Ce que signifie « être une B Corp » pour Citizen Capital

Citizen Capital a été le premier fonds d’investissement Français certifié de B Corp en 2015, aux côtés de deux de ses participations, Camif et Ulule, et parmi 30 premières B Corp françaises. Recertifiée en 2017 à l’issue d’un audit in situ, nous sommes fiers d’avoir été nommés en 2018 parmi les Best For the World dans la catégorie Changemakers, qui met en exergue les entreprises B Corp avec la plus belle courbe de progrès dans les domaines mesurés — Clients, Collaborateurs, Environnement, Fournisseurs et Communauté. Notre réévaluation avec 13 points gagnés depuis 2015 met en avant les jalons accomplis depuis notre certification. Pour tous ceux qui se posent la question « B Corp or not B Corp », retour sur ce que B Corp nous a apporté…

Pourquoi nous sommes devenus B Corp ?

D’abord nous nous sommes reconnus dans le message de B Corp sur l’entreprise comme levier de transformation de la société au service du bien commun, le fameux Best For the World plutôt que Best Of the World, où l’entreprise est un formidable levier pour être le changement que nous voulons voir advenir dans le monde (la phrase est de Gandhi mais a été reprise dans la déclaration d’interdépendance de B Corp).

Nos deux premiers fonds n’ont pas une approche d’économie sociale et solidaire, nous investissons dans des entreprises qui ne se qualifient que rarement de « sociales » mais nous n’avons pas non plus une approche mainstream. Nous cherchons à accompagner des entreprises qui s’appuient sur l’entreprise pour relever des défis sociaux et environnementaux, avec de fortes perspectives de croissance capable de démultiplier leur impact. L’ambition sociétale de ces entreprises n’est ni accessoire au projet économique ni une entrave au projet économique ; elle n’est pas une externalité positive. Elle est au cœur du projet de l’entreprise. Nous avons retrouvé ces messages dans l’histoire du statut de Benefit Corporation adopté par quelques milliers d’entreprises américaines et porté par la certification du même nom, créée en 2006 par trois entrepreneurs de Philadelphie.

Pour autant, la poursuite d’un double objectif ne va pas de soi.

L’histoire du glacier Ben & Jerry’s en est une illustration marquante, qui a donné naissance au mouvement « B Corp » et en particulier au statut de « Benefit Corporation » aux Etats-Unis. Cédée à Unilever en 2000 malgré l’opposition des fondateurs qui avaient construit une entreprise engagée dans le partage de la création de valeur avec ses employés, ses fournisseurs et la communauté locale, l’entreprise a été au cœur d’une controverse judiciaire tranchée par la Cour Suprême et confirmant que le premier rôle d’une entreprise est de maximiser la création de valeur pour les actionnaires.

Or la poursuite d’un impact social ou environnemental introduit un intérêt propre à l’entreprise qui n’est pas toujours aligné sur celui des actionnaires. Cette ambition peut par exemple nécessiter des aménagements qui affectent momentanément la rentabilité d’un investissement ou la retardent, au bénéfice d’une création de valeur stratégique future. De même, toute recherche délibérée d’impact peut être remise en cause lors d’un changement d’actionnaire. C’est pourquoi la certification exige des sociétés qu’elles incorporent à leurs statuts des engagements envers les parties prenantes.

Une certification sérieuse et à dimension internationale

Ainsi, l’histoire du mouvement « B Corp » nous semble faire partie des prémisses d’une évolution féconde du capitalisme qui infuse -timidement encore- de nombreux pays dans le monde.

Le coeur de la démarche B Corp, c’est sa certification. Elle est exigente, difficile à obtenir pour une entreprise qui n’a pas mis sa mission au coeur de son projet.

Si vous atteignez les 80 points minimum nécessaires pour la certification, vous signerez la déclaration d’interdépendance qui engage ainsi les leaders de cette économie émergente :

  • We must be the change we seek in the world.
  • That all business ought to be conducted as if people and place mattered.
  • That, through their products, practices, and profits, businesses should aspire to do no harm and benefit all.
  • To do so requires that we act with the understanding that we are dependent upon another and thus responsible for each other and future generations.
Participer à une communauté d’entrepreneurs internationale

Faire partie de B Corp c’est rejoindre 2.600 sociétés aujourd’hui (dont 917 en Europe et 58 en France), qui partagent toutes l’ambition de contribuer par l’entreprise à un monde plus respectueux des hommes et de la planète dont les porte-drapeaux sont Patagonia, Natura ou Veja. La communauté, animée par l’agence Utopies en France, est grandissante à travers l’Europe.

Se confronter à un évaluateur externe rigoureux et à des standards communs

Ensuite, nous avons été convaincus par la qualité de la certification B Corp. Sous réserve d’y accorder un peu d’attention en dehors des périodes d’assessment, B Corp peut être un chemin de progrès structurant. Le questionnaire comporte plus de 200 questions sur les thèmes des fournisseurs, des clients, de la gouvernance, de l’environnement et de la communauté. L’audit qui suit l’envoi du questionnaire est rigoureux et exigeant. Réalisé par l’association B Lab, il comporte des questions poussées sur le mode d’organisation et des documents justificatifs sont demandés pour certaines réponses. Le dernier audit, en 2017, a été réalisé par skype durant 2h30 et a comporté une visite de nos locaux. Les deux audits nous ont fait prendre conscience de nos atouts mais ont aussi mis en évidence un certain nombre d’axe d’amélioration possibles.

Citizen Capital s’est donnée une feuille de route pour relever plusieurs défis posés par B Corp, tels que la revue externe de la démarche de mesure de notre impact, la mise en place d’une évaluation à 360° de l’équipe, le passage chez un opérateur d’énergie renouvelable…

Pourquoi nous avons été nommés Best For the World Changemakers en 2018

B Corp a particulièrement valorisé notre modèle d’organisation en alignement avec notre mission d’investisseur à impact :

L’intéressement de l’équipe aligné sur la performance sociale (autant que financière)

Citizen Capital a développé à partir de 2015 une méthode d’évaluation de son impact fondée sur des objectifs établis avec chaque participation. Cette performance est évaluée annuellement sur la base d’indicateurs sociaux spécifiques à la mission de l’entreprise. L’intéressement de l’équipe (carried interest) est lié pour 50% à la performance sociale du Fonds, mesurée à partir de celle de ses participations et celle de la société de gestion. Ces indicateurs, établis en amont de l’investissement avec les dirigeants des entreprises, sont revus et validés par notre comité d’orientation composé des actionnaires. A la fin du Fonds, en cas de non-atteinte des objectifs sociétaux, le solde est versé à une cause sociale. Cette mesure a été soulignée parmi les Best Practices de la communauté B Corp.

La publication d’un rapport annuel transparent sur la mission et la performance d’impact

Notre évaluation en 2015 a mis en évidence l’absence de reddition publique de notre impact. Nous avons donc depuis, décidé de publier annuellement un rapport d’activité portant sur la vie du fonds, l’activité de nos participations et nos engagements en tant qu’investisseur à impact. Ce rapport présente les objectifs d’impact de chaque participation et leur suivi dans le temps.

Des initiatives de rétrocession de plus-value au partage aux collaborateurs à l’occasion des sorties réussies

Dans le cas de sorties avec création de valeur significative (par exemple Trace ou G2J), et avec l’accord de nos investisseurs, nous avons décidé de reverser une partie de la plus-value de la cession aux salariés (hors management) de l’entreprise cédée. Cette pratique, aujourd’hui promue par France Invest, commence à susciter l’intérêt de certains fonds de capital-investissement.

L’ensemble de ces actions participe d’une volonté d’aligner, sans ambiguïté, notre organisation avec notre stratégie d’impact investing. A l’image de cet adage de Gandhi : « Be the change you want to see in the world », B Corp nous aide à tendre vers l’entreprise à mission que nous souhaitons être.