CC JD Hancock

Externalisation et Agilité

Articles précédents:

Dans l’article précédent “La résistance au changement” j’expose ce symptôme naturel vécu dans toutes les organisations.

L’externalisation: solution rationnelle

Vous aurez beau retourner le problème dans tous les sens, du point de vue financier, l’externalisation est le moyen le plus rationnel de mener à bien votre projet:

  • Pas de frais de recrutement
  • Pas de frais de structure

Du point de vue de l’organisation de l’entreprise c’est préférable aussi:

  • Pas de contraintes réglementaires concernant les employés
  • Pas de perturbation avec de nouveaux employés à intégrer
  • Pas de modification des méthodes internes de l’entreprise
Il y a toutefois un inconvénient de taille: la gestion d’équipe externalisée est complexe et chronophage.

Au niveau des risques, il est connu qu’un ratio d’échec supplémentaire de 15 à 20% est à prendre en compte, généralement causé par un manque de temps nécessaire au manager à gérer l’équipe à distance et des problèmes de communication.

Cependant trois autres avantages majeurs sont à porter au crédit de l’externalisation:

  1. On n’utilise une compétence qu’au moment opportun pendant un temps limité, ce qui permet de s’offrir de l’expertise de haut niveau.
  2. On peut facilement agir en recrutement de freelance pour respecter des dates de livraison en cas de besoin.
  3. On trouve facilement tous les profils sur le marché qui est maintenant global.

Pour résumer L’externalisation est la seule solution viable mais requiert plus de temps en gestion de la part du manager.

Disponibilité du manager

Il faut donc s’attacher à résoudre le problème de la disponibilité du manager.

C’est ce que j’ai fini par résoudre avec la méthode Zappik.

Une des caractéristiques de l’Agilité consiste à se concentrer sur le fonctionnel au détriment de la documentation.

N’importe quel manager confronté à la rédaction d’un SRS (Software Requirement Specification) sait le temps qu’il lui faudra pour:

  • analyser les problèmes que l’application est censée résoudre
  • collecter les besoins et usages pour les traduire en fonctionnalités
  • analyser les contraintes technologiques
  • analyser les solutions disponibles et celles à créer de toute pièce
  • analyser les risques
  • négocier avec le service commercial, le marketing, la compta et…le service informatique
  • coordonner le tout en organisant des réunions
  • in fine décider du budget, s’occuper du financement
  • soumettre le projet à des prestataires
  • analyser les devis
  • lancer le projet

….OUF!

Même en délégant, dans le meilleur des cas, ceci prendra 2 mois.

L’Agilité

Voici une explication simple de l’Agilité pour ceux qui souhaitent en avoir une vision rapide et synthétique:
Ce que tout manager doit savoir sur le développement agile…expliqué simplement.

En Agilité, on s’abstient de tout décrire. C’est une perte de temps qui de toute façon aboutit à ne pas respecter ce qui est écrit pour des raisons diverses car il est impossible de penser à tout et de tout prévoir.

D’ailleurs est-on sûr d’avoir eu le temps d’analyser la totalité des solutions techniques, les besoins, les cas de figure?

Dans mon cas, la réponse est clairement NON.

Je sais d’avance que l’imprévu va se produire et que le temps que je consacre à spécifier est insuffisant pour envisager tous les cas de figure.

Je sais aussi que mon projet va dévier en cours de route pour prendre en compte de nouveaux éléments qui étaient inconnus au départ.

Le recours à l’Agilité ne va pas produire de miracle mais va transférer sur toute la durée du projet la spécification de l’application à livrer.

Plus de surcharge de travail au début du projet. Il suffit de se concentrer sur la réflexion, la définition des besoins essentiels et d’arbitrer les priorités. Le projet démarre très vite.

Cependant, l’Agilité du côté du Product Owner (le client) nécessite de maîtriser ce rôle et d’être mobilisé au quotidien au côté de l’équipe de développement.

C’est souvent impossible à assurer pour un manager de PME.

Il faut alors une personne de profil business analyst pour assurer ce rôle et s’y consacrer.

Ce profil est très spécifique et difficile à recruter. De toute façon, ce n’est malheureusement pas envisageable la plupart du temps.

Prochain article “La méthode ZAPPIK“

LA Méthode ZAPPIK

ZAPPIK est la première méthode à prendre en compte la contractualisation et le processus de commande comme éléments essentiels conditionnant le bon déroulement des projets. Grâce à l’utilisation d’un support digital et l’utilisation de ressources externalisées, la méthode ZAPPIK permet un démarrage immédiat et l’accélération des projets en restant centrée sur la diminution des risques et l’adaptation aux changements.

Pour en savoir plus sur la méthode ZAPPIK, visitez zappik.com

view profile of Denis R