Blocage VoIP au Maroc #JeSuisSansVoix

En parcourant Facebook, ce jeudi, le message d’une petite fille marocaine, résidante en Grande Bretagne, dans lequel elle demande de l’aide au roi Mohammed VI pour le rétablissement des appels VoIP m’a laissé sans voix ! Le message est très touchant, plein d’espoir et d’humanité. Cette fillette veut continuer à parler, tous les jours, via Skype, à ses grands parents au Maroc. C’est le cas de plusieurs Marocains d’ici et d’ailleurs. Que faire maintenant ?

Après le lancement d’une campagne “dislike” des pages Facebook des opérateurs télécoms #OpeUnlike et le détournement de leurs campagnes publicitaires sur les réseaux sociaux, une pétition a été adressée par des internautes au chef du gouvernement en sa qualité de président du Conseil d’administration de l’ANRT (régulateur du secteur des télécommunications) pour revenir sur cette décision qui fait couler d’encre. C’est dire, qu’au Maroc, la colère gronde au sujet de la suspension de la VoIP. Une décision justifiée par l’ANRT au nom du respect de la législation en vigueur. https://www.anrt.ma/sites/default/files/CP-Telephonie-IP-fr.pdf.

Et le respect de la neutralité du net ? On s’en balance ?

Le Maroc n’a pas une mauvaise réputation en matière de gouvernance du web. Le royaume est cité comme un exemple en matière de libéralisation des télécoms et de la téléphonie. Les Marocains se sont appropriés les nouvelles technologies et ne veulent pas céder leur droit de les utiliser. Bloquer la VoIP est un acte institutionnel qui donne froid dans le dos. Les arguments mis en avant par le régulateur des télécoms ne convainquent personne. Même pas les opérateurs! Dans un communiqué diffusé, mercredi, pour annoncer son retrait de l’événement Maroc Web Awards en tant que sponsor, Inwi affirme qu’elle ne tire aucun bénéfice de la suspension de la VoIP. http://www.inwi.ma/sites/default/files/cp_inwi_mwa_fr.pdf. En d’autres termes, elle remet en question l’argumentaire de l’ANRT, en ce qui concerne le manque à gagner, en termes de chiffres d’affaires pour le marché national des télécommunications. Le communiqué d’Inwi ne fait pas la nuance : “En tant qu’opérateur télécoms, nous sommes tenus, d’un point de vue réglementaire, d’appliquer cette décision. Cette situation de blocage ne bénéficie en effet pas à inwi. Plus que jamais, inwi se tient aux côtés de tous les Marocains qui désirent profiter de l’innovation et du meilleur de la technologie. De ce fait, nous œuvrons actuellement pour trouver une solution, répondant aux besoins des marocains, qui respecte les décisions réglementaires”.

Meditel s’est également exprimée sur le sujet en marge de l’annonce du lancement de son laboratoire d’innovation. En affirmant qu’à aucun moment il n’a demandé la suspension de la VoIP, et que ce blocage n’a apporté aucun revenu additionnel, l’opérateur contrôlé par Orange met le régulateur marocain dans l’embarras http://www.medias24.com/MEDIAS-IT/162136-Meditel-C-est-l-ANRT-qui-a-decide-de-bloquer-la-VoIP.html. Seul l’opérateur historique, Maroc Telecom, ne s’est pas encore exprimé sur la question. Curieusement, dans le cadre du sommet de l’Icaan à Marrakech, du 5 au 10 mars à Marrakech, en partenariat avec le régulateur marocain des télécoms, les services VoIP seront disponibles sur le site de l’événement. Pourquoi cette exception ? La législation ne doit-elle pas s’appliquer à tous les utilisateurs.

Oui… je reste sans voix comme beaucoup de Marocains quant à la suspension de la VoIP et de l’utilité de cette décision, dont l’impact est très négatif sur l’image du royaume. S’il y a d’autres raisons qui expliquent cette interdiction, il faudra nous les expliquer…

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Mohamed Douyeb’s story.