Une théorie politique française

L’objectif de ce billet est d’accoucher une analyse des enjeux politiques, après tout ce tourbillon qui vient d’avoir lieu, et toutes ces heures à réfléchir sans rien en expulser. Je suis convaincu que ça me fera du bien, et j’espère apporter un point de vue qui suscitera de l’intérêt. Je ne vise pas plus.

Je vais vous livrer une théorie que j’ai imaginée, qui peut permettre de voir les problèmes sous un certain angle. 
Un historien (Arnold Joseph Toynbee je crois) a étudié toutes les crises et chutes qu’ont connu les civilisations au cours de l’histoire connue afin de voir s’il y avait des motifs qui apparaissaient. Il met en évident que lorsqu’une civilisation affronte un problème, si le régime en place ne le résout pas, nous avons d’abord des changements de régime, puis, si le problème persiste, ces changements de régime s’accélèrent et divergent fortement (“extrémisme”), puis le système complet change, une fois ou plusieurs fois, et enfin, la civilisation disparait, par suicide, donnant lieux à la naissance d’une nouvelle. 
Je propose donc une théorie qui met une équivalence là où il n’y a qu’une implication : lorsque le système s’affole, c’est que notre civilisation affronte un problème majeur, capable de détruire notre civilisation, ou à minima, en première instance, notre système. 
De manière appliquée, je propose de penser que la civilisation occidentale connait un problème majeur que l’on constate par un affolement des changements de gouvernements (en dehors de Trump ou Brexit, presque tous les pays européens connaissent un affaiblissement de leurs partis de pouvoir : en France UMP-LR/PS)
En quoi cela est intéressant ?
 — cela suppose qu’il y a UN problème majeur (probablement pas deux car ce serait statistiquement improbable)
 — cela suppose aussi que ce problème serait commun à tous les pays de notre civilisation occidentale. Une sorte de dénominateur commun, ce qui permet d’éliminer certains problèmes qui sont spécifiques à certaines nations)

Regardons maintenant les problèmes majeurs qui me semblent ressortir lors de cette élection : 
 — 1 Répartition des richesses
 — 2 Immigration / culture
 — 3 Economique
 — 4 Démocratie

Certains de ces problèmes sont croisés bien sûr, mais avec un peu plus de détail et centré sur le France : 
 — 1 Répartition des richesses — chaque année, nous battons un nouveau record dans le domaine à l’échelle de l’humanité. La différence de richesse entre un noble et un serf à l’époque moyenâgeuse était bien moindre qu’entre vous et Bill Gates ou Warren Buffet. Vis à vis du discours classique que l’on attend sur la question, je voudrais d’ailleurs rajouter deux idées pour moi très importantes :
 — nous ne connaissons pas la richesse des personnes les plus riches du monde pour de vrai. Comme a pu nous le montrer les panamapapers, des sommes colossales sont cachées derrières des structures complexes et insondables. Des holdings du panama qui possèdent d’autres holdings aux caimans qui possèdent… Warren Buffett a officiellement 65 milliards mais il pourrait en avoir pour de vrai 600 et ce serait crédible, car il semble y avoir de nombreux inconvénients à dévoiler sa richesse, au minimum d’un point de vue fiscal. 
 — le capital est un levier bien plus conséquent que les revenus / salaires. Arrêtons de focaliser le débat sur les revenus quand il s’agit de parler de répartition des richesses.
 
- 2 Immigration / culture. Il y a ici plusieurs étages : 
 — la pensée raciale / suprémaciste qui consiste à penser que l’homme “blanc” est supérieur en soit et qu’il faut absolument la conserver dominante sur le territoire : je crois qu’il s’agit aujourd’hui d’un épouvantail que certains brandissent avec une représentation très faible derrière. Je n’en parle que pour demander d’arrêter de brandir cette horreur sans données pour montrer que cette idée est réellement représentée en France. Rien ne semble indiquer d’après mes lectures que cette idée puisse réunir plus de 1% (et je prends de la marge 1‰ me semble déjà correct)
 — le grand remplacement : la peur que le peuple français soit modifié sur du long terme au niveau ethnique pour devenir majoritairement un peuple berbère (immigration principale en France, venant d’Afrique du Nord). Je crois que le nombre de français qui pensent qu’il s’agit du problème principal de la France aujourd’hui est absolument non négligeable. Autour des 10% me semble crédible (si quelqu’un a un sondage sur le sujet ?)
 — la crainte d’un affaiblissement de la culture Française, par une dilution dans la culture Musulmane d’un coté et Américaine / Européenne de l’autre.

- 3 Economique, et il y a ici autant de théories pour redresser l’économie Française que d’habitants mais voyons les plus grandes théories : 
 — Euro. Je répète ici ce que disent de nombreux économistes : la balance commerciale de la France est déficitaire depuis 15 années environ, et le fait d’être dans un espace monétaire commun empêche un phénomène d’auto-régulation de la compétitivité, à savoir que la monnaie française aurait dû chuter au cours des 10 dernières années d’environ 10% et la monnaie allemande aurait dû monter (balance commerciale très positive) d’environ 15%. En effet, si les Renaults était 10% moins chères et les Audi 15% plus cher, il y aurait en effet des conséquences immédiates sur les ventes. 
 — Contraintes administratives et financières trop fortes sur les entreprises. Pousser l’idée libérale et mondialiste à son maximum : enlever les taxes et barrières qui pourraient freiner les sociétés affrontant la compétition internationale afin qu’elles enrichissent notre territoire par ruissellement.

- 4 Démocratie. Cette théorie supposerait que la population prend conscience à grande échelle que notre système est davantage oligarchique que démocratique, et ayant été bercé depuis sa naissance dans l’idéal démocratique, demanderait à obtenir ce qu’il considère comme son dû. Ceci a été démontré aux USA par l’étude suivant http://scholar.princeton.edu/sites/default/files/mgilens/files/gilens_and_page_2014_-testing_theories_of_american_politics.doc.pdf dont on peut voir un résumé dans les 2 premières minutes de cette vidéo https://www.youtube.com/watch?v=5tu32CCA_Ig . Que ce constat se répande est crédible sachant qu’il est souvent crédibilisé par une intuition populaire.

L’un de ces problèmes pourrait-il être le dénominateur commun de la grande crise occidentale actuelle ? 
 — Immigration et culture (2) semblent ne pas être un gros problème en Angleterre qui a une immigration bien inférieure à la France. La question mexicaine était, il est vraie, au centre de l’élection américaine, et les vagues migratoires ont certainement amplifiées l’extrême droite Autrichienne. Mais ca ne semble pas être une problème commun. 
 — Le problème économique (3) est potentiellement commun et central. Mais est-il vraiment un problème ? Nous produisons chaque année davantage que la précédente. Aucun pays occidental n’a un risque sur les besoins fondamentaux de ses habitants. Serions-nous dans un système qui nécessite 3 point de croissance pour éviter l’écroulement ? Si oui, il semble clair que nous ne pourrons maintenir cette croissance indéfiniment. D’autre part, on ne voit pas spécialement de solution potentielle partagée. Les US et l’Angleterre ne partagent pas l’Euro, et les contraintes administratives et financières sont bien faibles dans le Delaware. 
 — Le problème démocratique (4) me semble partagé par tous nos pays, mais me semble davantage une solution potentielle qu’une cause, même si j’aimerais que ce soit le cas. 
 — Le problème des répartitions des richesses (1) est commun à tous les pays occidentaux en crises, il est à un niveau historiquement sans précédent et donc inconnu, et pourrait se cacher derrière chaque autre : 
 — la friction lié à l’immigration serait amplifiée par la difficulté économique des classes autochtones pauvres, 
 — l’arrêt de la croissance a empêché de masquer le problème de répartition de richesse : avant les classes pauvres régressaient dans la courbe de répartition des richesses mais l’ensemble progressait, l’un dans l’autre, elles progressaient durant les trente glorieuses, stationnaient jusqu’aux années 2000 et reculent depuis. 
 — Enfin le manque de démocratie cristallise la défection de ce système : ceux qui comprennent que nos régimes sont avant tout oligarchiques ne peuvent s’empêcher d’y voir une corrélation : notre système est donc bien profitables à ceux qui ont en définitive le pouvoir : les 1%, les 1‰, les 1/10000000…