La galère d’1,5 millions d’étudiants chaque année ?

Le 23 juin 2016, avec mon jumeau Louis, nous étions admis dans notre nouvelle école à Bordeaux. La satisfaction et la joie passées, la question du logement est venue très rapidement. Habitant Brest et ne connaissant pas Bordeaux, plusieurs questions se sont posées : Combien ça va nous coûter ? Dans quel quartier chercher ? Faut-il passer par une agence ? Quand faudra t-il se rendre sur place ?

Ces interrogations, nous ne sommes pas les seuls à les avoir. En France, chaque année, 1,5 millions d’étudiants recherchent une solution de logement pour la rentrée universitaire alors que le parc de logements étudiants ne répond en moyenne qu’à 15,4% des besoins (environ 350 000 logements). Ce déséquilibre est encore plus flagrant dans des villes comme Paris, Lyon, Nantes, Bordeaux, Lille, Toulouse… C’est pourquoi pour beaucoup, cette étape est une vraie galère. En effet, chercher un appartement durant cette période devient très vite compliqué surtout quand l’on a peu de temps, que l’on ne connait pas la ville et qu’il faut faire les démarches à distance. C’est ainsi qu’une dure et longue phase de recherche commence pour de nombreux étudiants avec sont lot de surprises et déceptions.

Des services logements rares ou inefficaces au sein des universités et écoles

Un des premiers réflexes, pour les parents ou les étudiants, est de se demander si l’école ou l’université propose une aide pour la recherche de logements. Ce qui paraît plus que légitime pour des grandes universités ou des écoles qui coûtent plusieurs milliers d’euros par an. En effet, certaines d’entres elles sont conscientes de ce besoin et proposent ce service. Souvent, cette aide consiste à proposer des logements au sein de résidences, à mettre à disposition un fichier de logements ou à donner des conseils de recherche. Par exemple, plusieurs écoles ou facultés ont adopté la plateforme Studapart qui permet à l’étudiant, lorsqu’il se connecte au portail de son école, de trouver des logements qui leur sont spécifiquement dédiés. Néanmoins, quand ces différents services existent, ils manquent d’efficacité.

La jungle des agences immobilières

Capture d’écran de la recherche “Immobilier Bordeaux” sur Google

Après avoir utilisé l’option du service de logement de l’école ou de la faculté, deux possibilités s’offrent à nous : faire appel à un professionnel ou se rendre sur les plateformes d’annonces. Malgré le coût des frais d’agences (souvent l’équivalent d’un mois de loyer), de nombreux parents et étudiants se tournent vers la première option par nécessité et/ou manque de temps. Ainsi, commence alors un long travail de prospection auprès des agences immobilières. Dans la période d’avant rentrée scolaire et dans des villes où le marché de la location est tendu, les agences sont souvent en manque de biens. Ces dernières tendent à profiter de cette situation pour proposer des biens non adéquats aux besoins des clients (localisation non appropriée, appartements vétustes, informations succinctes, etc). De plus, la valeur ajoutée des agents immobiliers lors de la visite de tels biens peut être discutable. Enfin, leur système de rémunération limite l’objectivité de leur prestation.

Les fastidieuses recherches sur les sites d’annonces de particulier à particulier

La course contre la montre

L’autre alternative qui s’offre aux étudiants pour chercher un logement est l’utilisation de sites d’annonces de particulier à particulier. À cette période de l’année, les étudiants rencontrent plusieurs problèmes dans leur recherche d’appartements sur Leboncoin.fr et les autres sites d’annonces :

  • Il faut savoir comment optimiser ses recherches. Par exemple, lorsqu’on effectue une requête sur Leboncoin.fr avec les critères T1, Bordeaux, loyer max 500€, les appartements proposés ne seront pas forcément les mêmes qu‘avec la requête Studio, Bordeaux, loyer max 500€, alors que le besoin est le même. En effet, dans la description de leur bien, certains propriétaires utiliseront la dénomination T1, alors que d’autres adopteront le vocabulaire studio, appartement une pièce…
  • Il faut être hyperconnecté. Il faut être à l’affut des nouvelles offres qui peuvent tomber à tout moment et être dans les premiers à appeler le propriétaire pour avoir la chance d’obtenir une visite.
  • Il faut être sur place. Alors que les étudiants et parents anticipent au mieux leurs recherches pendant l’été, ils se rendent vite compte que cela est très compliqué voir impossible. En effet, les visites se font généralement très rapidement après la publication de l’annonce (seulement quelques jours) et il difficile de se rendre disponible dans ce laps de temps pour visiter le bien. Ainsi, beaucoup de personnes attendent un ou deux jours avant leur venue dans la ville pour chercher des logements et appeler des propriétaires.
  • Il faut faire attention aux arnaques. Des individus malhonnêtes profitent de la situation tendue pour extorquer quelques centaines d’euros à des familles en recherche de logement. Après quelques échanges de mail avec un propriétaire la technique du mandat cash avant de visiter le bien revient assez souvent.
Extrait d’un mail reçu après avoir contacté un propriétaire sur Leboncoin.fr
  • Dans le même registre, les marchands de listes. Certains sites web ou agences, proposent des listes de propriétaires contre une adhésion à ce service (qui coûte généralement entre 100 et 200€). En pratique, les contacts de ces listes correspondent dans la plupart des cas à des biens déjà loués ou encore pire à des fausses annonces. Malgré la notoriété de cette arnaque, encore beaucoup d’étudiants se laissent tenter et se font avoir par ces listes.

Notre projet, City Students

C’est en vivant cette expérience avec mon jumeau Louis, que nous nous sommes rendus compte que chercher un appartement à distance sur un marché en déséquilibre était une vraie galère. C’est aujourd’hui ce problème que nous voulons résoudre avec📍City Students.

Dans quelques semaines, plusieurs de nos amis (et des milliers d’étudiants en France) auront leurs résultats de concours et se retrouveront dans la même situation que nous l’année dernière. Lorsqu’ils chercheront un appartement à distance dans une ville qu’ils ne connaissent pas ou peu, beaucoup d’entre eux aimeraient avoir un bon pote présent dans cette ville qui pourrait les aider dans cette étape.

La mission de City Students est de permettre à chacun la possibilité d’avoir ce “bon pote” dans n’importe quelle ville. Avec City Students, n’importe quel étudiant pourra être mis en relation avec un Cityzers, un étudiant sur place, qui connait sa ville et qui se pliera en quatre pour trouver LE bon logement 🏠👌.

N’hésitez pas à nous suivre sur notre page Facebook et à nous donner vos feedbacks ✨.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Edouard Uguen’s story.