L’art numérique interactif en pleine expansion

Elle n’est apparue il n’y a qu’une petite dizaine d’années, mais cette forme d’art novatrice et ludique s’est largement popularisé et séduit les foules dans le monde entier.

Genèse

Si le digital permet un grand bond dans l’évolution de l’art, c’est d’autant plus le cas depuis quelques années. Novateur, cette forme d’art est en pleine expansion partout dans le monde. Par l’avènement d’internet, par l’évolution des outils de création et par sa diversité exponentielle, il s’est largement démocratisé. Photo, digital painting, 3D, motion … C’est désormais l’art interactif qui est sous les projecteurs ! 
Cette nouvelle approche numérique a pour but de lapider la staticité et la monotonie des œuvres ordinaires. A contrario, les créateurs contemporains veulent mettre l’environnement, le public au cœur de cet art pour apporter du dynamisme, de l’émerveillement, et une expérience unique.

Les types d’œuvres interactives

Par définition, l’interactivité correspond au dialogue entre deux entités afin de provoquer une réaction. Elles correspondent majoritairement au dialogue œuvre/spectateur. Cependant comment ce dernier peut-il changer l’œuvre ? 
La vocation première de cet art est de sensibiliser le spectateur, de le placer en immersion grandeur nature dans l’univers des technologies interactives, avec la liberté de les manipuler des œuvres mêlant vidéo, images, sons, lumières, robotique. Le spectateur est impliqué dans un triple processus de perception, de participation et de modification. Le but est souvent lié à l’utilisation des sens et particulièrement au toucher et à la vue. Cependant certains artistes aiment aussi coupler ceux-ci avec l’odorat ou l’ouïe. Comme, par exemple, le projet WikikIRC jouant sur les tonalités en fonction des données reçu par la communauté du site Wikipédia.
Il existe de surcroît des œuvres interagissant avec l’environnement. Sur les phénomènes naturels (météo, lumière solaire) ou artificiels (bruit, pollution), mais aussi sur certaines formes d’architecture (bâtiments, façades).

Les lieux, les évènements

Savoir le définir, le distinguer et en créer c’est bien, mais où est-ce qu’on peut en voir, en consommer ? L’art digital est un phénomène naissant mais déjà très répandu. Par sa singularité il a su toucher très vite un public varié et extraverti. Aujourd’hui, beaucoup d’évènements touchent l’ensemble du globe et de plus en plus d’artistes voient le jour. Que ce soit dans les musés classiques ou contemporains, les expositions interactives deviennent régulières. Mais de nombreux évènements éphémères voient aussi le jour dans des villes (expositions extérieures, municipales, street art), des salons et des foires. Trouver une exposition ludique et interactive est chose aisée, les manifestations artistiques fleurissent de toute part.
Des centres culturels et des écoles proposent même des séances sur l’interactivité afin de découvrir davantage sur les outils existants et les tester (matériels et logiciels libres), partager des conseils.

L’évolution du phénomène, prometteur ?

Part l’avènement d’internet et des technologies sans cesse plus exaltantes, l’art interactif demeure un grand gouffre créatif inabreuvable. Plus nous avancerons dans le temps, plus l’étendu des possibilités deviendront exponentielles. L’évolution du phénomène ne fait nul doute, le futur nous réserve bien des surprises dans le domaine artistique.

Raphaël.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Art_interactif
http://ezain.free.fr/fichiers/Rapport_AR01_Monzain.pdf
http://www.eesi.eu/site/spip.php?article566
http://www.mainsdoeuvres.org/Art-interactif-78.html