Big Brother ou les Voisins Vigilants

Ce panneau est visible de plus en plus souvent dans les nouvelles zones résidentielles dépourvues d’espace commun tel qu’une place ombragée et des bancs publics.


Le pouvoir est bienveillant, un peu comme un éleveur qui prend soin de son bétail car il a plus de valeur en bonne santé, du moins apparemment, qui va visiter les élevages intensifs et les abattoirs industriels? Non, le peuple de la marchandise croit aux belles images sur les étiquettes mais ne tient pas à vérifier. C’est ainsi compromis que nos cons-citoyens veillent au grain, mais sûrement pas de manière indépendante et autonome, les gens d’armes sont là pour intervenir, le pouvoir tient à notre sécurité mais plus certainement encore, le pouvoir ne tient qu’à la croyance de sa nécessité, son autorité justifiée face à l’insécurité pour cause d’un besoin d’efficacité face aux menaces. Qui va veiller aux biens qui proviennent de tant de sacrifices?

Ce panneau est un peu comme un rappel de tous les dangers encourus, il ne faudrait pas le perdre de vue et bien le garder à l’esprit. Il n’est pas question de vivre chez soi en toute confiance, d’ailleurs cette confiance se construit, elle demande de connaître ses voisins, et pour cela il faut passer du temps avec eux. Cependant j’ai constaté que dans ces nouvelles zones pavillonaires il n’y a pas d’espace commun, c’est chacun chez soi! Heureusement que les enfants recherchent la compagnie d’autres enfants, mais quels territoires de jeux s’offrent à eux? Que reste-t’il en dehors de cet urbanisme ultra balisé? Pas grand chose de naturel, je le crains.

La sécurité est comme un cheval de Troie, laissez la rentrer chez vous comme cette culture télévisuelle et vous serez dépossédé de vous-même, si ce n’est pas déjà le cas. L’identité du peuple de la marchandise est lourde, si lourde que cela nécessite de s’en divertir, du pain béni pour notre société des loisirs, elle créé ainsi son propre marché, avec un si grand cynisme que le déni devient monnaie courante. Il y est plus confortable de croire en des mensonges qu’afronter la vérité: nous ne sommes pas en démocratie mais dans un système qui tourne au totaliarisme marchand global, j’en veux pour indice ici ce panneau des “Voisins Vigilants” qui n’est pas sans rapeller la figure de “Big Brother is watching you” décrite dans 1984 d’Orwell. D’ailleurs la promo de l’ENA de cette année s’appelle George Orwell: ils ne prennent même plus la peine de prétendre qu’il pleut quand ils nous pissent dessus! 1984 est devenu un mode d’emploi.

« Parler de liberté n’a de sens qu’à condition que ce soit la liberté de dire aux autres ce qu’ils n’ont pas envie d’entendre ». G. Orwell