Quand un piano rencontre des données Wikipedia

Mettre en musique des données numériques, vous y aviez déjà pensé ? Les membres de l’association Labomedia l’ont fait !

Labomedia, c’est quoi ?

Avant de vous dévoiler leur concept, laissez-moi vous raconter l’histoire de Labomedia. Cette association orléanaise est née d’une envie d’investir le champ des arts numérique. Entourés de pédagogues, d’artistes, de chercheurs et de « bidouilleurs », ses membres cherchent à créer un lien entre activité artistique et activité pédagogique. Ils organisent des ateliers pratiques où vous pouvez exprimer votre créativité dans les arts numériques et vous pouvez aussi les retrouver pendant leurs interventions sur des évènements consacrés aux arts numériques. C’est plutôt sympa comme concept, un bon moyen pour apprendre de manière ludique !

Un piano qui joue du Wikipedia ?

Déjà, un piano qui joue tout seul, vous allez me dire « c’est étrange », mais pour ça on remerciera la robotisation. J’aimerais vous parler de quelque chose d’encore plus étrange. Ce même piano sans pianiste, ne joue pas du Bach, du Beethoven ou n’importe quelle autre musique. Ce serait bien trop facile, il joue la musique que font les modifications sur le site que tout le monde connaît : Wikipedia ! C’est vrai, vous pouvez me croire, ça existe vraiment. Le projet s’appelle « WikikIRC ou La sonification de Wikipedia » et il permet d’écouter le flux des modifications faites en temps réel sur cette fameuse encyclopédie. Le principe est simple, les créateurs de WikikIRC ont récupéré ces modifications sur un canal de discussion pour les transformer en impulsions électriques. Elles sont ensuite transmises à un marteau qui frappe les touches du piano pour émettre une série de sons audibles. Donc, si vous avez envie d’écouter le dernier EP de l’article sur Gandhi, c’est possible !

Ils existent d’autres œuvres comme celle-ci ?

Il faut savoir que ce piano sans pianiste qui anime les données de Wikipedia n’est pas tout seul dans le monde de l’art. Il fait partie de tout un mouvement qui s’appelle le Data-Art. On parle aujourd’hui de mouvement artistique parce qu’à l’origine, un data artiste était quelqu’un qui créé des graphiques pour aider les gens à comprendre des données complexes. Aujourd’hui, certains de ces data artistes n’utilisent plus ces données pour pouvoir les expliquer, mais pour en faire de vrais œuvres d’art. Comme Heather Dewey-Hagborg qui sculpte des portraits à partir d’ADN trouvé dans des chewing-gums, des mégots de cigarette ou encore des cheveux ramassés dans la rue. Ou encore Mike Knuepfel qui a créé un clavier d’ordinateur avec pour chaque touche, une hauteur différente en fonction de sa fréquence d’utilisation. Je vous assure, ça s’appelle de l’art digital, et c’est vraiment super cool !

Alors faites attention à vos données, elles pourraient se retrouver sur les touches d’un piano ou affichées dans une galerie de New York City !

Jeanne Rolland

http://fr.flossmanuals.net/fiches-pedagogiques-ateliers-miam/wikikirc/
http://labomedia.org/oeuvres-interactives/wikikirc-ou-la-sonification-de-wikipedia/
http://deweyhagborg.com/
https://flowingdata.com/2011/06/09/keyboard-with-keys-raised-by-frequency-of-use/

#DataArt #ArtNumerique #Piano #Wikipedia #Musique