Le jour où j’ai voulu refaire mon cv

J’ai 27 ans. Pour la première fois je tombe sur une offre d’emploi dont les critères de sélection semblent me correspondre en tout point, alors gaiement et pleine d’entrain je me dis « vas-y! Laisse toi y croire et fais ce qu’il faut. »

Pour faire ce qu’il faut : se mettre à bosser et…

>> 1 ne pas perdre espoir.

Il va y avoir une sacrée phase de remise en question. Mon CV date de 2015. Partant de là, on voit une présentation sale, médiocre, plus du tout dans l’air du temps.. Puis on pense :« merde, j’ai pas touché à mon CV depuis tout ce temps…merde qu’est ce que je fous de ma life? » Ce n’est pas grave, qui a dit qu’il s’agissait d’une course? Et contre qui?

>> 2 faire une pause

Ça remue, ça emmerde, ça titille. 5 minutes de break.

>> 3 faire des recherches, mais pas trop longtemps.

Google sera toujours là pour toi. Tape Pinterest, cherche « cv créatif » ou ce qui t’arrange, et regarde. En un temps éclair tu trouveras ton bonheur, regarde, inspire toi, note ce qui ressort le plus, retiens ce qui te correspond. ET FERME TOUT. Sur internet ils sont forts, celui qui poste son CV comme modèle a déjà une confiance plus plus. Si comme moi tu dois caler pas mal de jobs alimentaires et un diplôme obtenu il y a un siècle déjà, dirige ton doigt vers le bouton « echap» maintenant.

>> 4 Avoir un regard bienveillant sur soi même, ET NE PAS PANIQUER.

Sur ces modèles de cv, j’ai retenu ce petit encart « profil » utilisé pour écrire une sorte de résumé de soi. Plus efficace et moins fermé que de simples expériences impossibles à résumer correctement dans un joli rectangle.

Je hoche la tête à moi même « yep ok, je peux le faire ». Me voilà devant cette page toute vierge, Ô clé de mon avenir professionnel. J’ai pianoté « profil » en lettres majuscules. Et voilà. Rien ne sort de mon cerveau. Qui suis je? qu’ai je fais? Est ce que je perds mon temps?

>> 5 Ne pas chialer…

Mon manque d’expériences louables sur un CV ne me réduit pas au néant

Je suis devenue une personne à part entière, mon coeur n’a pas cessé de battre depuis que je suis telle ou telle employée. Rentrer dans une case quand on à l’impression d’être une figure géométrique datant de l’ère préhistorique, c’est compliqué, mais ça peut aussi supposer que tout est possible, et que le meilleur est à venir. Nous ne sommes pas qu’un job. C’est dur à admettre quand on voit l’émergence du rêve américain sur notre monde tout entier, mais notre épanouissement peut être autre( lire des bandes dessinées, aller à la danse, faire l’amour…)

>> 6 Et si tu n’y arrives pas…

Et bah chiale un bon coup. Personne n’est parfait, il y aura toujours des gens plus performants, plus travailleurs, plus chanceux, plus tout ce que tu veux, mais vous ne vous battez pas pour eux, ni contre eux. Chacun à le droit de faire ce qui lui semble juste pour avancer. Les doutes et pensées négatives viennent probablement de vous même.

>> 7 Ne pas abandonner et demander de l’aide.

Pour le moment je n’ai pas davantage avancé mon CV. Je n’ai pas encore trouvé comment. Mais il y a des gens naturellement doués, et d’autres qui bossent pour réussir. Ces gens là sont inspirants, et ces gens là peuvent (en contrepartie d’une bonne bière ou d’un paquet de bombecs) vous être utiles, vous apprendre, vous faire voir autrement. Réussir tout seul n’est pas une gloire en soi.

>> 8 Y CROIRE.

Mon CV reste en chantier car JE SUIS COMPLETEMENT en chantier, je mène des projets sur différents fronts, et aucun ne sont encore validés. Un CV se doit d’être cohérent, poser sur le mien que je distribue des lettres d’amour aux gens, que j’écris un livre sur ma sexualité et que je voudrais bosser dans le montage vidéo, ça me semble un peu trop abstrait pour le moment. Pour autant : Rome ne s’est pas faite en un jour. Il (me) faut apprendre à ne pas dévaloriser chaque petites marches escaladées, comme ces petites lignes qui remplissent mon CV.