L’impact environnemental positif comme leitmotiv

Club Des Prophètes
Dec 9, 2019 · 5 min read

Bonjour Maylis, merci de nous recevoir dans les locaux de Circouleur et de nous accorder un peu de ton temps. Pour commencer, peux-tu nous dire quel est ton parcours ?

Maïlys Grau, fondatrice de Circouleur

J’ai un profil technique, d’ingénieur. Je suis diplômée de l’ESPCI, une école de Chimie et j’ai fait un doctorat à l’INSA de Lyon…Il y a toujours eu un fil conducteur dans mes choix, celui d’avoir un impact environnemental positif dans ce que je faisais : j’ai démarré ma carrière dans le domaine du photovoltaïque pour ensuite bifurquer vers la peinture recyclée en créant Circouleur, qui rompt ce cercle vicieux d’incinération et d’extraction de matières premières en intégrant le concept d’économie circulaire

C’est donc en 2017 que tu crées Circouleur. J’ai bien compris que la notion d’économie circulaire était chère à tes yeux, mais on peut l’appliquer à plein de domaines. Alors pourquoi la peinture ?

C’est une question d’opportunité. Je voyais qu’il y avait un flux de déchets qui était mal valorisé à mon sens, et je me suis dit qu’il y avait vraiment quelque chose de bien à faire. Et en même temps, c’était un produit sur lequel je sentais que j’avais la capacité technique pour le travailler ; c’est de la peinture, c’est de la chimie de formulation, c’est donc un domaine que je connais.

Pour revenir sur le volet « traitement des déchets » de l’activité de Circouleur, il y a un point important lié à l’approvisionnement et à la collecte des pots entamés… J’imagine que tu connaissais peu l’univers des déchèteries avant de démarrer l’aventure…Comment as-tu appréhendé ce sujet capital ?

Effectivement, notre activité se situe à la croisée des chemins entre les métiers de la chimie et de la peinture, et du recyclage de déchets…Et c’est clair, ce deuxième sujet, il était complètement nouveau pour moi.

J’ai créé Circouleur en 2017, mais dès 2015, j’ai commencé à explorer cet univers, j’ai rencontré beaucoup d’acteurs pour avoir une vision précise de comment les choses s’organisent. C’est comme ça que j’ai pu structurer cette filière, en créant des partenariats, notamment avec Pena Environnement qui est notre partenaire historique.

Et sur la partie production, tu adresses deux marchés simultanément : B2B et B2B2C. Quelle a été jusqu’ici ta stratégie, ta priorité, dans le développement de ces deux clientèles différentes ?

Peinture recyclée Circouleur

Alors au tout départ, j’avais identifié la cible B2B2C, je pensais qu’on allait faire un produit juste pour les particuliers…Et puis au fur et à mesure de la construction du projet, des acteurs du monde du bâtiment sont spontanément venus me voir pour me dire que mon idée était très pertinente, qu’ils voulaient utiliser des matériaux plus vertueux, issus de l’économie circulaire, avec un impact carbone, …

C’est à ce moment que j’ai réalisé qu’il y avait un 2nd marché à adresser, le B2B, et je me suis rendu compte aussi que c’était très complémentaire en terme de produits (blanc pour le B2B, couleur pour le grand public) et de saisonnalité…

Vu de loin, le marché de la peinture semble mature, structuré. Qu’est-ce qui à tes yeux sera déterminant pour gagner en visibilité, en notoriété ? Qu’est-ce qui pourra t’aider à gagner des parts de marché ?

En effet, c’est un marché mature…C’est aussi un marché qui se repose sur ses lauriers ! Il y a eu quelques initiatives ces dernières années pour aller vers des peintures biosourcées ou dépolluantes…Ce sont des gammes très premium, avec une belle croissance, alors on s’est beaucoup inspiré de leur retour d’expérience pour construire notre projet…

Avec l’avantage d’être suffisamment différent pour ne pas être en concurrence directe, puisqu’on est sur un produit premium au prix d’une peinture conventionnelle, avec ce côté « recyclé », mieux compris que le terme « biosourcé » dans l’esprit des consommateurs…

Donc ce marché a besoin de renouveau, qu’on apporte…Ce qui était au départ une niche est devenu un secteur à part entière, parce qu’il y a une forte demande pour des produits écoresponsables.

L’année 2019 a aussi été marquée par une levée de fonds que tu as réalisée. Comment as-tu vécu cette période et à quoi doit-elle vous servir ?

Cette levée de fonds va nous permettre d’accélérer, de faire plus de volume, plus de ventes, d’être fonctionnels à 100%…Concrètement, à croître plus rapidement.

A gauche : Marianne Rittaud / A droite : Maïlys Grau

Clairement, ça a été une période intense, que j’ai vécu en plus dans un contexte particulier puisque j’étais enceinte. On a levé avec des chefs d’entreprises, des entrepreneurs, avec qui on va continuer à travailler et à avancer, maintenant que la levée de fonds est terminée.

D’une certaine manière, on va vivre avec nos investisseurs, donc c’était très important pour nous de faire entrer des investisseurs avec qui on avait un bon feeling, avec qui on partage des valeurs communes. Je sais qu’au moins un investisseur potentiel ne s’est pas positionné parce que j’étais enceinte, mais au vu de ce que je viens de dire, ce n’est pas très grave ! (sourire)…

En dehors de cette petite anecdote, on a eu de la chance car on a rencontré que des personnes bienveillantes. On a été lauréate avec Marianne (NDLR : Marianne Rittaud, associée de Circouleur) d’un programme qui s’appelle « Les Audacieuses », porté par La Ruche, et positionné sur l’entrepreneuriat féminin à impact…Ça nous a aidé sur plein de sujets depuis le démarrage de l’aventure. Peut-être que ça nous a aussi aidé sur cette levée de fonds. (sourire)

Et pour 2020, que peut-on vous souhaiter de mieux ?

De nous développer toujours et encore, de vendre nos peintures dans le plus de magasins possibles (NDLR : liste des points de vente disponible sur le site de Circouleur), de faire plus de chantiers, de développer aussi la vente sur notre site internet…Bref, plein de bonnes choses !

Seul fabriquant de peinture recyclée en France, Circouleur revalorise et transforme les peintures inutilisées. En évitant l’incinération des peintures et l’extraction de nouvelles matières premières, Circouleur fabrique une peinture écologique avec un impact environnemental très faible.

Contact, Maylis Grau — Présidente Fondatrice : mgrau@circouleur.fr

Le Club Des Prophètes est une communauté sélective d’investisseurs, aux parcours professionnels de haut niveau, se regroupant pour partager leurs expertises et leurs réseaux afin d’accompagner les start-ups de demain. Pour nous contacter :

Barthélémy, Analyste VC : barthelemy@clubdesprophetes.com

Matthieu, Fondateur & CEO : matthieu@clubdesprophetes.com

Henri, Associé & Directeur des régions : henri@clubdesprophetes.com

Club Des Prophètes

Written by

Communauté efficiente Dirigeants VC

More From Medium

Also tagged Environment

Also tagged Environment

Top on Medium

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade