Et demain alors?

J’ai l’impression d’être bombardé par des questions sur l’avenir. “Alors quels sont tes projets?” Il y a comme une urgence de démontrer que mes décisions ont un retour d’investissement rapide. A croire que tout se chiffre…

La mode du vingtième siècle c’est de réussir sa vie illico presto. Pas le temps pour ceux qui avancent à tâtons. D’où cette nécessité malsaine de tout quantifier. « Vivre sa vie » est vite relégué au second plan. « où en es-tu ? »

Rien ne sert de trouver sa voie, un sens à sa vie ou encore la vérité. Demain se construit sur l’argent et la façon de le dépenser. Demain n’est pas un autre jour…Demain, c’est aujourd’hui. Demain c’est maintenant! Il y a cet impératif de vivre dans le futur.

Il me semble que la vie s’arrête à nos métiers et à nos projets. Alors, on jaugue, mesure et qualifie la vie. « Et toi alors, t’en es où ? Parce que depuis le temps…» Marre de ces questionnements, marre de cet état d’urgence.

Qu’on arrête de m’encombrer de demain. Qu’on arrête de s’inquiéter pour moi parce que tout va bien. J’avance lentement mais sûrement…Je compte bien vivre à mon propre rythme.

Il vient un moment où on arrive à une intersection. On décide soit de vivre sa vie en conforme aux attentes des autres ou on décide d’être en accord avec soi-même.

S’il y a une chose que j’ai apprise, c’est que ce n’est pas grave de ne pas savoir de quoi demain sera fait. Ce n’est pas grave de ne pas comprendre, de ne pas y arriver…Tout ce qui compte, c’est de faire ce qui semble être bon pour toi.

Like what you read? Give Deborah Perne a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.