Ma grand-mère, cette startupeuse

Elsa Cohen
Jun 13 · 4 min read

Ma grand-mère est ce que l’on appelle une “self made woman”. Sans diplôme ni expérience professionnelle, à 40 ans, elle a du repartir de 0 quand son mari l’a quittée. C’est comme ça qu’elle a eu l’occasion de faire partie des premiers employés d’une startup d’avant l’heure, en 1977. Depuis, elle fait une grand-mère exceptionnelle dans son care tout comme dans son excentricité, c’est pourquoi je souhaite lui rendre un petit hommage en racontant son histoire d’employée de startup !

40 ans après, c’est elle qui tient les ficèles de la startup nation

Le “Fake it till you make it” est une vertu familiale

À une époque où il est normal pour une femme d’accéder à des études supérieures et de travailler, on ne se rend pas compte que c’était chose rare il y a moins de 60 ans. Ma grand-mère, comme beaucoup de femmes de sa génération, n’a pas eu la chance de faire des études et de travailler. Alors quand elle s’est retrouvée seule avec ses enfants à charge, sa seule option était de “Fake it till you make it”. Elle s’est créé un faux CV, et a su retenir l’attention de ce qui, à cette période, était une petite entreprise de 3 employés. Désignée “attachée de direction”, comme l’on pourrait dire “bras droit du CEO”, elle rejoint donc en 1977 ce qui est devenu depuis le groupe IGS.

Une startup en hypercroissance, aujourd’hui géant de la formation

Elle raconte “Au départ IGS était dans de petits bureaux très bas de plafond situé dans un bel immeuble rue de la paix. Roger Serre et Bernard Monteil les fondateurs, étaient 2 copains marseillais qui se sont lancés à la trentaine. Rapidement, ça s’est développé de manière exponentielle. C’était la course, on a changé au moins 4 fois de lieu en quelques mois. Ça prenait beaucoup d’ampleur, on louait partout. […] On bossait comme des fous. C’est simple, nous partions quand on avait fini de travailler, et ça nous arrivait aussi de venir aux bureaux les weekends. L’ambiance était géniale ! J’avais la possibilité de prendre beaucoup de décisions.”

« C’est comme si tu avais une grosse charrette que tu pousses avec toute ton équipe, chaque membre se sent utile. »

Ma grand-mère est partie à la retraite en 1991. Aujourd’hui le groupe IGS, c’est 14 000 étudiants. Dommage que l’equity pour les employés n’existait pas à l’époque !

Le premier team building, initié par ma grand-mère

“À l’époque, nous sortions rarement, et nous passions le jour du nouvel an avec les collègues de notre entreprise. C’était généralement dans une salle des fêtes, et évidemment, nous devions nous tenir à carreaux puisque le directeur était présent. Dans les universités, ils commençaient tout juste à organiser quelque chose, c’était une sorte de stand up où les étudiants avait le droit pendant cette soirée de monter sur scène et de faire des blagues sur leurs professeurs, sans que ces derniers ne puissent faire la moindre remontrance par la suite. Pour rendre notre soirée du nouvel an plus amusante, j’ai décidé de le mettre en place au groupe IGS. Nous étions les seuls à faire ça à l’époque. Et chaque année, pour le nouvel an, c’était moi qui montait sur scène et qui faisait le spectacle : des blagues sur mon patron et mes collègues qui m’ont parfois fait des ennemis. Mais bon, on rigolait bien.”

Aujourd’hui, toujours aussi connectée

Cette année, ma grand mère fête ses 90 ans et pourtant elle est plus jeune dans sa tête que la majorité de mes potes ! Elle est l’advisor officieuse de mes histoires de coeur autant que de mes projets pro, et surtout, elle me prête son canapé depuis 8 mois car elle sait que Paris, ça coûte cher quand on est entrepreneuse !

Il lui arrive également d’être modèle pour cigarette électronique à base de CBD … ;-)

Je suis très admirative de son parcours et adore la questionner sur “comment c’était à l’époque”. Votre grand-mère n’est peut-être pas aussi cool que la mienne, mais je suis sûre qu’elle sera ravie que vous lui expliquiez ce que c’est de “créer son affaire” en 2019. C’est d’ailleurs un très bon exercice, puisqu’un bon pitch et sensé être compréhensible par un enfant de 4 ans tout comme une grand-mère de 90 ans !

Je t’aime mamy ❤

Elsa Cohen

Written by

founder Hack ton Bac — Fauteur de troubles :-)