Trésor des abysses

Krings le pirate arpente les mers en quête de gloire et de richesses. Sa carte va le guider jusqu’au trésor, mais celui-ci est bien gardé. Krings ne se rend pas compte de la menace qui pèse sur lui…


Jour 1

Premier jour de workshop, les professeurs nous font faire des exercices pour but de nous exercer à créer et imaginer.

On commence par un cadavre exquis collectif puis par groupe selon 2 thème: bonheur et fatalité. Nous ouvrons donc notre inconscient pour cet exercice.

Ensuite nous regardons (et non voir) une vidéo. En effet, nous avons appris à décortiquer la vidéo, qui n’avait aucun dialogue, pour comprendre l’histoire qui en découlait. Dans la continuité, nous avons dû décrire un personnage, un objet, un lieu, un personnage ou même un lieu et un objet en même temps et tout cela sans le dire explicitement. Exercice bien sympa pour ouvrir notre vocabulaire.

Jour 2

En ce deuxième jour, nous avons ouvert notre imagination en regardant des photos que nous a montré Mr. St Cricq. Avec ces photos, nous devions les voir “les décrire et les regarder “ et interpréter l’histoire de la photo. Cet exercice nous à permis de comprendre que chacun d’entre nous n’avait pas la même histoire pour la même photo.

L’exercice suivant consiste à nous faire représenter en un dessin rapide, une description d’une scène. Exercice pas facile. En effet faire comprendre la scène simplement en dessin n’est pas une chose facile.

Donc à un moment, nous avons dû représenter des émotions et attitudes pour savoir mieux les utiliser.

Pour finir cette journée, nous avons eu le briefing pour ce workshop. Nous nous basons d’ un livre “Romance” créé par Blexbolex qui est un illustrateur et auteur français. Il nous est demandé de créer une histoire qui est composée de 34 mots divisée en 4 chapitres. Pour le lendemain il faudra faire 4 listes de mots et une histoire qui est basée sur la liste de mots initiale.

Jour 3

Ce ne fut pas facile de faire notre liste de mot en quelques heures mais on y est arrivé. C’est l’histoire d’ un enfant qui part au magasin mais qui fait une chute de vélo sur le chemin.

Ce matin 2 étudiants de chaque groupe ont présenté la meilleure liste de mots sur les 4 et l’histoire qui accompagne cette liste.

Ensuite il y a de nouveau eu un exercice à faire qui est “Regarder/Voir” et“Ecouter/Représenter”.

Dans l’après-midi Mr. Arno DiNunzio nous fait une présentation sur des illustrations sur base d’une grille, qui nous aide à réaliser des formes avec une grille.

La reste de la journée est consacrée à l’élaboration de notre liste de mots.

Jour 4

Après des remarques des professeurs on décide de trouver une autre histoire, qui ne soit pas aussi classique et linéaire. Donc pour se faire, chacun des membres du groupes a créé sa propre liste de mots ainsi que son histoire. Nous en discutons ensemble et choisissons l’histoire de pirate.

Avant le midi, Mr. Bourgaux nous a fait une présentation sur les “case studies”, car il faudra en faire un pour le storyshop.

L’après-midi on la travaille jusque en fin de journée, en faisant des croquis pour chaque image.

Jour 5

La matinée on travaille sur les introductions des différents chapitres, qui est un vrai défi. Comme pour chaque projet on doit passer faire plusieurs essais pour trouver la bonne formule.

Pour réaliser ce workshop sans encombre, nous avons fait notre planning avec de l’avance niveau timing pour que si jamais on avait un imprévu, nous serions encore dans les temps.

L’après-midi on élabore une bibliothèque d’images et un style graphique qui nous permet d’avoir une cohérence entre nos illustrations. On décide alors d’utiliser l’aquarelle pour ajouter une touche personnelle et même un peu de vie aux illustrations ainsi que du crayon pour mettre les éléments plus en évidence par rapport au décors.

On a élaboré une grille pour pouvoir créer nos formes.

Jour 6

Ce jour est consacré au dessin. On avance bien avec nos illustrations. De temps en temps, il faut encore ajuster nos introductions et liste de mots. De plus, nous créons notre bibliothèque d’image pour avoir les mêmes éléments sur chaque illustration même si ce n’est pas la même personne qui le dessine.

A 11h Julien Henrotte nous fait une présentation très intéressante et encourageante en nous expliquant que peu importe le nombre de fois que tu échoues du moment que tu te sers de l’expérience de ces échecs pour avancer et de surpasser ces obstacles .

Jour 7

A peine être rentré dans le local du workshop on a commencer à travailler sur nos illustrations au crayon ou au porte-mine. Nous faisons nos illustrations après s’être concerter sur le style de nos illustrations au vu de notre bibliothèque d’images. Pour créer notre bibliothèque, chaque membre du groupe à été sur le net à la pêche de photos ou d’ illustrations qui leur plaisait bien.

On discute entre nous ce qui est bien et ce qui ne fonctionne pas. Comme nous n’avons pas tout terminer chacun devait terminer le crayonné chez lui pour la mise en couleur à l’aquarelle le lendemain.

De plus, nous incorporons les principes de composition dans nos illustrations. Donc on se les répartit et on en discute afin de bien les comprendre à vue d’oeil.

Jour 8

C’est le jour ou nos illustrations prennent forme. On peint à l’aquarelle et on se sert des crayons de couleurs pour certains éléments. On définit les couleurs qu’on utilise pour garder la cohérence entre nos illustrations. Avant de commencer on se familiarise avec l’aquarelle en faisant quelques tests sur du papier car utiliser l’aquarelle est un risque comme aucun d’entre nous ne l’avais utiliser avant. Mais ce risque paye car nous avons appris une nouvelle technique bien amusante.

Après avoir terminé les illustrations on s’attaque au texte d’introduction de chaque chapitre après les avoirs minutieusement rédigées. Pour ce faire, nous les écrivons à la main de sorte qu’on puisse penser que c’est une écriture à l’ancienne et pas très bien écrite. Pas facile d’écrire mal.

Jour 9

Aujourd’hui, après avoir scannées et retouchées durant le weekend les illustrations et les textes nous les importons dans les gabarits InDesign pour la conception de l’affiche A1 et du livret.

Terminés on part les imprimer chez “Adrénaline” pour Le livret et à l’école pour l’affiche.

Puis enfin on rogne l’affiche pour qu’elle ait le format adéquat.

Jour 10

Nous commençons à préparer notre présentation pour le lendemain. On a 5 minutes de présentation, donc on essaye d’être le plus compact possible. Une fois fini notre speech, on le répète. On créer les slides avec nos photos pour montrer ce que nous avons fait.

De plus, Christelle a interrogé sa famille pour avoir une expérience utilisateurs afin d’avoir un avis extérieur de l’école pour voir comment des gens “normaux” comprennent notre histoire. Nous retiendrons ces critiques pour l’avenir afin de ne plus refaire les même erreurs.

Jour 11

C’est le grand jour! Arrivé au matin, on colle l’affiche dans la cafétéria et on patiente pour la présentation. Le stress monte. On écoute les remarques et on les assimiles afin d’évoluer (non nous sommes pas des pokemons).

Ressenti

Kevin

Ayant déjà eu ce workshop l’année passée, j’avais l’impression que j’apprendrais rien de ce workshop et que j’allais m’ennuyer… mais j’avais tort. Je me suis même amusé car on a dû peindre à aquarelle alors que je n’avais plus fait ça depuis mes 11 ans.J’ai appris beaucoup de choses et c’est surtout le coté de l’organisation que j’ai amélioré (un très bon point !).

Un conseil: quand tu fais une erreur ne la prend pas trop à cœur et passe à autre chose !

Christelle

Ce workshop est original et riche en nouveauté. Au début ce fut dure la cohésion d’équipe comme je suis très structurée et les garçons lent mais au final on a tous bien travailler et sans encombre. J’ai aimé apprendre l’aquarelle. Ce fut une expérience enrichissante car on a du faire passer le message surtout par les images et les textes étaient là de support. On apprendra de nos erreurs grâce aux commentaires des professeurs mais aussi des tests utilisateurs.

Rémy

Comme à chaque workshop, j’en ressort avec plus de connaissance. C’est une bonne expérience car cela nous apprend à travailler en groupe et à respecter une deadline.

Florian

J’avais une mauvaise expérience du Storyshop de l’année passé. J’ai préféré ce workshop, je trouve qu’il était mieux organisé et construit, chacun avait sa tâche. Je trouve qu’on a bien travaillé en groupe et appris des nouvelles choses et techniques.

Making-Off

Si vous souhaitez voir notre histoire c’est ici : Histoire-trésordesabysses

Et si vous souhaitez imprimer l’histoire, voici le pdf : PDF-histoire

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Christelle Beernaert’s story.