Océans tropicaux : -10% de production primaire

-10% de production primaire pour les océans tropicaux à la suite des changements climatiques, c’est un minimum selon une étude internationale impliquant quatre laboratoires français et qui, toutefois, est passée relativement inaperçue dans la presse hexagonale (1).

L’affaiblissement de la production phytoplanctonique tropicale est prodigieusement inquiétant puisqu’il :

  • concerne la principale source d’aliments et d’énergie pour l’ensemble de la chaîne alimentaire marine.
  • influence la concentration de CO2 atmosphérique en diminuant le stockage de carbone océanique.
  • aura des conséquences négatives sur les pêcheries mondiales, déjà soumises à de fortes pressions.

La méthode des équipes impliquées permet de corréler des modèles sensibles à la variabilité annuelle du climat à ceux qui sont sensibles à la variabilité annuelle de la production primaire étudiée par satellites : “cette approche permet de diminuer significativement les incertitudes associées aux projections numériques et conduit notamment à estimer que dans le cadre d’un scénario de laisser-faire, la production primaire tropicale pourrait s’effondrer de plus de 10 % d’ici 2100”.

Dans un tel contexte, ne pas renouveler les méthodes générales de production protéique à terre, et ne pas principalement s’appuyer sur les filières de production protéique végétale, devient de plus en plus déraisonnable et dangereux pour les Terriens.

(1) Kwiatkowski, L., Bopp, L., Aumont, A., Ciais, P., Cox, P.M., Laufkötter, C., Yue, L., Séférian, R. Emergent constraints on projections of declining primary production in the tropical oceans. Nature Climate Change, doi: 10.1038/nclimate3265.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.