Prix, gamification, communauté… les 5 paris de Nice-Matin avec Kids-Matin, son nouveau média pour les enfants

Les bêta-testeurs de Kids-Matin après un atelier cet été (Photo Antoine Medeiros)

Si vous suivez de près ou de loin les aventures de Nice-Matin, vous savez sans doute déjà que le groupe se lance à la rentrée dans une nouvelle aventure: Kids-Matin. C’est déjà une belle histoire: celle d’un vieux journal qui a décidé de se tourner vers les plus jeunes.

Kids-Matin, c’est comme son nom l’indique un média pour les enfants. Une édition hebdomadaire d’une dizaine de contenus sur le web adossée à un supplément mensuel de 8 pages au cœur du journal.

Dit comme ça, il n’y a pas grand chose d’original. Mais en regardant de plus près, c’est une aventure loin d’être comme les autres pour un média… qui lance un nouveau média. Le modèle de Kids-Matin repose sur un levier inhabituel (alors qu’il devrait être naturel) pour un titre “populaire”: sa communauté. Alors, elle a été associée au tout début de la réflexion autour de cet “objet” qui ne s’appelait pas encore Kids-Matin.

Tout a commencé par un long questionnaire publié sur notre site, plutôt à destination des parents.Tranche d’âge à privilégier, thématiques à aborder, place de la vidéo, support à privilégier, prix… le tout entrecoupé de demandes plus personnelles (mail du lecteur, nombre et âge des enfants du foyer, etc.).

Se réinventer avec sa communauté

Ce sont ensuite les enfants qui sont entrés en jeu au cours de joyeux ateliers avec les équipes de Nice-Matin. Nom du média, couleurs du site et du logo, choix des sujets… Ils se sont prononcés sur la totalité du contenu de l’offre qui tournera autour d’une thématique très intrigante pour nos enfants: l’avenir.

Chloé montre le nouveau design de Kids-Matin à nos abonnés.

Notre ambition dans cette démarche? Continuer à casser cette défiance qui s’est installé entre les citoyens et les médias en se réinventant avec eux. C’est une aventure enthousiasmante pour les uns, peut-être un excès d’optimisme pour les autres mais c’est surtout une nouvelle preuve que Nice-Matin est en constante réflexion pour se réinventer. Une réflexion qui ne s’arrêtera pas le 5 septembre avec le lancement officiel de Kids-Matin. L’offre continuera d’évoluer, d’être corrigée et améliorée en fonction des datas que nous allons récolter… et des retours des enfants.

Secrètement, Kids-Matin a surtout été conçu comme un laboratoire d’idées pour Nice-Matin. Formats éditoriaux, manière d’engager sa communauté, prix… Une sorte de bac à sable géant dans lequel pas mal de choses vont être testées pour pourquoi pas être déployées un jour sur l’offre abonnés des “grands”. Des petits détails mais aussi des gros paris.

La construction d’une communauté… en amont

Aurélie et Leya avant de partir en reportage.

Kids-Matin n’est pas encore officiellement lancé. Mais près de 2000 personnes nous suivent sur un groupe privé Facebook et via des newsletters. C’est une expérience communautaire que nous avons essayé de construire pour nos jeunes abonnés… et leur parent. Jusqu’à présent le groupe Facebook nous permettait de tenir au courant de l’avancée du projet, de sonder sur des idées, etc. Après le lancement, il sera toujours alimenté. Aurélie et Sandrine, nos deux journalistes, posteront régulièrement depuis leur reportage ou pendant nos ateliers avec les enfants.

Ce sera certainement la clé de notre réussite. Si nous arrivons à mettre en lumière ce lien qu’on tisse entre les enfants, nous, les expériences qu’on leur fait vivre… on aura tout gagné.

Des pré-abonnements en crowdfunding

Nice-Matin et le crowdfunding, c’est une longue histoire. On l’oublie avec le temps mais le quotidien régional a été racheté fin 2014 par ses salariés après une campagne de crowdfunding. Menée sur le site Ulule, elle avait permis de lever près de 400k€ auprès de nos lecteurs. Quelques mois après le rachat, c’est via une nouvelle campagne de financement participatif que Nice-Matin a lancé #MonJournal, sa nouvelle offre numérique. Entre ses deux campagnes, le groupe a initié et porté des campagnes après les intempéries dans le département, l’attentat de Nice ou les incendies de 2017 pour apporter un peu de soutien aux victimes.

La home page de Kids-Matin

Au regard de son histoire récente, Nice-Matin ne pouvait donc pas échapper à une campagne de crowdfunding pour accompagner le lancement de Kids-Matin. C’était un pari risqué. Mais nécessaire. Sans en dire beaucoup sur Kids-Matin, sans trop en montrer, sans dévoiler le prix de l’abonnement (et sans budget promo pour nous)… 221 personnes ont choisi de nous faire confiance sur la seule promesse d’avoir un accès à la version bêta dès l’été. Ce n’est peut-être pas grand chose mais c’était très important pour nous afin de tester l’intérêt pour ce projet. Surtout, Kids-Matin ne sera pas lancé avec 0 abonné sur sa plateforme.

La gamification… et une boutique

Deux questions au départ:
- comment s’assurer que nos jeunes abonnés ont bien compris ce qu’ils ont lu?
- comment faire pour booster l’engagement sur Kids-Matin?

A ces deux questions, nous répondons avec… un système de gamification sur la plateforme. Presque comme un jeu vidéo (basique, hein). Des quiz seront proposés au milieu des articles sur le sujet en cours de lecture. Si notre jeune abonné répond juste, il débloque la suite de l’article et gagne des points. De fil en anguille, notre réflexion a évolué. Envoi d’un commentaire ou d’une question à un journaliste, like, lecture d’un article… chaque action sur Kids-Matin rapportera finalement des points à nos abonnés. Des points qui lui donneront accès à une boutique dans laquelle des surprises sont en cours de préparation. Mais les événements y occuperont une place très importante.

De nouveaux formats

Comment s’adresser à des enfants? Comment s’assurer qu’ils lisent un contenu et le comprennent? Peut-être en utilisant des codes qui les connaissent déjà. C’est le choix que nous avons fait. Au cours des ateliers menés, nous avons testé ensemble des formats directement inspirés de ce qui se pratiquent chez les youtubeurs ou instagrammers (les héros, il faut le dire, de nos enfants). Les deux préférés? La story (évidemment) qui peut se décliner en diapo et… le vlog.

Les nouveaux formats, c’est aussi laisser la parole et la plume aux enfants.

Nos bêta-testeurs ont interviewé Big Flo et Oli avant leur concert à Cannes (Photo Antoine Medeiros)

Le prix

C’est certainement le plus gros pari de Nice-Matin. On l’a dit dès le départ, Kids-Matin sera payant. Mais à quel prix? Certainement la question la compliquée de tout le projet. Et sur ce point, notre communauté ne nous a pas franchement aidés. Aucune tendance ne s’est dégagée des multiples consultations. Alors, nous avons choisi… de ne pas choisir. Chaque abonné pourra décider du prix de son abonnement (à condition que ce soit un chiffre rond).

Affaire à suivre…