Premier jour dans la jungle.

Ma nouvelle moustiquaire a bien rempli sa tâche ; aucune piqûre de moustique au réveil. Les « aulladores » — singes hurleurs — nous ont servi de réveil, leurs cris sont impressionnants, ils glacent le sang au moment où tu ouvres les yeux. Mais en se levant, la faim est toujours prédominante aux chants primates !
Après un petit déjeuner consistant et délicieux, nous sommes partis en ville pour réaliser quelques courses. Puerto Rico, dans le département de Méta, ressemble étrangement à Rurrenabaque en Bolivie. Des maisonnettes très simples, peinte en couleurs pastel, avec des rues vraiment mal construites et un tas de gens qui ne font pas grand-chose, mais qui te regardent fixement lorsque tu passes dans leur champ de vision. La ville est située au bord d’un fleuve où je n’ai aucune envie de me baigner, il y a raies, anacondas et caïmans qui se prélassent en attendant un franco-allemand à se mettre sous la dent. Il faut dire que les humains franco-allemands sont particulièrement délicieux !
J’ai pris connaissance en début d’après-midi, du plan final de notre future ferme amazonienne. À présent, je sais où sera ma cave d’affinage des saucissons et fromages, ma cuisine et mon four à pain. Une affaire à suivre avec un grand intérêt !
Avant de délaisser Paris, ma mère Jeanette m’a offert quelques graines de fenouil, absinthe et sauge médicinales qui sont maintenant en germination, en espérant que les poules en liberté passeront plus de temps à pondre qu’à manger mes graines !
Ma journée se finit avec une pluie diluvienne tiède, nous avons à présent un mois environ pour construire la première cabane, les vergers et jardins aromatiques et surtout la piscine !

PS: La fleur en photo s’appelle “Heliconia” ici!