Elu ou Maudits : Que dit le Coran à propos des Juifs ?

Dans un manifeste récent, publié dans le quotidien Le Parisien, 250 intellectuels ont déclaré leurs inquiétudes par rapport à l’antisémitisme qui augmente en France. Le manifeste a suscité une grande controverse, non seulement parce que la liste des signataires comprend des personnalités comme l’ancien président Français Nicolas Sarkozy, l’ancien premier ministre Manuel Valls, le chanteur Charles Aznavour et l’acteur Gérard Depardieu mais aussi à cause de son ton litigieux. Plus précisément, le manifeste soutient que les enseignements du Coran sont responsables des récents attentats antisémites en France — un pays avec la plus grande population Musulmane et Juive en Europe — et recommande fortement aux Musulmans de dénoncer les versets du Coran qui auraient poussé les Musulmans à tuer des Juifs. Ils demandent également aux politiciens et au public Français d’arrêter d’être politiquement corrects et d’admettre que “l’antisémitisme Musulman” est une menace beaucoup plus sérieuse que l’Islamophobie.

Ceci n’était ni la première et ne serait pas la dernière tentative d’établissement d’un lien entre l’Islam et la violence. Les nouveaux penseurs athées comme Richard Dawkins et Sam Harris blâment constamment les enseignements coraniques d’attaques terroristes en Occident. En 2015, le professeur Emanuel de Kadt, un anthropologue culturel de l’Université d’Utrecht, a écrit à Guardian que le Coran était responsable de l’antisémitisme grandissant en Occident. La semaine dernière, bien que plus prudente dans son évaluation, la journaliste britannique Melanie Phillips a fait une remarque similaire en se référant à “l’antisémitisme musulman”, et elle a même soutenu que l’Islamophobie a été inventée par les Musulmans pour détourner toute critique dirigée contre l’Islam et le monde Islamique.

Le manifeste Français a ainsi offensé les Musulmans du Monde entier et a donc reçu plusieurs réactions différentes et controversées. Certains Musulmans ont rappelé aux intellectuels Français les versets de la Bible. Pourtant, cette réaction ne constitue pas une véritable réponse au problème principal car elle ne dit rien de l’Islam. De plus, les signataires ont déjà mentionné leur inquiétude à l’égard des soi-disant versets antisémites de la Bible. À cet égard, ils ont déclaré qu’ils appréciaient la négation par l’Église des textes religieux censés être responsables de l’antisémitisme Chrétien et ont demandé aux chefs religieux Musulmans de faire de même. Le problème avec cette déclaration était qu’au second Conseil du Vatican, l’Église ne dénonçait aucun verset de la Bible, bien que le conseil fût une tentative sincère et efficace de combattre l’antisémitisme au sein de l’Église Catholique. D’autres Musulmans, parmi lesquels le ministre Turc des Affaires Européennes Ömer Çelik, ont reproché aux intellectuels Français d’avoir manipulé les versets coraniques à des fins politiques et d’avoir inféré la violence du Coran, comme le fait l’EIIL. Mais est-ce le cas ? Le Coran incite-t-il à l’antisémitisme parmi les masses Musulmanes ? Que dit le Coran à propos des Juifs ?

Pour commencer, il faut reconnaître que les actions des Musulmans ne sont pas toujours motivées par les versets coraniques. Par exemple, comme le note Karina Piser, Youssouf Fofana, le chef de gang qui a kidnappé et torturé un Juif en 2006, a avoué qu’ils l’avaient fait pour l’argent de la rançon. En effet, ce que les Musulmans font parfois peut même contredire ce que le Coran veut vraiment qu’ils fassent. L’attaque de Charlie Hebdo en 2015 en est un exemple typique. Bien que le Coran (4 ; 140) veuille que les Musulmans abandonnent ceux qui ridiculisent Dieu et la religion en signe de protestation et n’impose aucune punition mondaine à ceux qui ridiculisent l’Islam, les terroristes ont trouvé la protestation mentionnée dans le Coran inadéquate et ont décidé de tuer les employés de Charlie Hebdo. Même si les terroristes croyaient qu’ils étaient motivés par des sentiments religieux, ils ont trahi le principe que le Coran veut qu’ils respectent. (En effet, la même chose est valable pour les bonnes actions que les Musulmans accomplissent. En 1492, à la suite de la Reconquista, le sultan ottoman envoie sa marine dans la péninsule Ibérique pour empêcher le massacre des Juifs en Espagne. Pourtant, cela ne dit rien sur l’attitude du Coran envers les Juifs, à moins que cette action ne soit motivée par les enseignements coraniques.) En effet, un examen minutieux révélerait que les terroristes qui agissent soi-disant au nom de l’Islam ne sont la plupart du temps même pas vraiment informés sur le Coran, et encore moins motivés par le Coran. Par exemple, les terroristes britanniques Mohammed Ahmed et Yusuf Sarwar n’avaient pas les informations de base sur l’Islam et ont donc commandé « Le Coran pour les nuls » et « L’Islam pour les nuls » sur Amazon avant leur voyage en Syrie. Un rapport de renseignement gouvernemental divulgué basé sur des entrevues en profondeur révèle que ces deux n’étaient pas des exceptions ; Les terroristes Britanniques ne sont pas bien informés des principaux enseignements de l’Islam et ne pratiquent pas régulièrement les rituels Islamiques. Au contraire, certains d’entre eux sont des consommateurs de drogue, boivent de l’alcool et vont aux prostitués. Le rapport conclut que la religiosité pourrait empêcher le terrorisme radical. Ainsi, même si les auteurs d’attaques antisémites en France étaient Musulmans, cela ne signifierait pas qu’ils étaient motivés par le Coran. Pour demander aux Musulmans de dénoncer les versets du Coran, il faut montrer qu’il existe des versets antisémites dans le Coran.

Le Coran sur les Juifs

Certains Musulmans, en réaction au manifeste, ont soutenu qu’une lecture littérale du Coran est la raison pour laquelle ils ont mal compris son attitude envers les Juifs. Je ne suis pas d’accord. Je crois que le problème n’est pas de prendre les versets littéralement ou symboliquement. Au contraire, il s’agit de choisir certains versets sur les Juifs tout en fermant les yeux sur d’autres versets dans lesquels le Coran les loue. En d’autres termes, une lecture correcte et approfondie du Coran, c’est-à-dire la lecture de tous les versets sur le sujet, suffirait à prouver que le Coran n’est pas un livre antisémite.

Pour commencer, le Coran critique ou loue les actions, pas les peuples. Selon le Coran, aucune race, aucun peuple n’est intrinsèquement supérieur aux autres. En effet, le Coran (49 :11) avertit les croyants de rabaisser les autres : « O vous qui avez cru ! Qu’un groupe ne se raille pas d’un autre groupe : ceux-ci sont peut-être meilleurs qu’eux. » Conformément à ce principe, les Juifs, dans le Coran, sont critiqués et loués sur la base de leurs actions, comme c’est le cas avec les Musulmans. Par exemple, les Musulmans sont critiqués à propos des commérages (24 :12) et pour avoir abandonné le Coran (25 :30) comme guide. En effet, à la surprise de beaucoup de gens, même le prophète Mohamet est critiqué à plusieurs reprises dans le Coran pour ses erreurs. Dans l’un d’eux (80 :1–10) le Prophète est critiqué pour s’être détourné d’un aveugle alors qu’il prêchait l’Islam aux élites de sa société.

Dans la même lancée, dans le Coran, Dieu critique les Juifs pour leurs méfaits. Mais pourquoi Dieu mentionne-t-il les méfaits des Juifs dans le Coran ? Évidemment, parce qu’on espère que cela aidera les Musulmans à éviter les erreurs similaires. Les Juifs qui tuent leurs prophètes (5:70); adorent d’autres dieux en dehors de Dieu (9:30–31); rompent leur alliance avec Dieu (2:83); prétendre que le Paradis est exclusivement pour les Juifs (2:94); calomnient Dieu (4:50, 5:64); ridiculisent l’Islam et les Musulmans (5:57); sont ingrats envers Dieu (45:16–17) sont critiqués. En effet, les Juifs sont critiqués dans la Bible pour des raisons similaires. Dans Jérémie (2; 19; 26–28), par exemple, les Juifs sont critiqués pour avoir rompu leur alliance avec Dieu, avoir été ingrats envers Dieu, avoir adoré d’autres dieux que Dieu et avoir tué leurs fils. Dans Romains (11 :3), Elie se plaint des Juifs qui ont tuants des prophètes.

Une chose qui doit être soulignée dans ces critiques est que le Coran ne prétend pas que tous les Juifs sont des malfaiteurs. Il est ouvertement dit dans le Coran qu’il y a des Juifs et des Chrétiens qui sont justes (3:113–115; 3:199; 7:159; 7:168), ce qui prouve que le Coran ne critique pas seulement les Juifs, il les loue aussi lorsqu’ils agissent conformément à leur alliance avec Dieu. Selon le Coran (2 :47) Dieu a accordé la faveur aux Juifs et les a préférés à tous les peuples. Et comme les Musulmans, les Juifs qui croient en Dieu et accomplissent de bonnes actions seront récompensés (2:62): « Certes, ceux qui ont cru, ceux qui se sont judaïsés, les Nazaréens, et les sabéens, quiconque d’entre eux a cru en Allah au Jour dernier et accompli de bonnes œuvres, sera récompensé par son Seigneur; il n’éprouvera aucune crainte et il ne sera jamais affligé. » De plus, les synagogues et les églises sont louées dans le Coran tout comme les mosquées car ce sont les endroits où le nom de Dieu est le plus souvent mentionné (22 :40).

Ainsi, le Coran déclare que les Juifs qui rompent l’alliance, tuent les messagers et adorent d’autres dieux en dehors de Dieu sont maudits. En d’autres termes, ils sont maudits non pas à cause de leur race mais à cause de leurs actions. Le même principe est à l’œuvre lorsque Dieu préfère les Juifs à toutes les nations. Tant qu’ils accomplissent de bonnes actions, Dieu continue d’aider les Juifs dans ce monde et promet de les récompenser dans l’au-delà.

Le Coran interdit il aux Musulmans de prendre les Juifs pour amis ?

Qu’en est-il des versets qui recommandent aux Musulmans de ne pas prendre les Juifs et les chrétiens comme Awliya (alliés / amis / maîtres) ? Est-ce que cela signifie que les Musulmans ne devraient pas faire d’amis Juifs ou chrétiens ? La réponse est “non” même si nous traduisons “Awliya” en “amis” en Français. Le Coran lui-même explique quels types de Juifs et de chrétiens ne devraient pas être pris comme alliés / amis / maîtres seulement six versets plus tard, dans la même sourate (5 :51, 5 :57–58) :

51 : O les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens ; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes.

57–58 : O les croyants ! N’adoptez pas pour alliés ceux qui prennent en raillerie et jeu votre religion, parmi ceux à qui le Livre fut donné avant vous et parmi les mécréants. Et craignez Allah si vous êtes croyants. Et lorsque vous faites l’appel à la Salât, ils la prennent en raillerie et jeu. C’est qu’ils sont des gens qui ne raisonnent point.

Apparemment dans ces versets, le Coran ne se réfère pas à tous les Juifs et les chrétiens. En effet, il y a un autre verset dans le Coran qui soutient cette remarque. Dans la même sourate (5 :5), les Musulmans ont la permission d’épouser des chrétiens et des Juifs. Si le Coran ne permettait pas aux Musulmans d’avoir des amis chrétiens ou Juifs, comment les Musulmans pourraient-ils les épouser ?

Il y a un autre argument de soutien noté par le théologien Turc Mehmet Okuyan. Dans le Coran (28 :56), on a rappelé au Prophète Muhammad qu’il ne pouvait pas guider tous ceux qu’il aime / adore sur le vrai chemin de Dieu. Cela signifie que les Musulmans, y compris le prophète, pourraient aimer / adorer les gens qui ne croient pas à l’Islam. Ainsi, les Musulmans peuvent avoir des amis Juifs et chrétiens tant qu’ils ne sont pas hostiles envers les Musulmans, font la guerre aux Musulmans à cause de leur religion ou expulsent les Musulmans de leurs pays (60 :1, 60 :8–9).

Des punitions mondaines pour les actes répréhensibles des Juifs ?

Les signataires du manifeste Français suggèrent que les Musulmans attaquent les Juifs en Europe parce qu’ils sont motivés par les enseignements coraniques. Comme on l’a montré, le Coran ne critique pas les Juifs parce qu’ils sont Juifs. Les Juifs sont critiqués pour leurs méfaits, de la même manière qu’ils sont loués pour leurs bonnes actions. Maintenant, supposons que dans tous les cas, les assaillants antisémites Musulmans en France aient cru que les Juifs qu’ils ont attaqués ont commis les actes critiqués dans le Coran. Même dans ce scénario, les Musulmans qui ont attaqué les Juifs faisaient quelque chose que le Coran n’apprécie pas. Le Coran critique les Juifs pour leurs méfaits, mais il ne permet pas aux Musulmans de punir les Juifs. Au contraire, dans le Coran (5 :13), on demande au prophète Mahomet de pardonner aux malfaiteurs et d’être tolérant envers eux :

Et puis, à cause de leur violation de l’engagement, Nous les avons maudits et endurcis leurs cœurs : ils détournent les paroles de leur sens et oublient une partie de ce qui leur a été rappelé. Tu ne cesseras de découvrir leur trahison, sauf d’un petit nombre d’entre eux. Pardonne-leur donc et oublie [leurs fautes]. Car Allah aime, certes, les bienfaisants.

C’est Dieu, selon le Coran (45 :16–17), qui jugera leurs actions :

16 : Nous avons effectivement apporté aux Enfants d’Israël le Livre, la sagesse, la prophétie, et leur avons attribué de bonnes choses, et les préférâmes aux autres humains [leurs contemporains] ;

17 : Et Nous leur avons apporté des preuves évidentes de l’Ordre. Ils ne divergèrent qu’après que la science leur fut venue par agressivité entre eux. Ton Seigneur décidera parmi eux, au Jour de la Résurrection, sur ce en quoi ils divergeaient.

Il y a une exception cependant. Selon le Coran, les Musulmans ont le droit de combattre les ennemis Juifs si les Juifs leur font la guerre ou aident ceux qui mènent la guerre contre eux. Pourtant, ces versets ne concernent pas seulement les Juifs. Le Coran permet aux Musulmans d’aller en guerre défensive contre des assaillants indépendamment de leurs croyances (22 :39) :

Autorisation est donnée à ceux qui sont attaqués (de se défendre) — parce que vraiment ils sont lésés ;

En d’autres termes, les Musulmans ne sont pas autorisés à faire la guerre contre un groupe juste parce que ce groupe croit en une autre religion, ou n’est pas croyant du tout. Les Musulmans sont autorisés à se battre s’ils sont attaqués. Encore une fois, ce sont les actions de « l’autre » qui comptent, pas l’identité.

Non seulement la guerre que les Musulmans pouvaient mener devait être défensive, mais aussi selon le Coran, l’utilisation de la force par les Musulmans contre les assaillants doit être proportionnée (2:194); et si les ennemis cessent de se battre et s’inclinent vers la paix, alors les Musulmans doivent faire la paix avec leurs ennemis (8:61; 2:193). Pourtant, malgré ces versets, historiquement les principes coraniques sur la guerre juste ont été ignorés par les empires Musulmans pour des raisons politiques et économiques.

La politique Française et le manifeste

Comme le suggère Oliver Roy, la tentative des politiciens Français d’enseigner aux Musulmans les versets coraniques à dénoncer semble contredire la laïcité Française, qui appelle à une séparation entre l’État et la religion. En outre, malgré cet appel, il est évident qu’aucun Musulman ne dénoncerait des versets du le Coran. Il est impossible que les signataires du manifeste ne le sachent pas. Pourtant, le manifeste est toujours important et sera efficace pour façonner l’esprit des gens. C’est une tentative de forger un lien entre le Coran et l’antisémitisme dans l’esprit des laïcs Français et toute future attaque antisémite menée par les Musulmans rappellerait aux laïcs Français les soi-disant origines coraniques de l’antisémitisme.

Loin de contribuer à la lutte contre l’antisémitisme, ce manifeste a le potentiel d’accroître l’Islamophobie en France. C’est exactement ce que l’EI a hâte de voir. Près de 6 millions de Musulmans vivent en France et seule une infime partie d’entre eux a déjà été impliquée dans des attaques antisémites. Les dirigeants de l’Etat Islamique ont déclaré précédemment que l’EI vise à atteindre l’immense majorité des Musulmans de l’Ouest, qui ne soutiennent aucune organisation terroriste, et à transformer les Musulmans ordinaires en “djihadistes”. Le langage Islamophobe adopté par ce manifeste aiderait l’EI à persuader les Musulmans que l’Occident n’accueillera jamais les Musulmans. Cela pourrait malheureusement créer un terrain fertile pour les recrues potentielles de l’Etat Islamique.

Enfin, l’ancien président Sarkozy et l’ancien premier ministre Manuel Valls auraient pu faire mieux que de signer ce manifeste provocateur. Ils auraient pu travailler plus dur pour réformer et améliorer les conditions politiques et sociales qui contribuent aux sentiments racistes et antisémites en France. Développer des politiques pour la résolution du conflit israélo-palestinien, réduire les inégalités sociales et renforcer la justice sociale, réformer les conditions dans les prisons Françaises et prévenir ainsi la radicalisation des détenus serait certainement plus efficace que d’enseigner aux Musulmans les versets qu’ils devraient dénoncer pour résoudre l’antisémitisme en France.

Cet article a été traduit par Ndiogou Niang.