Don’t be evil… until…

En 13 ans Google Maps sera passé de la gratuité totale, à la gratuité partielle et le 11 juin 2018 au très peu gratuit et très cher !

Voir aussi la suite de cet article: Nouveaux tarifs Google Maps “pour les nuls”

Source: http://blogoscoped.com/archive/2007-06-01-n17.html

Lancés il y a plus de 13 ans, en février 2005, les services cartographiques de Google (Google Earth puis Google Maps) ont été une vraie révolution et se sont imposés depuis un peu partout sur le web.

Pour mémoire, Google n’a pas inventé la cartographie en ligne, MapQuest ou Michelin (ViaMichelin) étaient déjà présents et le projet OpenStreetMap avait démarré peu de temps avant, mais Google s’est naturellement imposé par ce choix de la gratuité et la possibilité d’intégrer (gratuitement) leurs cartes interactives personnalisables sur n’importe quel site.

Au long de ces 13 années, Google a restreint les usages gratuits en plusieurs étapes.

Le premier changement est intervenu en 2012 où une première série de limites sont mises en place (par exemple une limite de 2500 appels quotidiens à l’API de géocodage).

Ceci n’a, à l’époque, impacté qu’un nombre restreint de gros services utilisateurs. Certains ont basculé pour d’autres solutions, souvent basées sur les données OpenStreetMap car l’impact financier du changement de politique de Google mettait en péril l’existence même de leurs services et il leur était sûrement préférable d’investir pour acquérir la compétence dans un domaine aussi important pour leur activité.

Four Square, Pinterest sont deux exemples de bascules qui ont à l’époque fait du bruit, au moins au sein de la communauté OpenStreetMap.

Nouveau changement en 2015… le nombre d’affichages gratuits de cartes sur un site web est désormais limité à 25000 par jour (moyenné sur 90 jours).

Passé ce quota gratuit, la carte devient indisponible et un nombre plus important de sites est impacté.

Infos route de Savoie en dépassement de quota…

Cela fait quelque peu “désordre” sur des sites institutionnels comme celui de la Ville de Paris ou de la préfecture de savoie en plein épisode de tempête de neige l’hiver dernier.

Les tarifs hors quota gratuit restent toutefois raisonnables, avec 0.50$ les 1000 appels supplémentaires et ces utilisateurs “moyens” préfèrent souvent payer que d’envisager un changement qui nécessite souvent un nouveau développement important.

11 juin 2018… nouvelles règles et nouveaux tarifs !

Les futurs tarifs et conditions applicables à partir du 11 juin 2018 semblent en ligne depuis quelques jours seulement. Leur date de première publication n’est pas très claire, Google communique visiblement beaucoup plus sur l’obligation d’avoir une clé pour utiliser désormais leurs API, un petit peu moins sur le fait que désormais pour avoir une clé, il faut aussi obligatoirement fournir des informations pour le paiement (numéro de carte de crédit tout simplement), et pas du tout sur leur nouvelle tarification.

Tout ceci est présenté sous son aspect le plus positif: “Pricing for our core products is pay as you go and you only pay for what you use. You also get $200 free usage each month and can set usage limits to protect against unexpected increases.”

Une communication qui masque donc un changement radical dans le coût d’usage des services cartographiques de Google, car le changement de tarif est vraiment très radical.

Le quota gratuit de 25000 cartes affichées par jour sur un site web passe à… 28000 par mois (soit environ 1000 par jour) c’est à dire 25 fois moins !

Comparer un quota qui était journalier avec un quota désormais mensuel… est-ce bien honnête ?

Les tarifs au delà de ce quota réduit de 96% ont aussi augmenté dans des proportions du même ordre… on passe de 0.50$ les 1000 cartes affichées à 7$, soit 14 fois plus cher.

Un site qui affiche 10000 cartes par jour passe donc de 0 à 1764$ par mois et pour ceux qui étaient proches de la limite gratuite de 25000 cartes/jour cela leur sera désormais facturé 4704$ par mois !

Un site avec 100.000 cartes affichées par jour voit son coût multiplié par plus de 500

Dumping ?

De deux choses l’une, soit le coût de production de Google est effectivement de l’ordre de ces tarifs facturés et dans ce cas depuis des années c’est un dumping massif qui a été fait pour proposer gratuitement un service aussi coûteux à produire… soit ce n’est pas le cas.

Vu le nombre d’années où le service était totalement gratuit, il est clair que ce dumping indiscutable a éliminé de nombreux concurrents potentiels ou empêché le développements de nouveaux acteurs sur le marché de la cartographie web. Les alternatives existent mais sont fort peu nombreuses ou bien très liées à un marché historique SIG (cas d’ESRI par exemple).

Quelques alternatives basées sur des données et outils libres et ouverts ont pu heureusement toutefois émerger et ne se sont développés réellement qu’après la fin de la gratuité totale des services Google Maps. C’est par exemple le cas de Mapbox, Carto, Jawg.io, wemap, mapcat, tous basés en très grande partie (ou exclusivement) sur les données OpenStreetMap.

Google Maps s’est donc imposé bien sûr par les services offerts (et on pourrait aussi parler de leur qualité discutable), mais aussi et surtout par leur gratuité totale puis partielle.

Un modèle d’affaire assez proche des dealers de crack… les premières doses sont gratuites et ça devient ruineux quand on est accro.

C’est lors de présentations d’OpenStreetMap que j’ai souvent dû répondre à des questions comme “mais à quoi ça sert, Google Maps est gratuit”. À force de répondre à cette question j’ai fait cette analogie avec le business model des dealers de crack, cela marquait au moins les esprits. Malheureusement j’avais raison… car le web est devenu assez largement accro !

Abus de position dominante ?

Maintenant que le web est devenu bien accro, que les concurrents ont été éliminés ou contenus par le dumping initial, il est temps de rafler la mise.

Les doses gratuites seront donc réduites de 96%… et celles payantes vont augmenter de 1400%… rien que ça !

Ces nouveaux tarifs sont proprement délirants. J’administre depuis 2012 les serveurs produisant les fonds de carte d’OSM France, et depuis 3 ans l’API de géocodage sur adresse.data.gouv.fr.

Le coût de production d’un millier d’appels à l’API de géocodage est de l’ordre de 0,006 euros… soit 1000 fois moins que les nouveaux tarifs proposés par Google. Belle marge !

Une telle augmentation de tarif ne peut s’envisager que lorsqu’on a une clientèle devenue captive (ou qui croit l’être).

Des recours juridiques de la part des utilisateurs lésés doivent même être envisageables vue l’ampleur du changement. Il serait bon que l’Autorité de la Concurrence ou la DGCCRF se penche sur ce dossier.

Les conséquences prévisibles

De nombreuses cartes ne vont plus fonctionner correctement sur un nombre non négligeable de sites à la maintenance un peu relâchée. Ce sera sûrement le cas des sites institutionnels, réalisés par des prestations externes, où de tels changements n’ont pas du tout été envisagés. Ce qu’on avait vu sur les sites de la Ville de Paris ou de la préfecture de Savoie va sûrement se multiplier dans les mois qui viennent.

L’impact sur certaines startups risque aussi d’être important. On rentre facilement dans des coûts de plusieurs milliers ou dizaines de milliers d’euros qui n’étaient pas du tout prévus (ni prévisibles).

La migration vers d’autres offres va sûrement s’accélérer, les serveurs OpenStreetMap risquent de chauffer un peu dans les mois à venir car trop habitués à la gratuité ce sont des solutions gratuites qui seront sûrement envisagées en premier lieu.

Opportunités

C’est le moment de vraiment se poser des questions sur les usages d’API externes et de leur pérennité tant technique qu’économique. Ces services peuvent-ils être remplacés par d’autres ? Quels sont les plans B ? Quel est le coût (caché) de sortie ?

C’est le moment de devenir visible pour les acteurs qui, malgré le dumping, ont survécu ou ont pu se développer.

C’est aussi le moment pour des acteurs historiques, qui se sont laissés distancer, de se remettre éventuellement en selle si ils sont assez agile pour cela, car il va falloir battre le fer tant qu’il sera chaud. Je pense particulièrement à l’IGN et à son Géoportail… encore faut-il avoir un service aussi simple à utiliser, efficace et performant et l’offre restera limitée au territoire français (sauf à compléter les données IGN par exemple par des données OpenStreetMap), ce qui ne conviendra pas à tout le monde.

Les limites du gratuit

De nombreux services gratuits sont disponibles sur Internet et on les utilise trop souvent sans se poser suffisamment de questions. A titre individuel et personnel nous avons souvent entendu “si c’est gratuit c’est vous le produit”, en lien avec la collecte de données personnelle et de profilage à des fins publicitaires.

Il n’y a pas à ma connaissance de slogan correspondant aux conséquences pour les utilisations non personnelles de ces services. Lorsqu’on fait appel à un service gratuit sans se poser de question, on oublie trop rapidement que rien n’est totalement gratuit…

On ne se pose pas assez la question du coût de sortie…

Même des services gérés bénévolement ont des limites, c’est le cas des services OpenStreetMap de fond de carte ou de géocodage. Il faut en effet bien financer à un moment ou à un autre l’infrastructure qui n’est pas extensible à l’infini. OpenStreetMap limite donc l’usage de ses services et pousse soit à faire appel à des offres commerciales, industrielles des quelques acteurs sur le marché, ou bien à déployer soit même les services dont on a besoin.

Retrouver son indépendance

On peut en effet redevenir autonome et indépendant !

Ceci est rendu possible en s’appuyant sur OpenStreetMap car tant les données que les outils utilisés pour les exploiter sont libres, ouverts et gratuits. Dans ce dernier cas, on supporte soit même le coût (marginal) et l’on peut en plus devenir autonome et personnaliser son propre service, un autre avantage pour se démarquer, plutôt que d’avoir le même fond de carte que tout le monde. On a aussi la possibilité d’améliorer directement tant les données que le code pour les exploiter.

Si vous ne connaissez pas switch2osm, leaflet, OSRM, GraphHopper, uMap, addok, photon, OpenMapTiles ou les conteneurs docker prêt à déployer le temps est venu de les découvrir et de découvrir tout le reste de ce très riche écosystème !

Des services additionnels sont aussi envisageables… ce que permet l’accès aux données brutes et ce que Google n’offre (surtout) pas. Le calcul d’itinéraire optimisé pour véhicules électriques, pour véhicules d’urgence, pour poids lourds ou convois exceptionnels devient par exemple envisageable.

Bien sûr il faut investir au niveau compétences. Si ces services cartographiques sont périphériques à votre business model, les externaliser peut être une solution, mais il faut un contrat équilibré et pas du type “pot de terre contre pot de fer”. Par contre, si les services cartographiques (ou autres d’ailleurs) sont très proches de votre coeur de métier, il faut absolument internaliser les compétences pour garantir votre indépendance.

Si vous vous basez sur OpenStreetMap, n’oubliez pas en retour d’alimenter d’une façon ou d’une autre ce commun (données, code voire financièrement), car c’est la condition indispensable aussi pour son maintien à long terme et donc la votre !

Profitez de la prochaine conférence française OpenStreetMap pour venir faire le point, elle se déroule du 1 au 3 juin à Bordeaux.

Espérons que la leçon sera comprise… et retenue !

C’est vraiment nécessaire car il n’y a pas que sur les services cartographiques que l’on s’est largement rendu accro.

On est en passe de faire de même sur d’autres services tels que Waze (propriété de Google). Voir des services publics (par exemple certains SDIS, c’est à dire nos pompiers) se mettre en situation de dépendance de ce type de service pose de sérieuses questions de souveraineté à long terme.

Dans la sphère publique, le service gratuit court-circuite en effet les procédures de mise en concurrence qui sont en principe un garde-fou.

Ne parlons pas de l’utilisation de Youtube pour diffuser la vidéo pédagogique (obligatoire) sur l’impôt à la source par laquelle nous passons tous avant de faire notre déclaration de revenus, ni des usages immodérés des Google Analytics sur bon nombre de sites publics et autres services gratuits (comme les polices de caractère ou les CDN) qui permettent au même acteur de toujours nous tracer et profiler un peu plus.

Une circulaire en la matière ne ferait pas de mal !