Paris-Roubaix 2017 done!

Le printemps est de retour… la saison sportive avec ! Et cette année, nouveaux objectifs et nouveaux défis sportifs. A commencer par la semaine passée : le Paris-Roubaix à vélo.

Alors, non… je n’ai pas disputé le Paris-Roubaix des cyclistes pros, mais le Paris-Roubaix Challenge, une course équivalente dédiée aux cyclistes amateurs.

La course est presqu’identique : au lieu de partir de Compiègne comme les pros (et non de Paris, comme l’évoque pourtant le nom de cette course ;) le départ du Paris-Roubaix Challenge avait lieu à Busigny, un petit village au sud de Cambrai. Au menu : exactement le même parcours que le Paris-Roubaix officiel, mais raccourci à 172km. Parmi lesquels 29 portions pavés, dont les fameux Carrefour de l’Arbre au sud de Roubaix, ou l’horrible Trouée d’Arenberg… l’Enfer du Nord porte bien son nom !!

172km à vélo ? Pas de secret, ça se prépare comme un marathon ! Des heures de vélo l’hiver pour préparer le corps à rouler pendant plusieurs heures — 7h30 de roulage pour ma part. Car le niveau de fatigue est identique : crampes, douleurs dorsales.. sauf que les pavés font aussi souffrir les poignets et les triceps.

Entrainement hivernal sur mon Home-Trainer… devant des séries, bien entendu :)

Et malgré l’entrainement, soyons clair : c’est dur, très dur… et les pavés ne facilitent en rien l’épreuve ! J’étais encore à 2 doigts de chialer pendant l’effort, comme durant mes marathons. Entre fatigue physique et mentale — et sans vouloir faire de la psychologie à 2 balles — les épreuves longues distances restent quand même des épreuves où on décrouvre un nouveau soi…

I did it!

Bref, passer la ligne d’arrivée sur le Vélodrome de Roubaix, ça offre quand même un plaisir immense. Et comme on dit, ce qui est fait n’est plus à faire… #neverGiveUp !

Quelques photos de ma course => c’est là.

Arrivée sur le Vélodrome de Roubaix
One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.