Entrepreneurs, vous avez le melon !

Voilà, fallait bien que quelqu’un vous le dise.

Je suis de mauvaise humeur depuis 2 semaines maintenant et j’ai mis pas mal de temps à comprendre pourquoi. Grâce à un entourage hyper bienveillant, un peu de discussions j’ai compris que ça venait d’un reportage paru sur Save dimanche dernier.

J’étais tout content de faire ce reportage. TF1. Sept à Huit. Les millions de téléspectateurs. Le vrai truc quoi.

J’ai beaucoup échangé après le reportage avec Hugo Saias, mon meilleur ami. Il a essayé de me faire comprendre ce que je vais dire plus bas, en prenant des détails du reportage. Maintenant j’ai saisis.

Et pour cause. Déja, le titre!

Si seulement on m’avait présenté ce titre !

Pour les curieux → http://bit.ly/1pxeubs

En réalité le reportage était vraiment mauvais. Même si c’était complètement évident, j’ai mis un peu de temps à comprendre ce qui me dérangeait. Je vous passe les passages de “Damien, le jeune millionnaire”, “Au volant de sa voiture de sport de marque allemande”, “en direction de son club de sport prestigieux”. Qui sont d’un ridicule affligeant.

J’ai compris. je ne me ferai plus jamais avoir.

Ce qui m’a profondément déplu sur ce passage TV, c’est que malgré ce qu’on m’avait vendu à l’origine, ce reportage n’était pas sur Save. C’était sur Damien Morin.

Et vous savez quoi? Damien Morin on s’en fout !

La réussite d’une entreprise est collective

Une boite, c’est une équipe.

Les réalisations sont toujours collectives. Seul, on est faible. On ne peut déplacer les montagnes qu’avec une armée. Puisqu’on est nombreux à mettre notre brique sur l’édifice, à s’arracher au quotidien, à prendre des risques personnels et professionnels, nous (entrepreneurs) n’avons pas le droit de s’approprier ce succès qui est commun.

C’est d’ailleurs une des missions principales du CEO. Recruter les “A players” de l’entreprise. Construire le Top Management pour une exécution sans faille.

“Que des numéros 10 dans ma team”

Ce qui vous rend exceptionnels, ce sont vos convictions

Evidemment que vous avez une grosse part de responsabilité dans vos projets. Votre audace, votre vision du marché, votre capacité d’adaptation et votre optimisme font de vous des gens exceptionnels.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle vos salariés vous suivent, vos investisseurs vous financent et vos clients vous adorent. Mais ce n’est pas une raison suffisante pour prendre la grosse tête. Pourquoi? Parce que seul, vous n’êtes rien.

Bon ok, mais comment faut-il faire?

Déjà le leadership, ça se construit. Personne ne peut se décréter patron de quoi que ce soit. Surtout pas dans le monde des entreprises et encore moins des startups. Save, c’est une méritocratie. Prenons un exemple (comme dirait Oussama):

Charlotte est la première personne que l’on a recruté dans le département RH. Sa mission était d’accompagner Cyril notre COO dans les nombreux recrutements de Sauveteurs. Rien à l’origine, ne la prédestinait à sa position d’aujourd’hui. Charlotte a tout juste 30 ans, elle est notre head of HR, Elle gère toute une équipe de Ressources Humaines dans toute sa complexité. Les recrutements, la gestion, les plannings, l’édition des bulletins de paie, le juridique, les litiges, les obligations sociales (CE, délégués du personnels),… pour plus de 450 salariés et dans 6 pays en Europe!

Petit rappel, chez Save au 1er Janvier 2015 on était 25. Elle a gravi tout les paliers avec audace et excellence → elle a gagné sa place.

Votre légitimité, vous devez la gagner!

Tout est dans l’équilibre

Un jour Jean m’a dit: un bon entrepreneur c’est un parfait mix entre Humilité et Ambition puis un parfait mix entre Flexibilité et Détermination.

L’attitude ça compte toujours. L’empathie, le respect des autres et des règles, l’audace, la pertinence, la curiosité tout autant de qualités requises pour construire votre leadership.

Pour le reste, gardez votre envie de changer de monde et restez vous même :)

DM.