Daniel Leblanc
Nov 28, 2019 · 3 min read

Voici ma dernière contribution au débat que j’ai lancé sur l’utilisation des sources anonymes qui affirmaient, dans La Presse et Le Devoir de samedi, que Dominique Anglade souffrirait en tant que chef du PLQ du fait qu’elle est issue de la « diversité » et de « l’immigration ».

D’emblée, je tiens à affirmer que ceci est un débat professionnel avec des gens que j’admire et dont je respecte le travail. Deuxièmement je continue de taper sur ce clou car je suis convaincu qu’à tout le moins, les deux textes initiaux soulevaient des enjeux quant à l’utilisation des sources anonymes.
Troisièmement, je ne connais pas Dominique Anglade ou Alexandre Cusson et n’ai aucun intérêt personnel ou professionnel en jeu. Enfin, je suis, bien sûr, en faveur de l’utilisation de sources confidentielles dans des cas précis, surtout pour l’utilisation d’information factuelle et objective.
(Pour ceux et celles qui en ont manqué des bouts, vous pouvez allez voir mon fil Twitter.)

Suite à ces sorties, je ne pense pas avoir convaincu qui que ce soit dans ces journaux, donc j’y vais d’une dernière réponse à ce tweet de Rima Elkouri : « Il me semble que le problème ici, ce n’est pas tant l’anonymat que l’existence même d’un tel mouvement au sein du PLQ. C’est ce mouvement qui doit être dénoncé et non le fait que son existence ait été révélée, non? »

Du côté de mon journal, dans le contexte d’attaques grandissantes contre les médias par certains acteurs politiques, nous avons récemment raffermi nos règles à l’égard des sources anonymes et je peux témoigner que notre journalisme en a bénéficié.

Il y a des articles potentiels qui n’ont pas été publiés, faute de sources on-the-record, mais aussi des articles qui ont été nettement améliorés en établissant des standards plus élevés en terme d’anonymat. Cela force parfois les journalistes à travailler plus fort pour obtenir des commentaires à visage découvert, mais le produit final en sort souvent amélioré.

Dans le cas précis en cause, on peut dire sans risquer de se tromper que la ou les sources ne faisaient pas de l’analyse sociologique avec leurs affirmations, mais lançaient bel et bien des attaques gratuites. Permettrions-nous à des sources anonymes de dire que la candidature d’Anglade avait un potentiel électoral moindre car elle est une femme? Non, car ce serait une attaque sexiste et indigne de la protection accordée aux sources anonymes.

Toutefois, cette attaque contre Anglade a été publiée sous le couvert de l’anonymat en utilisant des euphémismes (« issue de la diversité ») qui donnaient un air de respectabilité à des arguments qui sont, à mes yeux, racistes et que personne ou presque ne voudrait dire publiquement.

L’enjeu n’est pas ici qu’elle soit issue de l’immigration ou de la diversité. Gérard Deltell et Vincent Marissal ont des parents immigrants et ils ne feraient pas face à un tel argument. En fait, il s’agissait ici de souligner le fait qu’Anglade est d’origine haïtienne et noire, et d’affirmer que le PLQ ne pourrait pas percer partout au Québec avec elle à sa tête.

Il s’agit donc d’une attaque politique qui équivaut à dire : ne votez pas pour Anglade car le PLQ va rester dans l’opposition sous sa gouverne. C’est l’équivalent de dire qu’un chef unilingue du Parti conservateur, par exemple, ferait face à un obstacle au Québec. Cela, n’importe qui le dirait on-the-record et l’utilisation de l’anonymat ne serait pas nécessaire.

La stratégie, dans le cas Anglade, a fonctionné : depuis samedi, il y a eu une multitude d’articles et de chroniques à ce sujet. Certains disent qu’il fallait exposer ce mouvement au sein du PLQ. Mais qui sont ces gens qui pensent ainsi? Combien sont-ils? Sont-ils des ex-ministres? Des élus? Des organisateurs de bas niveau?

On ne le sait pas, car les auteurs de cette attaque ont réussi à rester cachés dans l’ombre, leur lâcheté récompensée par une controverse qui existe du seul fait qu’ils ont réussi à convaincre deux médias de publier leurs affirmations subjectives sous le couvert de l’anonymat.

    Daniel Leblanc

    Written by

    Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
    Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
    Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade