6 moyens simples & efficaces de soutenir un créateur web

Résumé : une présentation de petits gestes qui peuvent encourager la libre diffusion et le partage de contenu sur Internet.


Si vous ne l’avez pas encore lu je vous recommande de découvrir comment le don participatif peut aider à développer un web plus ouvert et sincère avec cet autre article : payer d’avance est malhonnête, voici comment changer cela.

Voici donc 6 moyens efficaces de développer une économie libre en payant à rebours un producteur de contenu :

1 — Le plus amusant : Flattr

Flattr est vraiment cool.

Supposons que, pour un budget “Remerciements & Encouragements”, vous ne souhaitiez dépenser que 2 € par mois maximum (avouons-le… beaucoup d’entre nous peuvent faire plus…). ;)

Vous déposerez alors 5 € sur Flattr, le minimum que l’on puisse verser. Vous avez donc 2 mois et demi d’avance de “Remerciements” en poche.

Ensuite, chaque fois que vous voyez un bouton Flattr accompagnant un contenu numérique que vous avez apprécié, cliquez dessus. Vous avez attribué un Flattr.

Ne cliquez pas sur ce bouton, c’est juste image pour vous montrer à quoi ça ressemble !

A la fin du mois, vos 2 € mensuels seront divisés parmi tous les Flattrs que vous avez donné.

Impossible de dépenser plus que ce que vous avez initialement versé !

Astuce : vous pouvez aussi Flattrer le compte Twitter de quelqu’un qui n’est pas encore inscrit ! On appelle ceci des Flattr “en attente” (unclaimed). Prévenez-les donc, vous verrez comme ils seront… flattés ! ☺

Il est aussi possible de faire des Flattrs récurrents, en s’abonnant (subscribe) à un créateur.

Jetez par exemple un oeil à mon profil public, vous verrez que chaque mois je donne un Flattr automatique à quelques créateurs et oeuvres caritatives qui m’importent.

Flattr est pour moi le plus amusant. Il m’encourage à entrer en contact avec des inconnus qui ont créé ou publié quelque chose que j’ai apprécié afin de recevoir leurs réactions lorsque je leur apprends qu’ils ont été Flattré. ☺

Pour résumer : Flattr peut être défini comme une plate-forme de micro-donations ouverte à tous. Chaque créateur peut espérer recevoir quelques miettes de centimes par ci par là en encourageant son usage. Bien qu’être Flattré fasse très plaisir, on imagine mal en vivre, mais ça reste toujours plus encourageant qu’un bête “Like” Facebook.

2 — Le plus vieillissant : Paypal

Il y a 10 ans à peine, payer sur Internet était considéré comme “dangereux” pour la plupart des gens.

En quelques années à peine Paypal a su changer cela en gagnant la confiance du grand public… tout en perdant celle des innovateurs et autres amoureux de la liberté !

Le problème avec Paypal ne vient pas seulement de son site web graphiquement obsolète et à la navigation confuse au possible, mais de son aspect aujourd’hui quasi-incontournable.

Paypal peut sur un coup de tête bloquer le financement de tout site qui ne lui plait pas. Ceci est déjà arrivé avec Wikileaks en fin 2010.

Paypal convainc par la peur, en nous faisant croire que payer avec une carte bancaire sur Internet est dangereux, alors qu’il suffit de suivre quelques règles simples pour s’éviter tout problème :

“La majorité des personnes dont on a usurpé le numéro de carte bancaire n’ont jamais passé commande sur Internet.”

Mais nous ne nous plaindrons pas… recevoir un don via Paypal est aujourd’hui encore rare, la plupart des gens n’ayant pas compris l’intérêt qu’ils ont à soutenir une économie de paiement à rebours.

Et de toute façon, peu importe le service que vous choisirez, la plupart des créateurs que vous encouragerez financièrement en ligne (via Flattr par exemple) récolteront leurs fonds bien souvent via Paypal…

(Voici d’ailleurs le lien pour me faire un don si cet article vous plaît.)

A moins que l’on ne deviennent de plus en plus nombreux à utiliser un système d’échange libre et décentralisé dont on commence à parler de plus en plus :

3 — Le plus révolutionnaire : Bitcoin

La grande presse parle régulièrement de Bitcoin, souvent pour en rappeler la volatilité et indirectement décourager le grand public de s’y intéresser sérieusement.

Pour faire simple, Bitcoin est une technologie d’échange de valeur de particulier à particulier, ne dépendant d’aucun organisme de contrôle comme une banque ou un gouvernement. Tout au contraire, Bitcoin est un outil ouvert, soutenu par une communauté croissante de génies informatique veillant à améliorer ce système de jour en jour, pour le garder le plus libre et anonyme possible.

Un don Bitcoin sert donc deux objectifs :

  1. Remercier directement quelqu’un.
  2. Encourager indirectement le développement d’une crypto-économie épargnée de l’espionnage et des contrôles totalitaires.

Si vous ne voyez aujourd’hui en Bitcoin qu’une “monnaie virtuelle” utilisée exclusivement par les criminels ou les spéculateurs, vous feriez mieux de vous renseigner davantage !

Découvrez vite comment Bitcoin pourrait changer le monde en lisant mon article : Pourquoi et comment renverser le système bancaire mondial, pacifiquement, avec Bitcoin

4 — Le plus surprenant : la liste de souhait Amazon

Afficher sa liste de souhait (d’Amazon ou non) est une tendance que j’ai pu remarquer surtout sur quelques blogs anglophones.

Pour de nombreuses raisons je suis contre les cadeaux matériels, à moins que ceux-ci soient véritablement utiles, pour une durée de vie conséquente.

Mais Amazon est aussi connu pour son e-bookothèque Kindle, si vaste et si enrichissante ! C’est à peu près tout ce que l’on peut trouver d’ailleurs dans ma liste de souhait.

Offrir un cadeau depuis une Wishlist Amazon en dit long sur soi, sur ses propres goûts. Il indique que l’on se sent relativement proche de la personne à qui l’on fait ce présent, et de ses valeurs. C’est un acte tout de même très intime quelque part, beaucoup plus personnel qu’un Flattr ou un don autre…

5 — Le plus motivant : Tipeee

(mais aussi le plus cloisonné)

Tipeee ressemble beaucoup à Ulule / Indiegogo / Kickstarter / etc.

Il s’agit d’une plate-forme de crowd-founding (financement collectif) mais à destination d’un créateur et non d’un projet spécifique.

Le système est bien pensé :

  • Chaque “Tipeur” (utilisateur de Tipeee) choisit parmi plusieurs montants ce qu’il donnera à ses créateurs préférés chaque fois que ceux-ci publieront de nouvelles créations. Il peut aussi définir un plafond mensuel à ne pas dépasser pour éviter de trop dépenser.
  • En fonction du montant de ses “Tips” (pourboires), il pourra profiter de contreparties exclusives (un remerciement public, une entrevue sur Skype, etc.).
  • Les créateurs “tippés” ne perçoivent leurs revenus qu’une fois par mois, et seulement si ils ont publié du nouveau contenu !

Contrairement à Flattr, ou Bitcoin, recevoir des Tips sur Tipeee nécessite “d’entrer dans le club”, d’être approuvé par leur équipe et de respecter scrupuleusement leur charte.

J’ai bien essayé de m’y inscrire, mais mon profil a été systématiquement refusé, je ne dois pas être assez hype je pense. Je ne leur en veut pas, jetez-y un oeil voir si vous trouvez un de vos créateurs préféré à remercier !

6 — Celui qui ne coûte rien : le partage

Le logo “Open Share” (partage ouvert), à comparer avec son rival plus connu, l’icone de simple “Partage” : http://bioneural.net/wordpress/wp-content/uploads/2010/01/share-compare.png

Vous êtes fauché mais désirez malgré tout soutenir un auteur ?

Parlez de lui autour de vous !

Sur Facebook, sur Twitter, Google+, par e-mail et de vive voix. Encouragez autrui à découvrir son travail.

Peut-être parmi eux se trouveront quelques-uns qui auront le désir et les moyens de participer financièrement !


Il est évident que cette liste ne saurait être exhaustive.

Personnellement, voici par ordre d’usage mes outils de pourboire numérique :

  1. Le partage : Si c’est instructif ou surprenant, je Twitte. Et tous mes tweets sont aussi envoyés sur Facebook.
  2. Flattr : Bien souvent c’est le compte Twitter du créateur que je Flattr, dès qu’un contenu m’a été utile ou m’a enthousiasmé. Il m’est déjà arrivé de le faire suite à quelques textes lus sur Medium. La réaction de leurs auteurs en retour m’a fait chaud au coeur. ☺
  3. Paypal : J’ai déjà fait quelques dons Paypal par pur plaisir. Les deux plus récents en tête : pour un créateur solo de jeu vidéo (je l’ai convaincu d’essayer Flattr !) et pour le forum francophone des joueurs de go qui présente d’excellents cours gratuits !

Ceux que je n’ai pas encore utilisé :

  1. Bitcoin : Je crois beaucoup en l’avenir des cryptos-devises. Aujourd’hui cependant s’en procurer est encore une vraie gageure. Je n’ai qu’une poignée de Bitcoin pour l’instant, et n’en distribuerai généreusement que lorsque j’en aurais davantage, et pour soutenir une oeuvre importante à mes yeux. D’ailleurs, je rêve de voir Flattr autoriser le retrait en Bitcoin, cela permettrait à des entreprises “gênantes” comme Wikileaks de prospérer !
  2. Tipeee : Parmi les créateurs de Tipeee il n’y en a aucun que je suis (à part “Minute Papillon” dont j’ai vu 2 ou 3 vidéos je ne connais même pas les autres…)
  3. Wishlist Amazon : Comme dit plus haut je pense qu’il faut vraiment avoir établi un rapport presque intime pour en venir à faire un cadeau aussi directement… le fait que personne (ou presque) n’affiche aussi ouvertement sa liste ne joue pas non plus en faveur de ce moyen de remerciement.

Et vous, qu’en pensez-vous ?
Connaissez-vous d’autres moyens d’encourager le “paiement à rebours” ?
Rejoindrez-le mouvement ?
Qu’est-ce qui vous en empêche ?


Vous avez apprécié ce texte ?

Découvrez d’autres créations du même auteur sur son site : Damien Casoni.com

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Damien Casoni’s story.