Le Journal Du Speaker #4 : Un discours pas comme les autre

Le JDS#4 envoyée à la newsletter de mon club privé le 10/10/2016

Salut mon cher speaker,

C’était samedi 7 octobre. Je venais de fêter mes 22 ans chez moi, à Marseille, avec tous mes amis.

Pour l’occasion j’avais décidé de faire un discours. J’ai pris une feuille de papier et j’ai commencé à noter les idées. Mon discours prêt je le répétais pour me l’approprier et avoir un véritable impact auprès de mes amis.

Seulement au plus j’écrivais mes idées et au plus je répétais, au plus je sentais que quelque chose n’allait pas. Quelque chose sonnait « faux » dans le message que je voulais transmettre à mes amis, dans ma manière de m’exprimer et de raconter ce discours.

À première vue j’étais plutôt content de ce que j’avais fait, c’était un discours inspirant, où l’on parlait de rêve, de fraternité et d’amour. Seulement juste avant de faire ce discours, au moment de me placer devant eux pour leur parler j’ai vu leurs regards qui me fixaient. Des regards pleins de vie. Leurs sourires rayonnants de joie et d’amitié. Ce que je voyais en face de moi, ce n’était pas un groupe d’inconnus qui attendait un discours long et complexe. C’était simplement mes amis, qui attendaient que je leur parle. Que je leur parle non pas comme un conférencier ou un grand orateur avec sériosité, mais comme Cyril Chambard. Le Cyril qu’ils connaissent et qu’ils apprécient pour ce qu’il est, non pas pour ce qu’il cherche à montrer et faire paraître. Ce qu’ils attendaient c’était tout simplement que leur ami, leur parle avec transparence et sincérité. Rien de plus.

C’est en voyant leur regard, en les voyant face à moi, attendant que je m’exprime, que j’ai totalement changé d’avis. D’un discours préparé, j’ai commencé improviser. Seulement ce discours improvisé je le connaissais déjà par cœur. Parce que je me suis permis de parler avec sincérité. Je me suis tout simplement permis de parler avec mon cœur et non pas avec ma tête.

Je leur ai exprimé en quoi leur amitié compte énormément pour moi. Parce que je pense que sans ses amis on n’est rien. Sans eux, je ne suis rien.

Ce soir-là j’ai compris une chose essentielle qui façonnera désormais mes prises de parole et qui, je l’espère pourra t’apporter énormément.

Je ne chercherai plus à me faire passer pour une personne extraordinaire qui fait des choses extraordinaires. Je veux tout simplement être moi et m’exprimer avec authenticité. M’exprimer en parlant de mon vécu et de par mon expérience plutôt que de chercher à enseigner et convertir les autres à mes idées.

Parce que je pense que ce que les gens attendent de nous lorsqu’on leur parle, c’est de voir et d’écouter des êtres humains, sensibles, avec des émotions. Avec des forces et aussi des faiblesses. Des réussites mais aussi des moments de doute. Non pas des robots, au cœur de pierre leur racontant des faits logiques et arides, totalement dénués d’émotions.

Je confluerai ce journal en me permettant de te donner un conseil mon cher speaker. Prends soin de tes amis et des personnes qui comptent pour toi. Car ce seront eux qui, dans les moments de doute, resteront en dernier pour t’épauler.

Sans ses amis on n’est rien.

Sans eux, je ne suis rien.

À mes amis.

RECEVOIR LE JOURNAL DU SPEAKER :

http://apprendre-a-parler-en-public.fr/le-journal-du-speaker/

Un contenu exclusif écrit par Cyril tous les lundi 7H00 dans ta boite mail !

ON NE NAÎT PAS SPEAKER, ON LE DEVIENT !

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.