Quel programme culturel pour une bibliothèque universitaire ?

2015–2016, troisième année d’action culturelle pour la bibliothèque des Grands Moulins, à l’université de Paris Diderot. Cette mission a été créée fin 2012, avec mon arrivée.

Quels objectifs pour l’action culturelle ?

L’action culturelle a pour but de valoriser les collections de la bibliothèque, non seulement imprimées (plus de 260000 livres) mais aussi numériques et audiovisuelles. A l’image de l’université Paris Diderot, les fonds sont multidisciplinaires. Les 9000 usagers inscrits sont en majorité des étudiants en sciences dures, sciences humaines et sociales, langues et littérature. Environ 10% sont enseignants dans ces disciplines.

Par l’action culturelle nous souhaitons amener les usagers à appréhender la multidisciplinarité des savoirs.

Un autre objectif est de construire une nouvelle fonction pour la bibliothèque, celle de troisième lieu : espace collectif d’échanges, où les savoirs sont mis en débats. En lien avec les expositions, sont organisés des ateliers, des rencontres avec des chercheurs, ponctués de lectures à voix haute,.

Le public ciblé, ce sont les étudiants. Nous les impliquons dans ces actions en construisant le programme avec les enseignants.

Les partenaires

. Les principaux partenaires des projets sont les enseignants.

Dans chaque UFR, un enseignant , qui a le rôle de correspondant documentaire, fait le lien entre la bibliothèque et l’ensemble des enseignants de l’UFR.

. Le service Culture de l’université peut aussi proposer des actions.

. La Direction de la Communication de l’université participe à chaque projet. La bibliothèque établit un plan de communication avec la Direction de la Communication de l’université, qui diffuse sur le site web, et vers quelques partenaires institutionnels. Le service Communication met à disposition un service de graphistes qui met en page les supports (affiches, tracts, documents de présentation, panneaux d’exposition). Pour éditer les documents, la bibliothèque passe commande au service d’imprimerie de l’université.

Quel est mon rôle dans la réalisation des projets culturels ?

Quand le contenu du projet a été défini, je planifie la réalisation des activités avec l’enseignant ; même si le programme culturel est élaboré l’année précédente, les dates des évènements sont précisées ensuite.

Des collègues de pôles documentaires complètent les premières recherches bibliographiques des étudiants ou enseignants, nous pouvons élaborer la bibliographie ; avec deux collègues, nous proposons une mise en espace des expositions ; avec les partenaires du projet, je définis le déroulement d’une manifestation orale et propose les intervenants.

Le plus tôt possible je prépare les supports de communication, avec les organisateurs, pour les transmettre à la Direction de la Communication.

Quelles manifestations pour la bibliothèque ?

Le principe retenu actuellement : tous les deux mois, autour d’une thématique, nous proposons une exposition, et éventuellement une manifestation orale : rencontre avec des chercheurs, lecture-spectacle, …

L’exposition consiste essentiellement en panneaux, avec quelques objets en vitrine et une vidéoprojection. Une sélection de documents est installée sur une table.

Constats :

Ces évènements rythment la vie de la bibliothèque, mais les étudiants s’arrêtent peu dans ces expositions. Dans ces présentations classiques, les textes n’intéressent pas le public. Les manifestations orales ne fonctionnent bien que lorsqu’un enseignant les rend obligatoires pour ses étudiants.

Mon objectif est d’intéresser les étudiants aux activités culturelles en leur proposant des projets susceptibles de les concerner, et dans lesquels ils pourraient s’impliquer. Pour cela, pendant le dernier trimestre 2015, j’ai intégré dans le programme 2016 quelques projets collaboratifs :

. Printemps des Poètes, en mars : participation d’étudiants à des déambulations poétiques dans les salles de lecture. Avec Macarena Paz Celume, lectures et conseils de mise en espace.

. 14/18, La guerre et la chair. Soigner en temps de guerre. En avril-mai

Des étudiants en médecine sont invités à présenter leurs projets d’arts et de bases de données. Le Living Lab de l’université Paris Descartes participera peut-être ?

. « Etudiants engagés, étudiants citoyens : innovations pédagogiques après mai 68 ». En mai-juin.

Avec le club d’étudiants “Charles V History Revival “ du CRI, nous souhaitons susciter des réactions et échanges autour d’une exposition d’affiches militantes.

. Voilà Paris, en juin-juillet : avec un autre club du CRI, le City of Learning, nous souhaitons créer une plateforme collaborative pour explorer Paris, à l’intention des étudiants étrangers, invités à cette co-construction.

Ces nouvelles actions se construisent grâce aux échanges réguliers avec les étudiants du CRI. Autant de pistes pour impliquer le public, susciter ses réactions : par l’émotion (Printemps des Poètes), par la confrontation entre passé et présent, ou encore avec un décor années 70, mais aussi en montrant la vie quotidienne des étudiants étrangers en France.