Flottement

4 semaines depuis mon remplacement. 4 semaines de flottement, d’incertitude, d’inquiétude et de solitude.

J’ai d’abord apprécié le repos après une semaine pleine de nouveautés : lieux, personnes, pathologies, exercice professionnel, gestion, etc. Nous sommes retournés à Nouméa et avons visité l’îlot Amédée et son magnifique phare. Le samedi 14 Novembre au matin, mon téléphone clignotait d’alertes Twitter étrangement inquiétantes. C’était vendredi 13, 22h chez vous. Nous sommes restés une bonne partie de la journée abasourdis sur le canapé à l’hôtel. Difficile de se concentrer sur « ici et maintenant » quand l’infosphère bourdonne de l’autre coté de la planète et que les réponses des autorités à ces massacres semblent dangereuses et lâches. L’actualité brûlante en métropole accapare mon attention et cependant tout s’estompe lentement.

Ici, je baigne dans l’isolement, la léthargie et la mélancolie. J’expérimente l’incertitude qui accompagne la multitude des possibles. Aucune stabilité, impossible de prévoir l’investissement matériel, financier et moral. Idéalement, cette multitude de possibles me permettrait de saisir toutes les opportunités s’offrant à moi : c’est ce que j’ai fait en travaillant avec un menuisier local qui m’avait pris en stop. Je peux exercer de nombreux métiers mais mon environnement social est trop restreint pour me fournir suffisamment d’opportunités pour me mettre à l’abri de « l’ennui, du vice et du besoin ».

Il y a eu quelques déceptions :

  • Suite à un incident exacerbé par un conflit entre le kiné et un médecin, je ne peut pas remplacer dans le secteur où j’habite jusqu’à fin janvier.
  • Le travaille de menuisier est trop lacunaire pour une occupation à plein temps (3 jours en deux semaines).
  • L’offre de m’installer pour 6 mois (ou plus) à Lifou passe de “très probable” à « on sait rien, ni comment tu seras payé ou hébergé »
  • Aucun kiné contacté jusqu’à présent ne cherche de remplaçant.
  • La voiture qu’on m’avait proposé pour un bon prix m’a filé sous le nez.

Il y eu quelques bonne surprise :

  • Appelé la veille au soir pour assister une équipe de football, j’ai aidé à leur préparation physique et réalisé quelques straps. Mes services leur ont plu et il veulent me faire un contrat pour la prochaine saison, à mi-temps ou les week-ends.
  • La saison des mangues débute dans le jardin

Bon. Le bilan est un peu sombre pour l’instant : pas d’opportunité intéressante, pas de plan pour la suite. Mais en prenant un peu de recul, je sais être dans un brouillard de confusion. Je vais me ressaisir et augmenter mon environnement d’opportunités : ça va commencer par appeler plus de kinés. Les associations sont en repos pendant les grandes vacances, ce qui complique les activités sociales. Peut-être à Nouméa…

Je sais que dans le pire des cas, je peux rentrer en métropole, terrain connu où les choses seront plus faciles. Mais je n’ai pas encore épuisé toutes mes ressources ici et j’ai encore quelques cartes à jouer.

Article en brouillon : feedback apprécié pour corriger le vilan Français.