour faire place à la douceur pré-printanière, dans mon espace de coworking
Contente parce que j’ai choisi mon travail. Que ça n’est pas une contrainte. J’y vais parce que j’en ai envie et donc ça n’a pas de prix, je le vois bien vous qui rêvez de faire autre chose et qui me dites “bon courage” parce que vous vous projetez à ma place et que VOUS ne voudriez pas travailler.

Mais moi, ça va.

Alors s’il vous plaît, ne me dites plus jamais “bon courage”. 
Souhaitez moi une belle journée.

© Pixabay

Et prenez votre courage à deux mains pour changer ce qui ne va plus dans votre vie. 
Oui je sais. Là je ne suis pas très tendre, mais à un moment, il faut y aller, et seul.e vous pouvez le faire.

PS : Philippe Bloch est le parrain de #networkexpo2017 dont je suis moi-même la marraine. Hâte qu’il me dédicace son bouquin !

Like what you read? Give Guillemette LOYEZ a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.