30e / 639 au semi-marathon de Steenvoorde 2018 !

En cette saison sportive 2018 — qui arrive à son terme, j’ai eu l’occasion de participer à de belles compétitions. Des trails. Et puis le Paris-Nice Challenge avec mon pote Ben en Mars dernier. Puis mon 1er triathlon en Belgique avec mon pote Kev. Suivi des 24h du Mans vélo en Août. Et pour finir par l’ultra-trail de Bourbon à la Réunion.

Alors, courir un semi-marathon dans les Flandres en hiver, ça fait (un peu) moins rêver. Mais je tenais à participer à une dernière course histoire de clore ma saison. Et me rassurer pour mon prochain marathon — à Barcelone, en Mars 2019. Où je tenterai de faire un sub-3h.

Un semi, c’est une épreuve relativement rapide. En plus, ça tombe bien, il s’en déroulait un près de chez moi dans le Nôôôôrd, à 30min. de Lille. Le temps de faire l’aller-retour. Et hop, ni vu ni connu :)
Départ de l’épreuve en 2017. On voit clairement que l’ambiance est à la fête ! Et on distingue à gauche… mon pote Saurya :)

Le temps de récupérer mon dossard n°60, direction les starting blocks à quelques rues de là. L’esprit qui règne sur la ligne de départ est digne de Bienvenue chez les Ch’ti. On est en plein territoire des Flandres. Il règne une ambiance particulière, très festive. Les déguisements sont de rigueur. Et on a juste l’impression que les 2000 participants sont tous des copains, heureux de se retrouver là tous ensemble. Et pressés de rallier l’arrivée pour y déguster de bonnes bières locales :)

Sur la ligne de départ, on laisse d’abord partir quelques joëlettes. Des équipes composées de gens formidables qui sont là pour le plaisir du sport. Et la volonté de partager cela avec des personnes handicapées, qui n’ont pas le luxe de pouvoir courir comme nous. C’est bête, mais toute cette ambiance et ces gens me réconcilient un temps avec l’humanité…

Départ à 14h — Dimanche 16 Décembre 2018

Affublé de mon dossard n°60, j’ai réussi à me faufiler sur la première ligne, pour ne pas me faire trop gêner sur les premiers hectomètres. Il n’y a rien de pire que d’être bouchonné au départ de telles épreuves. Surtout quand on est en quête du chrono ! Mon pote Saurya est plus loin. On ne se croisera même pas, ni avant ni après la course — la logistique en voulant autrement :(

14h et quelques minutes… Top départ ! Dans le groupe de tête, je me retrouve avec tous les spécialistes de la discipline. Secs et fins comme des baguettes. Et qui partent à toute vitesse ! Je ne cherche pas à les coller. Mon objectif se résumant à tenter de battre mon chrono sur le semi : 1'23'’57, réalisé sur le semi-marathon de Lille l’année précédente en 2017.

Un départ un peu rapide, en 3'46. Mais le vent et surtout le parcours relativement vallonné m’empêcheront de battre mon PB — Personal Best. Ma Garmin n’a mesuré que 20,4km au lieu des 21,1 que représente cette épreuve. Du coup, tous les chronos sont décalés.

Le parcours n’a rien d’extraordinaire : on traverse la campagne. Les chemins sont parfois boueux. Et surtout : beaucoup de vent, et un dénivelé important pour ce genre de distance — environ 150m D+. Rapidement, j’ai compris que ce n’est pas là que je battrai mon chrono. Tant pis, je cherche néanmoins à réaliser une performance acceptable.

Steenvoorde > Oudezeele : 10km

Au 5e kilomètre, je constate qu’une partie des leaders — déjà à quelques centaines de mètres devant moi — bifurquent à gauche… Ils courent le 10km et non le semi-marathon ! Voilà pourquoi ils sont partis aussi vite !!

Un petit groupe de coureurs est encore devant moi, à environ 50 mètres simplement. Du coup, je dois être environ à la 15/20e place.

Clairement, l’effet psychologique est immédiat. J’ai un regain d’énergie. J’essaye de maintenir le rythme jusqu’à Oudezeele. Et à la sortie de la ville, un panneau indique “10km”. Un rapide coup d’oeil sur ma montre : je suis en 39' au 10 bornes (NDLR / Ma Garmin indiquait systématiquement un décalage kilométrique par rapport aux indications de la route).

Tracé & analyse de la course grâce à Strava

Je suis donc sur le rythme de mes meilleurs chronos en semi et 20km. Sauf que… la 2nde partie du parcours est bien vallonée. Avec la fatigue, je vais faire quelques passages lents en 5min/km…

Oudezeele > Terdeghem : 6km

Puis arrivée à Terdeghem au 15e/16e km. Le centre du village est festif. Mais surtout… le groupe des coureurs du 10km — que l’on rejoint alors — sont réunis autour d’un stand de ravitaillement… qui fournit de la bière ! Bref, un énorme bouchon se forme… Là, le chrono prend cher. On le constate dans le graphe ci-dessus : je perds environ 1 minute dans la foule…

L’ambiance est super, mais mon esprit est ailleurs. J’essaye de me faufiler… et je limite les dégâts le mieux possible.

Terdeghem > Steenvoorde : 5km

Enfin, la dernière partie de la course se fait avec les coureurs du 10km. Lesquels sont essentiellement là pour passer un bon moment. Affublés de leurs déguisements — car un prix spécifique est décerné aux équipes les mieux déguisées — ils courent lentement. Ou marchent.

La course de Noël des Moulins est une course joyeuse … malgré l’hiver et le froid ambiant ! — photos 2017

Sur cette dernière partie du parcours, je me retrouve avec un autre coureur, Jean-Luc, ex-vainqueur dans sa catégorie d’âge Master 3. Et tous les deux, on crie toutes les 10 secondes, priant les autres concurrents de se décaler. Et de nous laisser le passage.

Retour à Steenvoorde

20 minutes plus tard, retour à Steenvoorde. En 1'26'’04 d’après Prolive , qui communique les résultats officiels. Ce qui me classe 30e de la course. 28e homme. Et 9e Sénior — ma catégorie d’âge d’ancêtre de 37 ans.

Bref, course finie, pas de perte de temps : retour à la maison. Car ce Dimanche 16 Décembre 2018 est une journée particulière : c’est l’anniversaire de mon petit pioupiou, qui fête ses 7 mois aujourd’hui !

-
Ma course sur Strava :
https://www.strava.com/activities/2020279397