En Marche pour mieux préserver la biodiversité

Par Marc Girondot

La biodiversité est un sujet d’importance pour le mouvement En Marche ! La biodiversité inclut la diversité des formes vivantes, la variabilité de ces formes vivantes et la diversité des territoires qui accueillent ces formes vivantes. La biodiversité est soumise à un tel déclin que les scientifiques pensent que nous sommes entrés dans la sixième période d’extinction. Les raisons sont multiples mais toutes impliquent l’action de l’homme : changement d’utilisation des terres, changement climatique, pollutions par exemple. Or cette biodiversité est essentielle au fonctionnement de la biosphère mais aussi de nos sociétés : Il est de notre devoir de savoir conserver ce bien commun.

Les propositions d’Emmanuel Macron sur la biodiversité sont :

  • Il faut remédier à la cause majeure de perte de la biodiversité qu’est la destruction des habitats naturels. Emmanuel Macron a un objectif affiché de zéro artificialisation des terres nette qui est un des éléments centraux du projet. Rien qu’avec cette proposition, une grosse partie des pressions sur la biodiversité en France serait résolue.
  • L’agriculture est partie intégrante de notre territoire et en tant qu’utilisatrice des milieux, elle est centrale pour maintenir la biodiversité. L’agriculture doit être valorisée lorsqu’elle contribue à un maintien de l’intégrité écologique par le paiement des services écosystémiques rendus (voir note TEEM sur les PSE). Ainsi l’agriculture ne sera plus seulement dans une logique productiviste mais dans une logique d’aménagement et de respect de l’intégrité écologique du territoire.
  • La lutte contre le réchauffement climatique et la pollution associée aux utilisations des énergies carbonées sera amplifiée dans l’inspiration des initiatives déjà initiées pour l’agriculture (4 pour 1000) et la forêt. Le développement des énergie renouvelables sera bénéfique à la fois pour l’économie du pays mais aussi son écologie : pourquoi s’en priver !
  • Lors de tout développement d’un projet industriel, l’étude d’impact environnemental est un élément central permettant d’évaluer ses conséquences environnementales. Cependant ces études d’impact sont souvent faites avec un parti pris favorable. L’intervention de laboratoires publics de recherche dans ces études d’impact permettrait d’en augmenter la validité et l’indépendance. Cette possibilité a été évoquée lors d’une présentation à la FRB.
  • La France a le deuxième milieu marin dans le monde et une responsabilité importante pour assurer sa restauration écologique. Les aires protégées (marines mais aussi terrestres) sont des outils territoriaux indispensables pour maintenir la biodiversité. Elles seront développées mais aussi rationalisées pour éviter l’émiettement car une réserve n’est réellement fonctionnelle que si elle est de grande taille. Par contre, il n’y aura pas de création d’aire protégée sans que ne soient associés les moyens de contrôler le respect de la législation sur son territoire.
One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.