Sur L’Etrangeté de la souffrance Noire.

Il est assez étrange qu’aujourd’hui, le Noir souffre toujours d’un problème qui semble pourtant être effacé de la mémoire de beaucoup. Que l’Africain n’ait toujours qu’un semblant de droit sur ce qui lui appartient. L’esclavage est un maux qui a touché toute la population Noire. Ce peuple a été dominé, réprimé, objectivé, insulté, usé, pillé, volé, vendu et tué. Il a connu toutes les maltraitances dont l’être humain est capable mais aujourd’hui l’Histoire les a effacé de son berceau et de sa mémoire, cette histoire demeurera-t-elle encore inconnue pour les générations à venir, le peuple Noir pourrait-il un jour s’émanciper et reprendre ce qui lui est dû ? L’état Français a toujours voulu oublier ses crimes, il est important de noter qu’elle a assumé sa responsabilité envers le peuple Juif qui a été massacré à tort parce qu’il est bel et bien Juif. Le peuple Noir n’a-t-il pas été persécuté pendant des siècles justement parce qu’il est Noir ? Leur histoire est étrangère à leur descendance, leurs enfants ne reconnaissent que la France comme patrie et voue leur amour à ce pays dont l’Histoire ne le montre que sous les feux des projecteurs de la gloire et la puissance. Ce pays leur apprend à nier leur origine Africaine, de ressembler le plus possible à cet individu de peau caucasienne qui semble être le symbole du « normal ». On découvre que l’on n’est Noir quand on se rend compte que l’on est la seule personne de couleur dans un bus et que les yeux sont braqués sur nous, comme un étrange spécimen venu d’ailleurs, on se demande d’où on vient, on se souvient de cette « médiocrité » qui a été collé sur nos dos et sur notre peau. Ne suis-je pas un humain? Se demande le Noir. Ce pays ne doit-il pas reconnaître la souffrance qu’elle a causé à un peuple entier et lui demander pardon ? Dans l’éducation l’Histoire du peuple Noir est gravement occultée, elle parait être un fantôme que le Français ne veut ni voir ni entendre. Il est consternant de parler d’esclavage devant un blanc, cela lui donne mal à la tête, mal aux yeux de voir en la couleur noire le rappel de son crime contre l’Autre. L’asservissement par nos oppresseurs de longue date est toujours présent, les drapeaux que ces pays dressent sont signe d’esclavage moderne et d’appartenance à une classe de « sous-humains », à une caste à la marge de l’abondance occidentale. Des chapitres et des livres sont consacrés à la cause Juive, à la souffrance Juive, nul n’oserait nier la souffrance Juive, nul n’oserait profaner sans consternation du peuple la mémoire de la Shoah. Pourquoi l’esclavage des Noirs n’a-t-il pas prit autant d’ampleur ? Pourquoi est-ce qu’un crime a duré des siècles, n’a été reconnu que tardivement comme crime contre l’humanité ? Pourquoi est-ce que le Noir doit encore subir le joug de sa couleur de peau ? Pourquoi doit-il être traité d’immigré quand il vient vers le pays qui pille sont continent ? Ils sont consternés et demandent aux étrangers de rentrer chez eux tandis que leur gouvernement mène au bâton et au fouet tout un continent ? Le Noir doit-il rentrer là où on lui a tout volé ? Ne doit-il pas venir vers son voleur lui reprendre ce qui lui est dû ? 
Il est étrange que la plus grande puissance au monde traduise son tort envers les Noirs dans le septième art mais que dans celui-ci ce genre cinématographique n’existe nulle part ? Jusqu’à quel degré est-ce que le Noir doit oublier la souffrance de ses ancêtres ? Jusqu’à quel point est ce que le Noir doit devenir blanc pour oublier l’injustice mondiale qui lui est faite ? Doit-il se prosterner vers son oppresseur et lui baiser la main ou le pied ? Est-il condamné à n’être qu’un déchet de la civilisation, vu comme un animal par certains ? Un fou par d’autres ? Un incrédule par la plupart ? Qu’il soit volé devant ses yeux sans lever le petit doigt ? Les ressources naturelles qui sont volés chaque année sous couvert de taxes ? Les richesses naturelles de ce continent sont si immenses, alors comment expliquer le fait que la majorité de sa population vive encore sous le seuil de la pauvreté ? Comment expliquer que ce continent soit endettée à ce point et que ces jeunes doivent affronter la mort pour venir vers celui qui prend TOUT et ne laisse rien ? Reconnais-tu oh Blanc la souffrance que tu as causé ? Vois-tu donc le mal que tu as engendré ? La haine que ne peux apaiser par tes paroles d’enchanteur ? En faisant oublier au Noir son histoire, tu t’es affranchie de ton péché, de ton crime, tu le regardes et tu ne vois rien qu’un imbécile incapable de se révolter ni de se défendre.
Mais ce peuple n’a pas oublié. Ses jeunes n’ont pas oublié la souffrance de leurs ancêtres, ils doivent connaître la vérité sur leur arrivée ici, sur la fuite de leurs parents en exile vers un monde meilleur chez l’oppresseur. Le Noir n’est-il donc pas humain ? Sa souffrance ne doit-elle pas être reconnue après tant de temps passé, après tant de douleur éprouvée, oh Africain et Noir, ne vois-tu pas que tu dois prendre ton destin entre tes mains ?

Like what you read? Give Dina Bell a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.