Pourquoi installer votre entreprise dans un Parc d’Activités certifié ISO 14001 ?

La communauté de communes du Val d’Ille-Aubigné dispose depuis 2010 d’un Parc d’Activités certifié ISO 14001, l’Ecoparc de Haute Bretagne, situé à Andouillé-Neuville, au nord de Rennes. Qu’est-ce qu’un parc ISO 14001 ? Quel intérêt pour une entreprise de s’installer dans un tel parc ? Pour vous convaincre de nous rejoindre, nous avons enquêté du côté de Boulogne-sur-Mer où le premier parc certifié ISO 14001, celui de Landacres, fête ses vingt ans cette année.

La certification ISO 14001 d’un parc d’activité repose sur un principe simple : respect du paysage, respect du voisinage, conciliation entre biodiversité et activité économique.

”Un monde industriel n’est pas forcément un monde de pollueurs”.

L’idée a émergé dans les années 90 peu avant qu’apparaisse le concept d’environnement durable. Elle visait à répondre aux enjeux environnementaux, notamment sous la pression des associations écologistes locales qui refusaient de voir leur paysage saccagé par l’installation de parc d’entreprises.

Aujourd’hui, entre 200 et 300 parcs sont certifiés ISO 14001 en France. Ils contribuent chaque jour à changer le regard négatif que le public porte sur les parcs industriels.

Qu’est-ce qui distingue un parc certifié ISO 14001 d’un autre parc ?

“Un parc certifié ISO 14001 est un parc dont on s’occupe !” résume, un brin provocateur, Joël Monti, directeur du réseau associatif PALME, réseau des parcs certifiés.

Joël Monti, directeur du réseau associatif Palme

“Cela fait une grande différence par rapport aux pratiques du passé”, affirme-il. “Auparavant, après que les collectivités avaient aménagé un parc et vendu les parcelles, on assistait souvent à un délabrement catastrophique des lieux qui cessaient d’être gérés”.

Aujourd’hui et plus particulièrement dans ces parcs, on réfléchit en termes d’urbanisme et de gestion car la certification ISO 14001 est avant tout “un outil de structuration d’une démarche de gestion”, explique Joël Monti.

La certification oblige à décloisonner les équipes à l’intérieur des collectivités et à se rapprocher des entreprises. La clé du système réside dans le fait que ce sont les gestionnaires qui sont certifiés sur le périmètre des parcs.

Au final, explique le directeur du réseau PALME, “ce sont des parcs qui durent car la certification offre la garantie que la qualité sera constante et cela rassure les entreprises.

Quels avantages pour les entreprises installées sur un parc ISO 14001 ?

“On n’est pas les uns sur les autres”, se réjouit Didier Le Tetour, dirigeant de la société UNIMA, qui produit des crevettes de Madagascar sur le parc de Landacres à Boulogne.

La crevette de Madagascar Unima, seul Label Rouge de sa catégorie, soignée aux petits oignons dans le parc d’activités de Landacres.

Nous bénéficions d’un environnement arboré. Le cadre de vie est plus agréable que dans une zone ordinaire.” poursuit-il.

L’environnement direct de l’entreprise impacterait également son image. “Le véritable enjeu porte sur l’image des entreprises” estime ainsi Sébastien Desomer, responsable du service en charge de la gestion du parc de Landacres près de Boulogne-sur-Mer, le premier parc certifié ISO 14001 de France,. “Les entreprises du parc, dit-il, n’ont jamais à s’inquiéter quand les clients arrivent sur le site”.

“On peut mesurer l’impact positif quand les clients viennent”, confirme Didier Le Tetour. “Ils sont agréablement surpris de cet endroit. Préserver cet état environnemental, l’entretenir, valorise notre entreprise.

Vue sur le parc Landacres

“Et puis c’est quelque chose de nouveau, qui est dans l’air du temps.” poursuit le chef d’entreprise avant de résumer sa pensée : “Un monde industriel n’est pas forcément un monde de pollueurs”.

Cette vision, Sébastien Desomer, la partage entièrement. “Notre site a été préservé, explique-t-il, et ressemble aujourd’hui à ce qu’il était à l’origine”. Sur les 105 hectares que compte le site, seuls trente sont aujourd’hui occupés par les quinze entreprises installées. Le reste se déploie dans tous les tons du vert.

Cela coûterait 2 fois plus cher aux entreprises de passer des contrats en solo.

Ce résultat n’est pas le fruit du hasard, il est à mettre au crédit d’une gestion rigoureuse et la mise en oeuvre d’actions très concrètes : 
* embellissement du paysage aux abords du parc
* comptage et suivi de la faute et de la flore
* gestion différenciée des espaces verts
* création d’une pépinière pour produire les arbres des plantations.

D’autres projets sont en cours de réflexion. Un éco-pâturage avec des moutons a été expérimenté en 2016. Le patron du parc de Landacres n’a pas l’intention de s’arrêter là : “Cette année, nous prévoyons d’installer des ruches sur chaque parcelle et de produire le miel du Parc ! Chaque entreprise pourra ainsi le distribuer à ses clients.”

Du vert et encore du vert : le parc de Landacres vue d’avion.

Quelles sont les conditions pour que cela fonctionne ?

L’implication ! répond Didier le Tetour, dirigeant des crevettes UNIMA. “C’est notre très forte implication dans l’environnement qui nous a amené au Parc de Landacres”, dit-il.

Les entreprises qui désirent s’installer dans le parc doivent en effet respecter un cahier des charges. Par exemple, les bâtiments doivent s’intégrer au paysage : toitures plates avec hauteur maxi, couleurs de bardage, etc. En outre, les entreprises doivent adhérer à l’association syndicale de gestion des espaces verts.

Sur les toits des enterprises installées au parc d’activité de Landacres

Cette association regroupe tous les propriétaires dont la communauté d’agglomération. Elle fait appel à un prestataire unique pour la gestion des espaces verts de l’ensemble de la zone, que ce soit sur les parcelles des entreprises ou les espaces communs.

Chaque entreprise paie au prorata de la surface qu’elle occupe. Au final, cela permet à chacun de faire des économies et d’avoir un plan de gestion unique, homogène.

“Cela coûterait 2 fois plus cher aux entreprises de passer des contrats en solo. C’est également plus efficace pour l’environnement, parce que ce qui se fait sur une parcelle peut avoir un impact sur l’ensemble du parc.” explique le gestionnaire du parc de Landacres, Sébastien Desomer.

“Le respect du cahier des charges et notamment l’obligation d’adhérer à l’association qui gère les espaces vert n’est pas vraiment une contrainte”, confie Didier Le Tetour, dirigeant de la firme de production de crevettes.

“Tout le monde répond aux mêmes obligations, ajoute-t-il, cela permet d’avoir une gestion uniforme, globale et un parc qui vit beaucoup mieux et dure dans le temps.”

Autre condition pour que le système fonctionne : la collectivité doit jouer son rôle. Elle doit montrer aux entreprises qu’elles font partie d’un ensemble. “Nous organisons également des animations pour créer du lien”, explique Sébastien Desomer. “Par exemple, un arbre est planté pour chaque entreprise qui arrive dans la zone. Chaque entreprise entrante a droit à son arbre avec son nom sur un panneau.”

Les entreprises ont obligation de participer aux réunions de l’association qui gère les espaces verts, “cela facilite les échanges y compris les échanges économiques”, se félicite Sébastien Desomer.

“Si personne ne prend en main l’animation, rien ne se passe”, constate de son côté Joël Monti, du réseau de parcs certifiés, PALME, qui voit un lien direct avec la logique d’Economie Circulaire. “La mutualisation des services pour les entreprises et les salariés répond à une logique dont les enjeux dépassent largement l’aspect paysager et environnemental.” explique-t-il. La certification constituerait ainsi un véritable outil d’animation de la vie du territoire.

Quelles sont les limites constatées après vingt ans d’expérience ?

“Ce qui pêche aujourd’hui, c’est que les salariés ne profitent pas des aménagements” regrette le gestionnaire du parc de Landacres. “Cela coûte plus cher d’entretenir le parc de Landacres que d’autres parcs. Il faut que les entreprises en profitent en termes d’attractivité mais pas seulement… Nous tentons de développer de nouvelles animations telles qu’une randonnée familiale dans le parc, pour les faire venir avec leurs familles. Des animations autour de la découverte de la nature vont également être organisées à destination des écoles et centres de loisirs.”

Quelques mots sur notre parc d’activités à Andouillé-Neuville

[Où nous en sommes] + [Comment nous contacter]

Un peu d’Histoire

C’est au début des années 90, qu’un nouveau projet de parc d’activités voit le jour à Boulogne. Les parcs d’alors sont saturés. Ce nouveau projet doit s’inscrire dans un parc naturel régional, à proximité de la côte d’Opale. Un groupe de travail composé d’acteurs des services techniques et d’élus est mis en place. Le groupe travaille alors sur un référentiel national et le transforme finalement en processus ISO 14001. En 1997, le Parc d’activités de Landacres devient le premier parc certifié en France et en Europe. D’autres parcs viendront ensuite adhérer à la démarche : à Bouais, Vezoul, etc.

Focus sur notre parc d’activité Ecoparc

L’Ecoparc de Haute Bretagne, situé à Andouillé-Neuville, au nord de Rennes est certifié depuis 2010. La certification porte sur la gestion des espaces publics et l’accueil des prospects et locataires de l’hôtel d’entreprises. Nous travaillons nous aussi sur les aspects biodiversité, avec la réalisation d’inventaires tous les deux ans qui nous ont permis d’identifier la présence sur l’Ecoparc du Bruant Jaune, une espèce en déclin.

Une des rues de l’Ecoparc porte le nom de Bruant Jaune

Outre la faune, nous préconisons des essences en lien avec les espaces présentes pour les haies bocagères, nous respectons les obligations réglementaires telles que la surélévation des clôtures à hauteur de 20 cm pour la circulation de la petite faune.

Parmi nos préoccupations figurent également la gestion différenciée des espaces verts et parcelles à commercialiser, l’analyse des eaux superficielles pour identifier les pollutions.

Nous faisons entretenir nos espaces verts par un chantier d’insertion.

Les entreprises qui s’installeront dans le programme d’actions au second semestre de cette année ont commencé à être sensibilisées à notre démarche.

Besoin d’en savoir plus ? Rendez-vous sur notre site http://www.ecoparc-hautebretagne.fr/contact.php

(*) PALME : Association Nationale pour la qualité environnementale et le développement durable des territoires d’activités