Finisher 80km au Nord Trail Monts des Flandres !

Après Houffalize (BE) 50km en Janvier, et le Trail des remparts de Lille en Mars, ce nouveau trail est mon 3e de l’année 2018. Un de mes objectifs étant toujours de participer à l’UTMB, il me faut effectuer des courses intermédiaires pour obtenir les points nécessaires afin de valider mon inscription. Ce trail-ci est parfait : c’est sa première édition, il se déroule à 30min. de chez moi. Et l’épreuve de 80km rapporte 4 points.
A condition de la terminer ! :)

I did it!!

Ce challenge était triple :

  • Challenge n°1 : je m’étais payé un bon gros lumbago 15 jours avant, dont il me restait encore qqs restes… courir 80km avec un sac super lourd quand on mal au dos, c’est pas gégène :/
  • Challenge n°2 : J’avais abandonné l’année dernière l’AMT Ardennes Méga Trail suite à une blessure au 66e km : je souhaitais conjurer le sort cette fois sur un autre trail longue distance.
  • Challenge n°3 : mon inscription pour le Trail des Bourbons à la Réunion m’avait été validée quelques jours auparavant. Seule condition : que je finisse ce trail de 80km, qui m’amènera suffisamment de points ITRA pour valider définitivement mon inscription.

Départ à 6h du matin à Bailleul

Sur la ligne de départ, je me retrouve un peu par hasard en première ligne. Les organisateurs mettent un point d’honneur à nous garder derrière la ligne de chronométrage, du coup on est comme des sardines dans une boite, à attendre le départ !

Votre serviteur est juste à droite :)

Après un bon Thunderstruck d’ACDC dans les hauts parleurs, suivi de quelques dernières recommandations du speaker, c’est parti ! 1000 furieux qui partent comme des balles pour s’attaquer à un parcours long de 80km. Je me suis déjà fait avoir avec des départs fou fou, alors je reste bien sagement sur le côté, à laisser les autres foncer. Malgré tout, ma position en première ligne me permet d’évoluer parmi les 30 premiers durant environ 10 à 15km. Et d’éviter ainsi le trafic dans les chemins étroits.

Le parcours de 80km et son dénivelé

Cette course, c’est du costaud. Au programme : un parcours de 80km en pleine nature à parcourir les différents Monts des Flandres : Mont des Cats, Mont Noir, et Mont Rouge. Par contre, la région n’étant pas très vallonée, le cumul D+ est simplement d’environ 1500m.

Premiers ravitaillements

Le premier ravitaillement a lieu au 13e km. C’est un peu bizarre de mettre un ravito aussi tôt je trouve, car la course n’a pas encore passé le cap d’1h pour certains. On se retrouve au Moulin de Boeschepe, avec une ambiance de folie : le public est extrêmement gentil et nous congratule à chaque passage.

Le temps de traverser le ravito assez rapidement, direction la prochaine étape : le second ravitaillement situé 25km plus loin environ.

Et c’est dans cette portion que mes problèmes démarrent… des crampes aux mollets commencent à apparaitre. Du coup, je buvais déjà de l’eau, j’en bois encore plus ! Je mange des céréales et autres gels que j’ai emportés avec moi, histoire de reprendre des vitamines. Et ce combat consistant à repousser les grosses crampes va durer les 60 prochains kilomètres…

Bref, dans ma tête, ça commence à devenir inconfortable et long. Du coup, je découpe tout le parcours en plusieurs étapes : objectif suivant, rejoindre le prochain ravito. Reste 19, 18, 17…. 6…. 3, 2 1 km ! ça y’est j’y suis, et en 122e position ! On est au 37e km, il en reste encore 43 à parcourir… #QuandOnEstCon
Du coup, comme je n’ai pas vraiment d’objectif de chronos — même si j’avoue qu’une perf de 8h m’aurait fait plaisir, ce qui revenait à une moyenne de 10km/h — je prends mon temps pour bien m’étirer, m’hydrater, m’alimenter me poser un peu, réorganiser mon sac… et c’est reparti !

Là, j’étais en pleine forme ! :)

Objectif suivant : le ravitaillement du 55e km. Dans 18km ! Là… le mental commence à travailler. Le corps souffre, mais la tête dit: “avance” ! Et au 50e, on croise la route des autres sportifs du jour, présents pour un trail de 42km et de 25km. Je me dis que je vais y croiser Tchitch — mon pote qui y concourt, mais non :/

Là, la course est un peu bizarre, parce qu’on est au 50e km, exténués, et entourés des 42 exténués aussi. Mais les 25 sont à pleine puissance. Tout ce beau monde se retrouve au ravitaillement du 55e… et par conséquent c’est le bordel. Trop de gens, pas assez de place.
Je me sers rapidement, et me pose plus loin dans l’herbe. Et puis 15/20minutes plus tard, re-belote : il faut y aller. Mes crampes me font très mal, là je n’arriverai plus à les faire disparaitre. A part continuer à boire correctement de l’eau et manger, y’a rien à faire.

Qui a dit qu’il pleuvait dans le Nôôôrd ?

Ah oui… parce qu’en plus de tous ces problèmes, il a fait un temps parfaitement… estival ! On était facile à 30 degrés au soleil. Ce qui n’aide en rien les problèmes d’hydratation.

Une forme o-lym-pique ! :D

Fort heureusement, l’organisateur a prévu le coup, et 2 nouveaux ravitaillements exclusivement d’eau sont proposés au km 60 puis 66. Entre-temps, ma montre Garmin se coupe au 62ekm… plus de batterie :/ Et donc pas de remontées sur Strava, ni aucune indication me permettant de savoir où je me situe… :/

80km plus tard…

La fin de la course est une lutte permanente. Le corps qui hurle “aïe”, les points ITRA qu’il me faut absolument obtenir, la chaleur, bref… je souffre, je pleure, je cours, je marche, je pleure, je souffre, je cours, etc. pendant les 26 derniers kilomètres !!

Arrive enfin un panneau : ”75km” ! Il reste 5km à courir. Là, un surplus d’énergie fait surface : je me remets à courir, mais comme un vieux papi — vu mes crampes. Mais j’arrive quand même à courir de plus en plus vite, jusque la ligne de départ ou je cours comme un con à toute vitesse en gueulant de douleur sur les derniers 100 mètres.

I did it !!!

Complètement lessivé… médaille récupérée, back to home!!

80km plus tard…

Conclusion : objectif atteint en environ 10h15. Je dois être environ 400 ou 450e sur 1000. A confirmer dès que les chronos seront en ligne.

MAJ 23/04/2018
280e sur 1000 en 10h07'35 — dont 45minutes environ de pause — et 250 abandons dans cette course !

Désormais, pour le prochain Trail à la Réunion en Octobre, il va me falloir programmer de vraies séances d’entrainement sur plusieurs semaines, et revoir mon équipement — pour limiter mes douleurs et profiter du décor !

Vive le sport
#NeverGiveUp
#AbandonnerCestFacile