Lettre ouverte à @LGRANDGUILLAUME
Nicolas Colin
12114

Excellent passage en revue de la problématique et assez complet, mais qui repose tout entier sur un postulat : que l’économie numérique serait bonne par essence, en ce qu’elle donnerait le pouvoir aux individus, à ceux connectés en réseau plus exactement. Un autre postulat traverse aussi vos textes, c’est que l’économie numérique étant inévitable, il vaut mieux aller avec le courant … Ce faisant, vous niez toute possibilité de refuser le soi-disant “inéluctable”, par exemple en créant un barrage sur son cours, voire en le détournant ou même en l’asséchant. Vous vous présentez comme le chantre de l’innovation contre les passéistes, mais en réalité, vous êtes surtout un suiviste, au fond, pas un Ferdinand de Lesseps en tous cas ; mais passons…

Ce postulat est développé par vous notamment dans les deux extraits suivants : « L’économie numérique a une loi explicative très simple : elle redistribue la puissance de l’intérieur vers l’extérieur des organisations ; en d’autres termes, la multitude des individus connectés en réseau est aujourd’hui plus puissante que les organisations… »
Et « …car l’économie numérique, encore une fois, est une économie qui donne le pouvoir aux individus connectés en réseau. »

Pourriez-vous nous dire d’où vous tirez cette Loi de Nicolas ?

J’observe tout comme vous les effets de l’irruption du numérique dans l’économie traditionnelle, et dans la vie sociale au sens large, et j’en tire des conclusions très différentes des vôtres, voire radicalement opposées.

Uber a-t-il apporté une amélioration du service à certaines catégories de clients mal servis par les taxis ? Oui, je suis d’accord avec vous, il a même ouvert ce service à une catégorie de nouveaux clients….

Mais Uber s’est tout simplement substitué aux centrales de réservation et a pour vocation, pour objectif commercial aussi d’ailleurs, de prendre le monopole dans ce domaine….

Google a-t-il apporté un service aux surfeurs sur le net grâce à son moteur de recherche ? Oui, il est indéniablement meilleur que les Yahoo, Voilà et autres Exalead…

Mais Google a ce faisant progressivement monopolisé toute la publicité sur le net et est devenu le canal de distribution incontournable… C’est aujourd’hui avec Facebook le principal fournisseur de profils du marketing ciblé…

Facebook a-t-il apporté un service de mise en relation facilitée et ludique à ses utilisateurs, jeunes et moins jeunes ? Oui, mais…./ …Amazon ? Oui, mais…/ Doodle ? oui, mais…/ …Microsoft ? Oui, mais… 
Le cas de Microsoft est intéressant, puisqu’il se sert maintenant de sa position monopolistique pour imposer au monde entier, non plus un achat cher de licence, mais une location mensuelle bon marché d’une version de son système d’exploitation qui n’a jamais été aussi intrusive et collecte à tire-larigot les données personnelles de ses utilisateurs, au nom de “l’amélioration de l’expérience de vie”… (de la géolocalisation au carnet d’adresses !)

L’observation attentive du développement de tous ces GAFAs, aux rangs desquels Uber veut se hisser, ne fait absolument pas apparaître la prise de pouvoir par leurs utilisateurs en réseau. Bien au contraire, ces utilisateurs, ponctionnés de leurs données privées et clients captifs de services de moins en moins bien traités (voir les “progrès” de Vista par rapport à XP ou de la V10 par rapport à la V8…) sont de plus en plus des vaches à lait dans un monde ou le marketing ciblé est roi.

Ce à quoi nous assistons en réalité, c’est au remplacement rapide d’opérateurs classiques plutôt inefficaces et encore dispersés, par des opérateurs centraux monopolistiques à l’échelle mondiale, beaucoup plus efficaces et complètement maîtres du territoire et de son devenir. Ces nouvelles oligarchies sont d’ores et déjà aussi puissantes que bien des états, et discutent d’égal à égal avec nos gouvernements. Je cherche désespérément le pouvoir donné aux individus dont vous chantez l’avènement ! Le pouvoir de twitter son accord à Obama ou à Sarkozy ? de Liker le nouvel I-phone ? de Facebooker sa vie privée ?

Il me semble que la démonstration la plus cinglante de la prise de pouvoir par les intermédiaires et les plateformes nous est donnée par le dévloppement des MOOC. Futuribles à publié une très intéressante étude en 2014 ou 2015 qui fait apparaître que les bénéficiaires du développement de cet enseignement à distance, entièrement gratuit à l’origine, mais dont le modèle évolue vers les services premium, ce sont les plateformes. Pas les enseignants qui créent et dispensent ces cours de masse, pas les universités qui hébergent ces professeurs et estampillent ces MOOCs de leur image… Non, non ; ce sont les intermédiaires…

Dans le business model d’UBER, ce ne sont pas les chauffeurs qui gagnent de l’argent, c’est bien la centrale (comme jadis la G7 ?) et les clients aussi, pour l’instant….

Dans quel aveuglement vivez-vous, Monsieur Colin, ou devrais-je vous appeler Colin-Maillard, tant vous me semblez avoir un bandeau sur les yeux. Je vous avouerais que l’idée même ma effleuré que vous fassiez partie des gentils petits soldats qui avancent les pions des Gafas masqués… C’est vrai, c’est complètement gratuit de ma part et c’est très désobligeant, et je le retire, mais reconnaissez que votre point de vue est largement aussi unilatéral que celui du député Grandguillaume que vous décriez, ou tellement naïf.

Est-ce à dire qu’il faudrait jeter le bébé avec l’eau du bain, et que je serais vraiment le passéiste attardé que vous moquez. Et bien non, je vais vous surprendre. Il me semble y avoir, dans le business model d’une entreprise du numérique aussi emblématique que Blablacar par exemple, quelque chose de très intéressant, voire de vertueux : voilà que des gens qui baladaient une tonne de ferraille pour leur seul déplacement personnel et qui se mettent à “rentabiliser” économiquement et écologiquement ce déplacement en le partageant avec d’autres… C’est autrement plus intéressant que de contribuer à la création d’un nouveau monopole du taxi qui s’appelerait “Uber alles” et qui continuerait à faire se déplacer une tonne de ferraille pour votre transport personnel, en immobilisant un chauffeur rien que pour vous, en occupant une place énorme sur la chaussée rien que pour vous et en polluant un max, tout ça pour que ça ne soit plus un prédateur vieillissant français qui s’engraisse de cette situation, mais un prédateur américain plus jeune, et tout aussi nuisible, à terme.

Il me semble que vous oubliez une dimension, lorsque vous faites référence à la satisfaction de l’utilisateur ; c’est la pérennité de cette satisfaction, et sa compatibilité avec l’ensemble des autres satisfactions qui font le modèle français, que quoi que vous pensiez, le monde entier nous envie…

Alors accueillir le changement, bien sûr, et promouvoir les entrepreneurs du numérique, absolument, mais pas à n’importe quel prix et surtout pas au vu d’un petit avantage immédiat, ces petits bracelets dorés du progrès qui cachent bien les menottes de demain.

Notre gouvernement a la tâche difficile de ménager les équilibres dans les périodes de changement rapide que nous connaissons, et ce n’est pas facile reconnaissons lui au moins cela, même si, et là encore je serai d’accord avec vous, il écoute bien trop les lobbies de l’establishment comme la G7. Il faut dire aussi que sa culpabilité le gêne sans doute un peu, parce que l’envolée du prix des licences, il a bien contribué à la créer, lorsqu’il a autorisé la revente de celles qu’il avait fournies quasi gratuitement, Non ?

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Djemil Chafaï’s story.