Bring Your Own Team : le recrutement en équipe

Aucun bon manager n’est censé l’ignorer : le bien-être au travail est un facteur clef de la performance des salariés. Pour mettre en place un environnement d’entreprise propice à l’épanouissement, la synergie d’équipe est un critère incontournable… qui n’a rien d’une sinécure. Trouver l’équation parfaite entre personnalités, compétences, forces et faiblesses requière une vraie maîtrise de l’art du puzzle de la part des recruteurs. Afin de contourner ce processus laborieux, la start-up irlandaise spécialisée dans le paiement en ligne Stripe a eu une idée : embaucher des équipes d’ores et déjà constituées. Ce concept, elle l’a baptisé Bring Your Own Team (BYOT — Ramenez votre propre équipe). Une initiative au goût d’inédit qui pourrait bien révolutionner les pratiques de recrutement.

BRING YOUR OWN TEAM : DE QUOI PARLE-T-ON ?

Stripe a officiellement donné le coup d’envoi de cette campagne de recrutement pas comme les autresdans un billet de blog, en avril dernier. Partant du constat que le processus d’embauche traditionnel de la Silicon Valley ne répondait pas à leurs attentes, les dirigeants de Stripe ont décider d’innover. Leur pari audacieux, ils le résument en une métaphore lourde de sens : « L’industrie a toujours fait en sorte d’embaucher des atomes, nous voudrions essayer d’embaucher des molécules. » Au lieu d’embaucher plusieurs profils individuels, Stripe se lance donc dans le recrutement d’équipes entières, déjà formées. De véritables viviers de productivité que la start-up valorisée à 5 milliards de dollars entend bien mettre à profit pour poursuivre son expansion.

La campagne Bring Your Own Team s’adresse avant tout aux développeurs. Toutefois, les groupes mêlant développeurs, designers, managers et chefs de produit ne sont pas totalement exclus. Les équipes intéressées — allant de 2 à 5 personnes — sont donc invitées à postuler par mail en précisant dans quel contexte elles se sont connues et ont été amenées à travailler ensemble. Chacun des membres doit veiller à inclure son CV ainsi que la description du rôle pour lequel il postule. Quelques exemples de projets réalisés en groupe sont appréciés. Les membres des équipes sélectionnées seront interviewés individuellement le même jour et auront au moins un problème à résoudre collectivement. Le cas échéant, Stripe fera une proposition d’embauche à tout le groupe — chacune des recrues étant totalement libre de refuser ou d’accepter.

UN CONCEPT QUI SÉDUIT

Si cette opération n’a que quelques jours, elle fait déjà couler de l’encre. Sur Twitter, les internautes accueillent la campagne avec enthousiasme. Tous — ou presque — saluent une initiative « géniale » qui vient formaliser une pratique déjà en place dans les milieux sportifs et artistiques et, de manière officieuse, dans le monde de l’entreprise. Ils sont d’ailleurs nombreux à s’étonner que cette méthode ne soit pas encore une norme en vigueur. Un engouement qui en dit long sur le visage du recrutement dans les temps à venir.

À ce stade de l’expérience, il est encore trop tôt pour mesurer son efficacité. L’heure est encore aux hypothèses et les interrogations vont bon train. Quelles conséquences ce type de recrutement aura-t-il sur la diversité dans l’entreprise ? Comment impactera-t-il sa culture interne ? Que se passera-t-il si l’un des membres d’une équipe ne s’avère pas compétent une fois à son poste ? Autant de questions en suspens qui trouveront leur réponse au cours des prochains mois.

En attendant, une chose est sûre : en cas de succès, cette démarche devrait inspirer bon nombre d’entreprises de l’IT, un secteur porteur qui peine pourtant toujours à recruter. Chez Les-Tilleuls.coop, nous n’avons pas attendu l’exemple de Stripe pour sauter le pas. Pour renforcer notre effectif en cette période de croissance, nous avons en mai dernier embauché une équipe de 2 développeurs qui avaient répondu ensemble à l’une de nos offres d’emploi.