Pourquoi theJurists Europe lance le premier robot juridique B2B.

For the English version, click here. Voor de Nederlandse versie, klik hier.

(Chat)bots, machine learning et intelligence artificielle (IA). Ce sont des mots à la mode que vous avez sûrement déjà entendus. A l’heure actuelle, ces mots innovateurs sont trop souvent utilisés à tort à et travers par certains pour se donner une image hip et trendy, sans qu’il y ait là derrière une réelle aspiration à changer le noyau dur de leur profession.

99% du droit peut être automatisé

99% du droit peut être automatisé. Mais ne le dites pas au prochain avocat que vous rencontrez, ou vous risquez de ne pas vous faire des amis. Et pourtant, c’est bien la vérité. La loi écrite (la législation et les codes), le droit oral (la jurisprudence) et l’étude des deux (la doctrine) peuvent tout à fait être interprétés et convertis en langage humain par un robot intelligent.

Il n’existe pas de monde plus traditionnel et désuet que le secteur juridique. Il n’existe pas non plus de secteur qui encaisse plus de critiques (souvent à raison) que celui de la profession juridique et du système judiciaire. Pour les entreprises comme pour les individus, il s’agit trop souvent d’un monde brumeux, mystérieux, à la Matrix, dans lequel ils sont perdus. La raison n’est pas difficile à trouver. A l’université, un professeur nous a un jour demandé si l’on savait pourquoi un code n’était jamais rédigé de façon claire et transparente. Son explication était à la fois dérangeante et d’une simplicité enfantine. Si tout le monde savait lire et interpréter la loi, le métier d’avocat en deviendrait redondant. L’auditoire s’est alors rempli des rires de la future élite juridique, quant à moi je n’y ai entendu qu’un défi.

Les 7 dernières années

Ces sept dernières années, je me suis efforcé à rendre le monde juridique plus démocratique, ce qui n’a pas toujours plu aux noms bien établis de l’avocature. J’étais l’épine dans le pied, comme on dit. Il y a sept ans, j’avais mon premier client, une semaine seulement après le lancement de mon site internet. Studio Brussel. Après tout, la plupart de mes concurrents n’y connaissaient encore rien en branding, médias sociaux et design percutant.

Depuis lors, beaucoup de choses ont changé. Les cabinets d’avocats, avec la petite plaque dorée fixée à la porte d’entrée, ont eux aussi découvert le monde en ligne et n’hésitent pas à dépenser l’argent nécessaire pour construire leur image sur internet. En soi, c’est une évolution très positive. Mais cela a également suscité de nouveaux challenges pour moi.

2017 sera l’année de la démocratisation par la technologie. L’AI et le machine learning changeront notre économie de façon radicale et permanente. Cela fait bientôt sept ans que j’attends l’arrivée de cette technologie. Cela fait bientôt sept ans que je rêve d’un monde juridique efficace et accessible pour tous.

Lee & Ally

Avec Lee & Ally, nous faisons un grand pas en avant, le plus grand et le plus important dans l’histoire de lesJuristes. Toutes les entreprises deviendront des entreprises tech dans le futur. Aujourd’hui, lesJuristes en fait déjà partie. Lee & Ally est toujours en version beta provisoire, cela parce que nous sommes encore confrontés aux limites de la technologie actuelle, ce qui implique qu’un support humain reste crucial. En 2025, et encore plus en 2030, la technologie aura à ce point évolué que les juristes humains seront devenus quasiment superflus. Un robot devrait alors être capable de répondre à 99% des questions juridiques de manière correcte et élaborée. De plus, Lee & Ally est le tout premier robot juridique B2B en Europe, et même ailleurs.

Notre équipe de juristes reste évidemment importante. Il sera nécessaire pour le développement de Lee & Ally d’introduire de nouvelles données, de comprendre ce qu’il faut améliorer et de prévoir un filet de sécurité. lesJuristes, ensemble avec theJurists Europe, se crée une nouvelle image qui correspond à son objectif de devenir un acteur juridique niche en droit digital.

« Alea iacta est » (après tout, nous restons des juristes). La citation ci-dessous, qui figure sur l’un de nos murs dans nos bureaux de Gand, traduit mieux notre histoire que n’importe quel communiqué de presse :

« Ceux qui sont assez fou pour penser qu’ils peuvent changer le monde, sont ceux qui y parviennent. » — Steve Jobs.

Tout ce qu’il me reste à faire, c’est d’exprimer toute ma gratitude à mon équipe, qui a travaillé jour et nuit pendant des mois à la réalisation de ce même rêve.

Apple publicité 1997 (jamais diffusé).

Matthias Dobbelaere-Welvaert, managing partner theJurists Europe.