Revue de coin #4 — Zelcash et son écosystème

Image for post
Image for post

Dans cette série d’article, je mettrai en lumière des coins qui ont attiré mon attention ou celle de ma communauté d’une manière ou d’une autre. En tant que gem hunter, il s’agira forcément de microcaps peu exposés sur les marchés et les réseaux sociaux, possédant une faible liquidité et un marketcap largement inférieur que ce l’on peut voir dans le top 100 des crypto-monnaies . Plus que jamais, le lecteur sera encouragé à faire ses propres recherches, et à ne pas miser trop gros sur ce genre de projet très risqués.

Disclaimer: Il se peut que je sois déjà investis dans ces projets à l’heure ou j’écris ces articles : Ce n’est pas le cas ici avec Zelcash.

Lorsque je vous ai sondé sur Twitter pour une revue de coin choisie par la communauté, vous avez été un grand nombre à me proposer Zelcash. Aujourd’hui je vous livre mon analyse fondamentale à propos de ce projet, toujours sous une perspective d’investisseur. N’hésitez pas à voter sur mon compte Twitter (tweet épinglé à mon profil) pour la prochaine revue!

Zel, en bref

Zelcash est un projet qui a été lancé le 31 janvier 2018 avec pour but ultime de s’imposer comme un standard dans le milieu des crypto-monnaies, en rassemblant l’ensemble de l’univers crypto sous une interface unique, intuitive et au design épuré.

Aujourd’hui, l’amateur en crypto-monnaies utilise sûrement autant de wallets qu’il ne hold de tokens, possède un compte sur de nombreux échanges ayant chacun leur interface, utilise des services différents allant de ShapeShift à certains DEXs, se sert d’un authentificateur particulier pour sa sécurité etc… Zelcash propose de faire le ménage dans tout ça en rassemblant toutes ces fonctionnalités dans une seule interface, accessible depuis votre ordinateur ou votre mobile: j’ai nommé le wallet Zelcore.

Bien plus que de chercher à agréger tout ce qui existe déjà dans un wallet multi-fonctions, l’équipe derrière Zelcash cherche aussi à développer son propre écosystème, qui comprendra d’ici quelques mois un DEX, une plateforme de smart contrats et un Dappstore, le tout fonctionnant grâce à la monnaie native Zelcash.

On à donc à faire à un projet de type “tout en un” qui se distingue particulièrement grâce à ses interfaces graphiques épurées conçue pour faciliter l’adoption par les masses. De plus, la team souhaite développer l’écosystème Zel sans compromis sur la scalablilité grâce à un réseau de masternodes, et sans négliger non plus l’aspect privé des transactions en se basant sur la technologie zk-SNARKs empruntée à Zcash.

Dans cette analyse, je vous propose d’aller du particulier au global, en commençant par le carburant de l’écosystème Zel: la monnaie Zelcash. J’aborderai ensuite l’écosystème Zel dans son ensemble. On verra en troisième temps les aspects plus classique de l’analyse fondamentale (team /roadmap /communauté…), et enfin, je vous expliquerai pourquoi en tant qu’investisseur je ne miserai pas sur Zelcash même si c’est un projet qui peut potentiellement exploser.

Le coin Zelcash: tokenomiques et utilité

L’écosystème ZEL fonctionne grâce à sa propre monnaie native: le Zelcash. Le coin et sa blockchain constituent la colonne vertébrale du projet, et permet de rémunérer les mineurs ainsi que les “Zelnodes” que j’aborderai en détail ultérieurement. La circulating supply actuelle du Zelcash est de 62,2 millions de coins pour une maximum supply de 210 millions d’unités. Avec un blocktime de 2 minutes, un reward de 150 $ZEL par bloc et un halving prévu tout les deux ans et demie (le premier ayant lieu en juillet 2020), les 210 millions de $ZEL seront produits d’ici avril 2031, soit en une douzaine d’années. Ces reward sont partagés entre les mineurs (75%) et les opérateurs de Zelnodes (25%).

La période de reward est donc plutôt courte et induit une forte inflation dont la paternité se retrouve chez Zcash, le coin dont est forké Zelcash. A titre de comparaison, le block reward du Bitcoin avant son premier halving était de 50 BTC par bloc, soit 3 fois moins que pour Zelcash. Cela induit une pression à la vente importante de la part des mineurs, phénomène actuellement compensé par le staking des coins dans les Zelnodes, un réseau de masternodes indispensable aux futures implémentations de l’écosystème Zel. Aujourd’hui, sur les 62,2 millions de coins existants, plus de 26 millions (42%) sont bloqués dans ce système de Zelnodes.

Le lancement des Zelnodes depuis février dernier s’est donc naturellement traduit par une raréfaction progressive du $ZEL sur les échanges, marquant une forte augmentation du cours sur le mois d’avril. En l’espace d’un mois, le cours est passé de 700 à plus de 4000 sat, avant de redescendre aujourd’hui 1600 sat, conférant au projet une capitalisation de 5,7 millions de dollars.

Comme la grande majorité des projets à preuve de travail lancés sans ICO et sans financement privé, Zelcash a été conçu avec un premine. Ce dernier s’élève à 6,2% de la total supply, soit 13,2 millions de $ZEL. A l’heure ou j’écris ces lignes, près de 4 millions de $ZEL ont déjà été dépensés (la quasi-totalité en OTC, sans impact sur les marchés).

Pendant le bear market, la team s’est rendue compte que le premine serait insuffisant pour financer la suite du développement, et s’est tournée vers un modèle de financement plus traditionnel sur lequel nous allons revenir. Le premine à donc été dissout en septembre dernier et a été répartis entre les 5 membres de la core team et la “Zel fondation”, un organisme spécifiquement crée pour soutenir l’écosystème Zel et censé représenter la communauté indépendamment de la team.

A l’époque, c’est 11 millions de $ZEL qui ont été répartis de la manière suivante:

  • 7,9 millions pour la Zel fondation. La fondation possède ensuite deux comptes: un compte bloqué par un “time lock” smart contrat et un compte opérationnel permettant de financer des parties du projet en accord de la communauté. Le compte bloqué de la fondation constitue l’adresse n°1 de la rich list de Zelcash avec 5,53 millions de $ZEL. Le compte opérationnel compte actuellement 559.000 $ZEL, et est alimenté tout les ans par 790.000 $ZEL provenant du compte bloqué.
  • 1,5 millions pour le fondateur Miles Manley, dont 1,3 millions bloqués sur une période de 2 ans. Les 200.000 $ZEL restants sont aujourd’hui stakés dans des Zelnodes.
  • 400.000 pour chacun des autres membres de la core team, dont 200.000 bloqués pour une période de 2 ans et 200.000 stakés dans des Zelnodes pour contribuer au réseau.

La rich list ainsi que le premine peuvent être suivis sans difficultés grâce à l’explorer de Zelcash et la team reste très transparente à ce sujet. La proportion du premine ne me semble pas exagérée pour un projet s’étant lancé sans autres sources de financement et sans dev fee sur le minage. En revanche, la période de blocage des $ZEL attribués aux développeurs (2 ans) me semble courte et n’engage pas assez la team sur le long terme. Il est aussi dommage d’avoir créer une fondation censée représenter la communauté, mais qui est aujourd’hui encore contrôlée par la core team. Une sorte de délégation de pouvoirs devrait avoir lieu à l’avenir, coupant toute influence de la team sur la Zel fondation.

Côté exposition, le $ZEL est plutôt bien lotis avec un listing sur TradeOgre depuis juin 2018 et sur STEX depuis février 2018. Je parle de “bien lotis” car un listing sur TradeOgre constitue déjà une première consécration pour un microcaps, l’étape d’après étant en général Bittrex. Tout connaisseur en shitcoin connaît TradeOgre et les coins qui y sont listés. Ma préférence personnelle est alors de dénicher des microcaps avant même qu’ils ne soient listés sur TradeOgre. Bref revenons en à nos moutons.

Zelcash est un fork de Zcash et hérite de sa technologie d’anonymat zk-SNARKS. En début d’année, l’upgrade “Acadia” a permis à Zelcash de rebaser son code sur la dernière version du code de Zcash, et de bénéficier de la mise à jour “Sapling” augmentant significativement les performances des transactions anonymes. Il faut savoir que tout comme Zcash, Zelcash permet deux types de transactions:

  • celles impliquants des adresses transparentes (t). Ce sont les transactions similaires à celles du réseau Bitcoin (non privées).
  • celles impliquant des adresses privées (z), garantissant un anonymat total, mais nécessitant beaucoup plus de ressources informatiques pour être créées.

En raison du surplus de RAM nécessaire, les transactions privées ne sont pour l’instant réalisables que si l’on opère un full node sur le réseau, et sont surtout plus chères que les transactions non privées. Les transactions réalisées depuis un light node, un mobile ou même celles générées par les block rewards sont donc par défaut transparentes, venant menacer la fongibilité des coins. Tout comme Zcash, Zelcash tombe dans le travers d’une privacy optionnelle, ce qui fait que la grande majorité des transactions sur le réseau se font entre adresses de type “t” et ne sont donc pas privées. Si une minorité de transactions reste privée, il devient alors possible de déduire de quelle adresse “z” elles proviennent, et donc de dé-anonymiser les utilisateurs. De plus, seules les transactions réalisées entre deux adresses “z” sont vraiment anonymes et non celles réalisées d’une adresse “z” à une adresse “t”, faisant reposer votre anonymat sur la contrepartie destinataire de la transaction. Cela fait à mon sens de Zelcash un semi-privacy coin tout comme Zcash.

Niveau minage, les blocs de Zelcash ont une taille de 2Mb, et l’algorithme utilisé est l’Equihash 144;5. Il s’agit d’une variante de l’algorithme de minage de Zcash (Equihash 200;9) conçu par la team pour rester résistant aux ASICS. Dans les mois qui viennent, Zelcash devrait avoir droit à son propre algorithme de minage (Zelhash V1) pour régler le problème des ASICS définitivement. Comme pour la majorité des microcaps à preuve de travail, la répartition du minage de Zelcash est fluctuante, le pool 2miners ayant disposé jusqu’à récemment de plus de 50% du hashrate.

Enfin, Zelcash dispose aujourd’hui d’une scalabilité de 30 transaction par secondes, un chiffre qui pourrait être augmenté de plusieurs milliers avec l’implémentation ultérieure de “sidechains” opérées par les Zelnodes.

Une interface unique: le wallet Zelcore

Comme nous l’avons évoqué en introduction, l’écosystème Zel est loin de se limiter à un simple protocole de transfert de valeur. Le projet cherche à englober une grosse partie de l’écosystème crypto dans une interface unique prenant la forme d’un wallet aux fonctionnalités multiples.

Ce wallet est appelé Zelcore. Aujourd’hui disponible sur toutes les plateformes ainsi qu’en version mobile, Zelcore est la pièce principale de l’écosystème Zel, et a concentré l’attention des développeurs pendant plusieurs mois. Pour l’avoir testé, le rendu est impeccable. Doté d’une interface utilisateur digne d’OSX, Zelcore à tout pour plaire aux nouveaux arrivants ainsi qu’aux plus expérimentés dans la sphère crypto. Il offre la possibilité de créer plusieurs comptes depuis le même wallet et de bénéficier d’un système d’auto-update permettant des mises à jour en arrière plan. Plus besoin de re-télécharger le wallet à chaque nouvelle version.

Le plus gros point fort de Zelcore est tout de même sa capacité à stoker plus d’une centaine de projets différents en parallèle du Zelcash. En effet, il est possible d’utiliser Zelcore pour stocker des Bitcoins, de l’Ether, toute une gamme de stable coins et plus d’une centaine d’autres altcoins. Cela permet aux investisseurs de concentrer tout leur portfolio en un seul et même endroit sans devoir télécharger un wallet propre à chaque projet. Plus qu’une histoire d’API, on a une réelle intégration de tout ces altcoins, et Zelcore offre la possibilité d’opérer un full node pour un grand nombre d’entre eux. A ce niveau, le travail de la team en terme de maintenance et d’intégration est remarquable, et de nouveaux tokens sont ajoutés chaque mois.

Zelcore intègre aussi nativement des services comme ShapeShift, Changelly et Kyber, permettant de réaliser des swaps sans même quitter le wallet, ainsi que le Binance DEX, ce qui est une première pour un wallet. Plus récemment, la team a développé un partenariat avec le projet Ravencoin afin d’intégrer nativement sur Zelcore l’ensemble des securities qui seront tokenisées ultérieurement par Raven. Comme on peut le voir, Zelcore permet déjà d’agréger un grand nombre de services sous une même interface, et c’est loin d’être fini.

Dernièrement, les développeurs ont lancés une extension de Zelcore nommée “Zelcore+” intégrant les API et les interfaces de trading avancées de Binance, Kraken et Bittrex (Gemini sera ajouté prochainement). Il est donc maintenant possible de trader directement sur ces 3 échanges depuis Zelcore+, avec toutes les fonctionnalités avancées de ces derniers. On remarque au passage un effort particulier de la team pour intégrer les différents services de Binance, et il se peut que Changpeng Zhao ne soit pas insensible à ces efforts.

Niveau accessibilité, Zelcore troque le système de clés publique/privée contre un système de login/password beaucoup plus familier pour le profane, sans compromettre la sécurité. Les identifiants rentrés sont alors hashés localement pour être transformés en clés publique/privée sans jamais quitter le wallet. Comme pour les autres cryptos, le wallet reste donc indépendant de toute machine (ordinateur/smartphone) et peut être initialisé n’importe ou à partir des identifiants de connexion. Si ce système est pratique, il ouvre aussi une possibilité de collision dans les identifiants, dans le sens ou si quelqu’un initialise son wallet sans le faire exprès en créant les mêmes login/password que moi, il aura effectivement accès à mon wallet. Autant bien choisir ses identifiants au départ, et utiliser Zelid pour l’authentification à deux facteurs.

Zelid est le système d’identification à deux facteurs décentralisé directement intégré à Zelcore. Ce système ne repose pas sur une partie tierce et est directement lié à la blockchain. Zelid peut aussi faire le lien avec les systèmes de reconnaissance biométrique des smartphones et il est alors possible d’utiliser Touch id ou Face id pour déverrouiller le wallet. Là aussi on cherche à offrir une expérience utilisateur la plus intuitive possible.

Zelcore constitue donc le produit phare du projet et sa facilité d’utilisation doit permettre la création d’une base utilisateur large qui servira au reste de l’écosystème Zel. C’est aussi le produit qui permet à la team de financer le reste du projet en complément du dev fund. En effet, si l’utilisation de Zelcore est gratuite pour l’utilisateur, l’extension Zelcore+ est présentée comme un service premium nécessitant un abonnement d’environ 10$ par mois. Certes, je suis plutôt pro open source et gratuité, mais à choisir entre des services premium et un dev fee sur le minage, je choisis la première option. Le projet tire également des revenus des différents altcoins souhaitant être ajoutés à Zelcore, une intégration nécessitant le paiement d’un frais de listing de 2 BTC. En passant, je trouve dommage (quoique dans une certaine mesure, compréhensible) que la team ait maintenue le wallet Zelcore en source close pour éviter toute copie de la concurrence.

Les Zelnodes et la suite

A terme, le wallet Zelcore n’a pas seulement pour vocation de rassembler les services déjà existants dans la crypto-sphère. Il doit aussi devenir le point d’entrée de l’écosystème propre à Zel qui se construira sur un réseau de hardware décentralisé que constitue les Zelnodes. Lancés fin février dernier, les Zelnodes sont des noeuds disposant d’une certaine puissance de calcul et requérant le staking de $ZEL. Ils auront pour rôle d’opérer un certain nombre de tâches pour l’écosystème en échange de 25% des bloc rewards produits par les mineurs. On distingue 3 catégories de Zelnodes:

  • Les Zelnodes basic: nécessitant un staking de 10.000 $ZEL et captant 15% des rewards destinés aux Zelnodes.
  • Les Zelnodes super: nécessitant un staking de 25.000 $ZEL et captant 25% des rewards destinés aux Zelnodes.
  • Les Zelnodes BAMF: nécessitant un staking de 100.000 $ZEL et captant 60% des rewards destinés aux Zelnodes.

A la différence d’un masternode, un Zelnode doit respecter un certain nombre de critères en terme de hardware (RAM, coeurs, mémoire SSD..) en plus du staking pour être accepté sur le réseau. Cela est lié au fait que les Zelnodes ne se contenteront pas seulement de valider les transactions comme un masternode classique et qu’ils auront à effectuer des tâches beaucoup plus complexes à l’avenir. Aujourd’hui, le réseau de Zelnodes compte 359 Zelnodes basic, 249 Zelnodes super et 166 Zelnodes BAMF, venant verrouiller près de 42% de la circulating supply en staking. A noter que les 5 membres de la core team se sont tous engagés à faire tourner 2 Zelnodes BAMF chacun pour soutenir le réseau avec leur part du premine. L’interface graphique permettant de suivre les informations relatives aux Zelnodes est à l’image du design de Zelcore: propre et intuitive.

Le premier changement lié à la création des Zelnodes intervient sur le consensus de Zelcash, qui est dorénavant hybride, mêlant preuve de travail et preuve d’enjeu. En effet, les Zelnodes viennent renforcer passivement le consensus contre les attaques à 51%, dont on ne peut que s’inquiéter au regard de la répartition changeante du minage de Zelcash. Les Zelnodes trouvent un consensus entre eux sur une sélection d’un Zelnode basic, un Zelnode super et un Zelnode BAMF gagnant à chaque bloc. Ce tirage permet de déterminer quel Zelnode de chaque catégorie remporte les rewards pour un bloc donné. On a donc 3 Zelnodes gagnants par bloc, et ces informations doivent être inclus par les mineurs dans chaque bloc. Si un bloc ne contient pas les bonnes informations sur le tirage gagnant des Zelnodes, le bloc ne sera pas valide. Ainsi, si un attaquant souhaite réaliser une attaque à 51% sur Zelcash, il devra pour chaque bloc deviner à l’avance les tirages des Zelnodes gagnant et les inclure dans le bloc frauduleux. Par exemple, pour une réorganisation de 100 blocs, il faudra en plus de posséder 51% du hashrate, deviner 300 Zelnodes gagnants à l’avance, ce qui est statistiquement improbable.

Mais la principale fonctionnalité des Zelnodes à terme sera de soutenir la plateforme de smart contrats ZelDev que compte développer l’équipe courant 2020. Zel est un projet vraiment englobant qui porte ses ambitions jusqu’à “créer un Ethereum qui fonctionne” selon les mots du fondateur Miles Manley. A l’image de ce que propose Lisk, les Zelnodes devaient être en mesure d’offrir une grande scalabilité à cette plateforme en opérant des “sidechains” unique pour chaque token crées sur la plateforme ZelDev. On aurait donc un réseau disposant d’une scalabilité potentiellement infinie grâce à ce système de sidechains pouvant communiquer entre elles, permettant la création d’une norme de token propre à Zel comme l’est la norme ERC20 pour Ethereum. ZelDev serait également “dévelopeur friendly”, en fonctionnant grâce au langage javascript qui est d’une grande accessibilité. Toutefois, la team est consciente de la vulnérabilité d’un langage “verbose” comme javascript et la plateforme ZelDev sera livrée avec un kit de développement intégré et des modèles de smart contrats et de token déjà pré-formatés, afin éviter toute déconvenue de type “Parity Wallet”.

A terme, on peut espérer voir toute une gamme de Dapps crées à partir de ZelDev, et qui seront accessibles à partir du “Dappstore” directement intégré à Zelcore. Pour tester la puissance du réseau Zelnodes et le potentiel de sa future plateforme, la team compte créer prochainement ZelEx, un DEX qui sera crée à partir de ZelDev et qui sera intégré directement sur Zelcore. Le choix de créer un DEX est à mon sens stratégique et bien pensé, car ZelEx utilisera donc comme levier la base utilisateur de Zelcore et la bonne centaine de projets déjà intégrés nativement sur le wallet, venant décloisonner chacun d’entre eux. La team ne cache pas ses ambitions de faire de ZelEx le premier DEX atteignant l’adoption de masse. Une première version de ZelEx devrait être mise au point d’ici le Q4 de 2019, et son lancement officiel est prévu courant 2020.

Si la vision semble bonne et ambitieuse on peut regretter pour l’instant l’écart de taille entre le réseau de Zelnodes qui est déjà bien concret et fonctionnel, et le flou qui entoure leur utilisation ultérieure. Au stade de développement actuel, on sait vaguement que ces derniers permettront le fonctionnement de ZelDev par la gestion de sidechains et qu’ils pourraient servir à héberger les orderbooks décentralisés de ZelEx ainsi que les différentes dapps crées. Les premières versions de ZelEx et de ZelDev doivent être livrées d’ici la fin d’année et on manque encore cruellement de détails techniques sur la manière dont les Zelnodes utiliseront leurs puissance de calcul. Mes interactions avec la team me donnent l’impression qu’ils ont d’abord cherché à créer un réseau de hardware décentralisé avant de savoir de quelle manière ils allaient l’employer. A suivre donc de ce côté. Je suis aussi un peu sceptique par rapport au Dappstore, ou “seules les Dapps opérant dans la légalité seront listées” (d’après le whitepaper), laissant entrevoir une certaine centralisation dans leur validation et leur intégration à Zelcore.

Team/roadmap/communauté

La team derrière Zelcash est composée de 5 core développeurs dont 3 à plein temps comprenant Miles Manley, le fondateur, âgé de 17 ans seulement. Elle compte ensuite 7 développeurs à temps partiel, 2 conseillers juridiques et une douzaine de community managers/ spécialistes en marketing. Elle est entièrement transparente et internationale. L’équipe s’est agrandie rapidement depuis la fin d’année 2018, et cumule des individualités très compétentes, ce qui est rassurant vis à vis des objectifs visés pour Zelcash.

L’équipe communique très bien avec la communauté qui se compose de plus de 4400 membres sur Discord et 2423 followers sur Twitter. Le projet est suivi encore une fois par des pionniers dans les domaines du spec-mining et de la recherche de microcaps à fort potentiel, conférant à Zelcash un potentiel de hype sur les réseaux non négligeable. Toutefois, je pense que sans listing sur de plus gros échanges ou sans marketing d’envergure, le potentiel d’exposition de Zelcash est déjà plafonné à ce que le projet connaît actuellement. La team à le mérite d’avoir développé un plan marketing en parallèle de son whitepaper, même si les mesures évoquées restent vagues et peu concrètes. Elle dispose cela dit d’un financement correct, et semble en mesure de payer les frais de listing des plus gros échanges lorsque le moment sera venu.

Côté information, le site internet de Zelcash est impeccable, avec une interface rappelant là aussi les design d’OSX. L’investisseur peut compter sur la chaîne Youtube ainsi que le compte Medium du projet pour dénicher les informations qu’il lui faut. La roadmap est tenue jusqu’à présent, et les prochaines grosses étapes à atteindre sont les versions bétas de la plateforme ZelDev et de l’échange ZelEx. Entre temps, les développeurs comptent lancer le plugin de paiement en ligne Zelpay, le projet unity devant rassembler l’ensemble des explorer des crypto-monnaies listées sur Zelcore, ainsi que l’algorithme de minage Zelhash V1 garantissant une résistance aux ASICS. On a en revanche aucune précision sur ce qui est prévu pour 2020 et après.

Mon avis d’investisseur:

L’écosystème Zel est un projet très ambitieux et englobant cherchant à rassembler l’ensemble des domaines tournant autour des cryptos sous une interface unique et intuitive. On remarque que le plan d’attaque de Zelcash se découpe en deux phases: une première cherchant à rassembler une grosse base utilisateur grâce à l’intégration de nombreux services dans le wallet multi-assets Zelcore, et une seconde phase qui visera à disrupter Ethereum et les échanges en général avec le lancement de la plateforme ZelDev et du DEX ZelEx.

On a donc un projet tout en un mené par une team compétente qui cherche à combattre sur de nombreux fronts en même temps. L’ambition est présente, et si Zelcash arrive à s’imposer comme un standard, il ne fait aucun doute que le $ZEL figurera dans le top 100 en terme de capitalisation.

Le problème que je vois par rapport à ce genre de projet tout en un, c’est que leur succès dépend de la chose la plus dure à capter dans la crypto-sphère: une base utilisateur large. En effet, la concurrence est rude s’agissant des plateformes de smart-contrats, et Zelcash va se confronter à d’autres projets beaucoup plus évolués en termes de développement et aux équipes beaucoup plus expérimentées et larges en effectifs comme Ethereum, Tezos et Lisk pour ne citer que ceux là. L’ajout d’un DEX natif ne fait pas non plus de Zel un projet unique, Komodo et Waves proposant déjà ce type de service en parallèle des smart contrats. La base utilisateur est donc une ressource rare que Zelcash doit s’empresser de conquérir si le projet ne souhaite pas devenir une “plateforme comme une autre” pouvant potentiellement tomber dans l’oublis. Je pense que c’est sur ce point que Zelcash aura du mal à faire la différence, l’attention du public étant trop dispersée entre les nombreux autres projets essayant de s’imposer comme un standard tout en un. Je suis également naturellement sceptique sur l’adoption des DEX, mais la c’est un avis personnel dont on pourra parler ultérieurement.

Si on met de côté l’adoption, certaines questions restent encore sans réponses du côté du développement. La première est celle de la durabilité du système. La période de block reward sera terminée d’ici une douzaine d’années, laissant les mineurs et les Zelnodes dépendants du volume de transaction et des frais prélevés sur celles-ci pour leur survie économique. Le frais de transaction par défaut étant de 0,0001 $ZEL, il y a fort à parier que le système ne soit plus viable à ce moment, à moins que le cours du $ZEL explose tout comme le volume de transaction. Si le lancement de ZelDev ouvre la porte à la monétisation des mineurs via la tarification des dapps et des smart-contrats, rien est encore précis à ce niveau. Aussi, la team envisage peut être de changer le mode d’émission du système pour rallonger la période de bloc rewards, mais là encore rien est sûr. En parlant d’émission, l’inflation me semble aujourd’hui trop élevée pour investir sereinement dans le $ZEL. Avec un reward actuel de 150 $ZEL par blocs, la structure d’émission monétaire se rapproche de ce que l’on peut connaître chez Zcash, induisant une pression à la baisse constante et difficilement acceptable pour un investisseur.

Enfin, cela ne me dérange pas en général d’investir sur des projets qui ne changeront pas le monde, tant qu’ils sont sous exposés et qu’ils méritent une capitalisation un peu plus élevée que celle dont ils disposent au moment de l’analyse. Pour Zelcash, j’estime que l’exposition du projet est déjà assez élevée et que trop de gens ont déjà investis dessus/en ont entendu parler. Cela laisse à mon avis peu de marge en terme d’accroissement du cours jusqu’à fin 2019 et la livraison de ZelDev / ZelEx qui pourraient faire du bruit. On pourrait peut être être surpris entre temps avec un listing sur Binance ou Bittrex, mais je ne préfère pas fonder mes espoirs là dessus en tant qu’investisseur.

Ces considérations personnelles mises à part, je souhaite vraiment voir Zelcash briller à l’avenir et surprendre la crypto-sphère par leur développement. Le projet s’inscrit comme un outsider dans le secteur des plateformes, et l’interface utilisateur fluide et élégante de Zelcore me semble être un atout important pour attirer une base utilisateur large nécessaire au développement de l’écosystème Zel. Projet à suivre.

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez me suivre sur twitter (n’hésitez pas à voter pour la prochaine revue de coin).

J’ai également crée une page facebook dernièrement:

Written by

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store