La petite mousse et la génération “tout à gagner”

C’est Le Soir qui consacre un reportage sur la nouvelle mode yoga et bière. Le dernier exemple en date d’une conversion surprenante de la petite mousse qui devient le symbole de la génération “tout à gagner”. La bière est en effet devenue le “geste canaille chic” qui permet désormais de se distinguer de la sobriété implacable de l’eau comme du danger du vin. Entre les deux “extrêmes”, la bière devient le plaisir revendiqué, qui s’assume dans la modération mais surtout dans l’originalité : choisir sa bière.

Sous cet angle, la bière devient le goût du rare, l’aventure du palais pour trouver toujours de nouvelles émotions.

C’est la saveur qui encanaille la working girl ou qui permet de décrocher la cravate du financier, bref de brouiller les codes du classicisme sans surprise.

C’est la génération des chemins de la liberté qui cherche à concilier souvent des extrêmes. Elle veut accumuler les heures de travail mais sans perdre pour autant des espaces de fantaisie. Elle prépare le triathlon. Elle se lance dans une start-up mais veut en même temps pouvoir se lever le matin et trouver le souffle du semi-marathon urbain qui se profile dans sa ville. Cette génération adopte ses codes : les objets connectés en sont un. La bière en devient un autre : le goût, la convivialité, l’esprit d’aventure …

De l’ordinateur à la petite mousse, c’est le chemin du fun.

C’est la génération qui en a assez de l’avenir qui angoisse, qui réduit, qui casse les espoirs. Cette génération veut aimer l’avenir, le conquérir, lui donner son âge. A cette fin, elle considère que l’avenir ne peut être gagné les épaules courbées, l’esprit déprimé, le regard angoissé, les gestes étriqués, l’esprit replié sur les échecs. Elle veut gagner l’avenir bien dans sa tête mais aussi bien dans son corps avec une place nouvelle accordée aux sports, aux rencontres entre amis et aux moments de plaisir avec une … petite mousse. La bière vient de vivre une mutation d’image et d’évocation qui lui assure de très beaux jours à venir.

Une start-up française bien nommée (Une Petite Mousse) a remarquablement anticipé ce tournant en s’associant aux conseils-découvertes, en permettant de s’approprier ses “marques coups de coeur”, voire même en offrant la possibilité de fabriquer sa bière.

La petite mousse devient l’un des codes d’une génération conquérante qui veut retrouver des “temps fun” dans un devenir trop souvent paré de tous les maux (réchauffement climatique, chômage, terrorisme, choc des religions …). Un produit qui s’associe à une révolution culturelle dont les enjeux de fond dépassent de loin le seul goût du moment.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.