Les animaux supérieurs

On dit que les chiens ont l’âge mental d’un enfant de 1 ou 2 ans. Naturellement, on leur parle de la même manière qu’à un bébé. Ils ont la sensibilité qui leur permet de réagir aux faciès voire même d’une primitive sorte de bonté.

Un éléphant peut être comparé à un enfant de 6/7 ans. Il joue, s’allie, communique, il peut pleurer, voire chercher à rétablir la justice. 
A part qu’ils n’ont pas de rues en béton, les éléphants doivent être considérés comme une peuplade humaine, qui parlent une autre langue, ont une culture, des coutumes, des besoins, une histoire et un territoire.

En terme général les animaux dits “supérieurs” ont un âge mental qui appartient au règne des humains. Ils doivent de ce fait avoir des droits. Et en tant qu’êtres inférieurs aux humains, il revient aux humains d’eux-mêmes édicter et respecter ces lois. De les protéger.

On apprend d’OAY que ces animaux évolueront vers l’humain. Cela conforte le regard empli d’humanité que nous portons sur les animaux.
Notamment sur l’accession constante de nouveaux animaux au règne supérieur, tels que les chevaux, les ours, le loup (qui est un chien) ou le lapin.

Logiquement :

- Un territoire préservés d’au moins 1/3 des surfaces terrestres doit être interdit aux humains.
- L’alimentation doit exclure les animaux supérieurs.