Être “slasher”, entre épanouissement et efficience

J’ai toujours été curieux et donc attiré par plein de sujets. Je me suis donc naturellement orienté vers le journalisme au départ. Mais je me suis rendu compte que le journalisme, même si c’est varié et intéressant, cela reste une seule activité, qui peut être répétitive. Je me suis alors rendu compte que ce que je voulais, c’était connaitre plusieurs activités, quitte à les enchainer. C’est pourquoi j’ai exercé au moins 5 professions différentes en 11 ans (journaliste, consultant capital risque, loueur de meublés touristiques, professeur et consultant innovation / conférencier…), ce que certains ont parfois du mal à comprendre. Aujourd’hui, j’exerce plusieurs activités simultanément (je suis un slasher) : j’aide les startups à trouver leur business model et à trouver du financement, j’aide les PME à faire de l’Inbound Marketing via leur blog et j’aide les grandes entreprises à y voir plus clair dans le monde de l’innovation et à devenir plus agiles. Je donne aussi des cours dans des écoles de commerce et d’ingénieur, je coache des entrepreneurs et j’écris des bouquins. Et tout cela me plait beaucoup, je n’ai aucune envie de “choisir” et de me concentrer sur une seule de ces activités. C’est le cas d’autres personnes apparemment, comme cette fille qui parle des “multi potentiels.

Appliquer le principe de Pareto à sa vie pro

En fait j’applique une sorte de principe de Pareto à ma vie professionnelle : en consacrant 20% de mon temps et mon énergie à chacune de mes 5 activités, j’essaie de créer 80% de la valeur possible pour chacune. Je pourrais être meilleur dans chacune de ces 5 activités et aller chercher les 20% de valeur restant, mais cela me demanderait un temps et une énergie fous, en fait cela me demanderait 80% de mon temps et mon énergie, soit l’intégralité de ce qu’il me reste. Et ce faisant, je ne serais pas épanoui, car je ne me consacrerais alors qu’à une seule activité. Si vous sentez que vous êtes “multi potentiel”, attiré par de nombreux sujets et prompt à exercer une nouvelle activité tous les 3 mois, je vous conseille vivement cette stratégie d’optimisation “paretienne”.

Chercher l’efficience en divisant les tâches

Comment faire ? L’approche est assez paradoxale en fait. Elle consiste à se focaliser, pour chaque activité, sur l’aspect qui vous plait le plus et surtout pour lequel vous êtes meilleur. Le reste, vous le sous-traitez ou vous ne le faites tout simplement pas. Par exemple, si ce qui éclate dans le conseil, c’est de vendre les missions, mais pas de les réaliser, vendez-les et faites-les réaliser par d’autres. Si c’est l’inverse, sous-traitez la partie commerciale à des freelances ou des sociétés spécialisées en prospection (il y en a des milliers) et concentrez-vous sur le contenu de la mission elle-même. Et faites ainsi pour chaque activité : faire des présentation PPT vous prend un temps infini et le résultat est souvent moyen ? Confiez cette tâche à un prestataire et concentrez-vous sur ce que vous savez faire, un Excel par exemple. L’idée est de diviser chaque activité en plusieurs micro-activités, pour lesquelles vous allez trouver le prestataire le plus efficient : vous ou un autre. Evidemment, pour faire cela, il faut bien connaitre vos points forts et ne pas avoir peur de refuser des missions, ni, à l’inverse, de prendre des missions qui vous dépassent, mais dont vous savez que vous avez dans votre réseau la bonne personne qui pourra vous seconder. Sachez aussi analyser et comprendre où se situe la valeur ajoutée dans la mission qui vous est confiée. Parfois la valeur va être dans l’exécution pure, parfois dans l’élaboration d’une stratégie, parfois dans la connaissance d’un réseau ou d’une manière de faire…