Justement, les rendre visibles revient à leur donner encore et toujours une place qu’ils ne m…
Marie-Cécile Paccard
1

Justement, je ne pense pas que nous parviendrons à vaincre définitivement ces discriminations sans affrontement.

En fait je pense qu’il n’y à pas deux blocks mais trois. Il y a les deux auxquels nous sommes habitué et celui qui est entre les deux.

C’est à dire le block qui regroupe les personnes qui n’ont pas encore d’avis tranché sur la question ou qui n’y pense pas ou encore ceux qui sont dans la bien pensence pure et dure et qui pratique sans le savoir ni le vouloir la discrimination ordinaire en quasi permanence.

Je pense également que c’est le fait que ce troisième disparaisse peu à peu au profit des deux autres qui génère la situation actuelle et que c’est pour cette raison qu’il est nécessaire de laissé ces personnes se ridiculiser. Parce qu’en fait il nous rendent involontairement service.

Preuve en est la quantité de commentaire bienveillant mais malgré tout homophobe et transphobe sans le vouloir (Pas les tiens mais de nombreux commentaires ont ce défaut). Parce que oui insister sur le fait que jouer avec des jouets du sexe opposé ne rend pas homo est homophobe et transphobe. Parce que si l’homosexualité était perçu comme anodine cela ne serait pas précisé et parce que le problème n’est pas celui du sexe mais celui du genre.

Tout cela me fait penser que la grande majorité des personnes commentant sur ce sujet ne sont pas déconstruites. Et qu’il y est autant de ces personnes à réagir est extrêmement positif puisqu’il s’agit d’une prise de conscience qui va pousser un certain nombre d’entre elle à poursuivre cette démarche.

Et tout ça ne serait pas arriver si les agressions sur twitter avaient étaient censurés.

Je comprend que de nombreuse personnes souffrants de discriminations ne souhaite pas en subir plus qu’elles puisse avoir peur du conflit idéologique à venir dans les 10–15 prochaines années mais personnellement je préfère me battre.
Je préfère me battre parce que j’ai souffert trop longtemps de ne pas l’avoir fait et d’avoir mis tant de temps à assumer ma bisexualité. Je préfère me battre parce que j’aimerais que plus personnes n’en souffre plutôt que de continuer éternellement à penser des plaies. Que ce soit celles des autres ou les miennes.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Ederon Kaliar’s story.