Les islamistes instrumentent “l’islamophobie”, mais Marinne Le penn la développe sous couvert de “laïcité”

Ce qui m’a décidé à entamer ce blog, ce sont les “débats” des réseaux sociaux après que Vincent Peillon ait dénoncé le “fascisme rampant de Mme Le Penn”sous couvert de laïcité, comparant cela aux attaques des nazis contre les juifs . Y compris à gauche il a été accusé de défendre l’”islam”contre la laïcité républicaine, et le rapprochement historique est resté incompris. Cela me semble un très bon exemple de la superficialité de débats à l’emporte pièce et cela m’a mis en colère.

Certainement les islamistes tentent de créer l’amalgame et de crier à l’islamophobie quand les laîcs dénoncent des pratiques soit disant religieuses qui nient le droit des femmes à disposer d’elles mêmes et des intimidations dans certains quartiers.

Mais àquel danger s’oppose Vincent Peillon ?(pour lequel je n’ai par ailleurs pas de sympathie politique particulière, non plus que d’illusions sur son parti). Au glissement progressif des esprits vers les idéologies identitaires de l’extrême-droite, “décomplexées” par Sarkozy et ses identitaires. Dans le contexte international et la monté de l’extrême -droite il y a effectivement à s’en inquiéter. Quand face la crise, des masses en souffrances ne voient pas d’issue, leur désigner un bouc émissaire permet toutes les manipulations. Les juifs étaient communauté à part dans l’Allemagne des années trente, majoritairement commerçante et petite bourgeoise cultivée. Abraham Léon a montré qu’hors de ce statut social les membres de la communauté s’intégraient dans la société laïque. Mais les nazis ont retracé les origines juives de grands bourgeois pour les jeter à la vindicte populaire. Pour créer un bouc-émissaire il faut inventer les “tares” et faire des amalgames . La haine n’appartenant pas au domaine du rationnel, la calomnie la plus invraisemblable n’est pas la moins efficace.

Nous avons aujourd’hui une situation où de large franges de population inquiètes pour leur avenir, sans perspectives politiques sont prêtes à entendre un discours populiste qui leur promet un retour à un passé idéalisé (comme le “América great again de Trump”). La réelle menace terroriste islamiste rend d’autant plus opérationnel ce modèle identitaire qu’elle légitime la peur d’une société multiculturelle, moyennant quelques amalgames, et permet de présenter les français de confession musulmane comme un danger pour le modèle républicain. Or la majorité des musulmans cherchent l’intégration et pratiquent leur religion avec plus de respect de la laïcité dans l’espace public que les catholiques de la “manif pour tous”, qui interviennent directement dans la sphère législative pour tenter d’imposer leur vision de la famille. Les comparaisons historiques de Vincent Peillon ne sont donc pas tirées par les cheveux.

Effet boomerang : radicaliser le débat identitaire au nom de la laïcité ne fait qu’activer en miroir les réactions communautaires, la recherche d’identité culturelle et religieuse et favoriser la radicalisation de jeunes que notre société n’a pas su intégrer ( école en crise, chômage, économies parallèles). Salman Rushdie avec son humour et sa poésie, a magistralement décrit ce processus entre hindous et musulmans au cachemire dans “Shalimar le clown” dont je recommande la lecture pour la clairvoyance autant que pour le plaisir littéraire. En tant qu’athée, je suis prête à dénoncer le rôle social réactionnaire des religions “opium du peuple”, l’asservissement consenti des croyants durant leur vie terrestre aux dictats de dirigeants religieux dans l’espérance d’une récompense post-mortem, l’abdication d’une pensée libre, la soumissions aux oppressions sociales, sexistes véhiculées par leurs idéologies. Mais en tant que citoyenne je respecte la croyance des autre tant quelle reste dans la sphère privée. En temps que femme je dénonce la place réservée aux femmes par l’islam, mais aussi par la religion juive, par les églises chrétiennes, par toutes les religions. J’ai toujours participé à cette lutte féministe, pour acquérir le droit à la contraception, à l’avortement, au travail, et à la sphère publique en général au respect de notre liberté, et le vois menacé avec inquiétude. “N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant." (Simone de Beauvoir)

Mais toute solution simple du style “il faut interdire interdire l’intégrisme religieux, la connerie ou la folie suicidaire” étant manifestement vouée à l’échec, il faut investir dans des moyen plus pertinents et à plus long terme contre l’obscurantisme :

  • L'éducation et la vie culturelle
  • La lutte contre le sexisme, et l’évolution de toutes les mentalités
  • le respect des lois de la république qui reposent sur le célèbre “liberté égalité fraternité”, qui impose la lutte contre la fracture sociale et au sein de l’Europe la bataille pour les idéaux de solidarité face au libéralisme.
  • Une position diplomatique et géopolitique sans concessions.

Ce sont ces thèmes qui devraient apparaître dans la campagne présidentielle, ces débats dont doivent s’emparer les citoyens.

Like what you read? Give Dominique Barranger-adam a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.